Partagez | 
 

 Follow me, I have the solution for your remorse ☼ ft. Opium

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Administrateur

avatar






PETITS PAPIERS :
509

CÉLÉBRITÉ :
Hozier

COPYRIGHT :
Chélie ♥


MessageSujet: Follow me, I have the solution for your remorse ☼ ft. Opium   Dim 3 Aoû - 3:36


Follow me,  I have the solution for your remorse.

Opium & Aloysus

Petit-fils du Diable, le mal coule dans mes veines comme un poison qui s'étale au fur et à mesure qu'on essaye de s'en débarrasser. Je suis né sain d'esprit, gueule d'ange au grand coeur, je promettais gloire et réussite à mes parents. Mais il n'a suffit que quelques mois dans cet hôtel pour que j'en perde la tête, pour que j'en perde mes qualités, mes convictions, mes ambitions. Cette gueule d'ange s'est alors mise à cacher des pensées malsaines et dangereuses, mon regard innocent s'est recouvert d'un voile dur comme les nuages recouvraient le ciel. Ma peau de porcelaine est devenue blafarde, faisant ressortir ce teint maladif et chétif qui attiraient à moi de nombreuses femmes et jeunes filles. Mon physique avait été soigné afin d'attirer, de piéger, pour mieux trahir et faire souffrir. Mais il avait aussi attiré à moi un ange déchu, une âme tout aussi en peine que moi qui m'avait fait, quelque peu, retrouver pieds. Cet encrage que j'avais perdu durant les décennies qui avaient suivi mon suicide venait alors de retrouver un endroit où s'accrocher. Et je risquais de le perdre à la moindre parole de travers. Je voulais redevenir le Aloysus d'autrefois, celui qui se battait pour ses projets et qui annonçait fièrement toutes ses prouesses, les étoiles dans les yeux. Mais mon côté sombre, celui qui me faisait tout oublier, jusqu'à mon prénom, m'empêchait de redevenir moi-même, ou du moins le moi d'autrefois. Et alors que je m'apprêtai à monter jusqu'au deuxième étage pour rejoindre Lyssa, je sentis un mur se hisser entre mes envies, et l'action que j’exécutais alors.
Sans comprendre, je fixais mes pieds comme si ces derniers allaient m'annoncer quel était mon projet. Mais à croire que mon bon côté s'évertuait à protéger Lyssa de mes amnésies et de mes moments de folies, rien ne me revint, et je fis alors demi-tour. Je descendais dans le hall, et regardais autour de moi. Il devait être quatre heures du matin et tout le monde se trouvait actuellement dans ses chambres, enfermés à clefs et recroquevillé sur soi-même à prier qu'on ne vienne pas leur ôter la vie. Du moins, tel était le comportement des vivants. Un sourire sadique se dessina sur mes lèvres, et je regardais la sortie de l'hôtel. Je m'y dirigeais donc en sachant très bien que le parking serait occupé de quelques bad ghost dans mon genre. De plus, j'espérai pouvoir rencontrer un dealer qui puisse me vendre ma coke. C'est donc d'un pas lent, presque inquiétant que je m'y rendis. Apercevant le fournisseur de l'hôtel, je m'en approchais et lui tendis mon fric en silence. Je pris ma came, et allais m'asseoir plus loin. Je sortis ma boite à cigarette et déposais la poudre blanche. Pendant quelques secondes, je m'acharnais à la mettre bien droite, carré, parfaitement, sans qu'un grain ne s'échappe. Il n'y avait pas vent, et c'était devenu un but de positionner ma drogue parfaitement. Je me rendis alors compte que quitte à être un psychopathe, il valait mieux harceler les gens plutôt que de se conduire comme un psycho rigide maniaque avec sa coke. Je haussais alors les épaules et me baissais pour renifler le raille qui se trouvait devant moi. Comme si c'était la plus douce des saveurs, je fermais les yeux et j'entendis alors une voix s'élever dans l'ombre. « Fais pas chier Opium. Prends ta dose et pose ton cul. » Je regardais mon pote zombie boy avancer vers moi, et le fixais. N'importe qui aurait frissonner face à ce physique si monstrueux - car ses tatouages avait beau être de l'art, que personnellement j'admirais, il ressemblait à un cadavre décharné, et peu d'enfants n'osaient l'approcher. Je soupirais. La nuit était noire ce soir, et tant mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Follow me, I have the solution for your remorse ☼ ft. Opium   Dim 3 Aoû - 20:31


Follow me I have the solution for your remorse
On ne pouvait pas dire que mourir avait changé ma façon de voir les choses. Au contraire, tout était devenu limpide. Etre coincé dans un corps âgé de 28 ans me convenait parfaitement et me faisait, par ailleurs, un bien fou, un bien inconditionnel. Je n'avais plus à craindre la vieillesse ou la faiblesse que j'aurais pu finir par avoir. Un jour, je me serais vu contraint d'arrêter de tuer des personnes, juste parce qu'il m'aurait manqué la force. Et je préfèrais ne pas avoir à y penser plus que ça. Je ne l'aurais pas supporter. Cela m'aurait sans doute brisé en deux, de toute manière. Mais maintenant que la mort m'avait rendu éternel, je n'avais plus rien à craindre. Je ne m'en sentais que bien mieux. Cela me faisait un bien fou et je n'avais rien d'autre à en dire. Absolument rien, d'ailleurs. Bien que. Malgré tout ce que je pouvais bien en dire, je ne pouvais être heureux de me retrouver bloqué dans un hotel ainsi. J'aurais aimé voyagé dans le monde. Découvrir le meurtre dans d'autres continents également. Mais si je n'en avais pas la possibilité, et bien soit, je préférais être éternellement coincé quelque part. Je refusais, malgré tout ce que l'on pouvait bien en dire, de repousser mes quelques passions passées. Il n'y avais qu'à parler de la drogue, que j'allais bêtement cherché dans les sous sols de l'hôtel, tous les deux jours. Au moins, je n'avais plus à me soucier des effets secondaires. Pour ma part, ça ne faisait qu'un bien fou, ça me détendait. Puisque je ne parvenais pas à dormir, il fallait bien que je puisse m'occuper au cours de la nuit. Et il semblait que cela soit mon seul et unique antidote, pour être parfaitement détendu du moins. Pourquoi arrêter les excès quand rien ne peut nous tuer ? C'était pour cette raison que je buvais, fumais et me droguais. Je me foutais de ce que l'on pouvais en penser. Lorsque j'étais moi-même, j'avais envie de tous les anéantir. La dope me permettait de me calmer. J'en avais besoin.

Une fois que j'eus ce pour quoi j'étais descendu en bas, je souriais à mon camarade, Aloy. Nous n'étions pas forcément très proche. Il était un pote, si je puis dire. Je ne le considérais pas comme une personne en qui je pouvais avoir confiance au point de parler de moi mais ça, c'était avant tout parce que je refusais bêtement de parler de moi, et ce, à tout le monde. Les secrets étaient faits pour être gardé. Mon passé était connu par bon nombre de personne mais personne n'avait besoin d'en savoir plus sur moi.

 « Yo. Cool soirée hein. Ca devient chiant de ne pas dormir. Je ne sais pas comment occuper mon temps.. »

Revenir en haut Aller en bas
 
Follow me, I have the solution for your remorse ☼ ft. Opium
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour vous, quelle est la solution énergétique du futur ?
» Follow me (rarities, demos, outtakes)
» Help ! On recherche une solution d'Amplification !
» Solution pour chorale en manque d'effectif !
» GEORGE DUKE - FOLLOW THE RAINBOW (1979)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Murder Hotel :: La salle commune :: Rps-
Sauter vers: