Partagez | 
 

 On devrait en profiter pour vivre, c'est vrai, même si c'est qu'une illusion. | Feat. Kelly G. Quinn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité





MessageSujet: On devrait en profiter pour vivre, c'est vrai, même si c'est qu'une illusion. | Feat. Kelly G. Quinn   Lun 4 Aoû - 21:10




ft. Kelly G. Quinn & Harleen D. Sullivan


1, 2, 3 Drink. 1, 2, 3 Drink. Cette chanson résonnait dans mon crâne, comme une sorte de symphonie écrite rien que pour moi. La déchéance, je l’avais prise en pleine face le jour où j’étais morte. Ça avait été ma plus grande peur qui avait coulé sur moi, qui m’avait noyée et emportée. Et aujourd’hui, pour la énième fois depuis ma mort, j’essayais de me noyer plus profondément encore dans l’alcool. Je voulais m’y perdre, encore et encore. Il ne me restait plus rien d’autre. Plus rien que ça. Plus rien que cette extase éphémère. J’étais devenue ça ; une alcoolique errante, un déchet fantomatique. Un rien. Le néant. Et j’irai me balancer aux lustres, un jour, même si je n’en mourrais plus maintenant. Cette idée aurait dû me faire du bien, m’apaiser, mais c’était tout l’inverse. J’avais l’éternité, désormais. L’éternité, à ne rien pouvoir faire. Mes rêves étaient loin derrière moi. Mes espoirs s’étaient évaporés. Il ne restait plus rien que les stigmates de mes rêves, et la douleur du présent. Et l’alcool. L’alcool, que je ne prenais même plus la peine de boire au verre. Le liquide me semblait presque brûlant, et peut-être l’était-il alors qu’il s’écoulait le long de ma gorge, comme une horrible délivrance. Il fallait que je bouge. Il fallait que je me décide à trainer ce semblant de vie quelque part. Il fallait que j’arrête de penser. Que je me mette sur mes pieds et que j’y aille. Allez, Harleen, un peu de courage. Du courage, hein ? Je me demandais encore à quoi ça pouvait bien servir d’avoir du courage, ici. De toute façon, ça finissait toujours de la même façon ; la mort et l’obligation d’exister pour l’éternité… Pourtant, tout en soupire, je me décidai à me lever. A trainer ce corps jusque dans le hall. A entrer dans un bar. Et à m’affaler devant l’employé, sur un tabouret, les coudes sur le comptoir. Une vodka plus tard, mon regard glissa sur les visages. Certains souriaient, pauvres fous. D’autres, visiblement, partageaient mon envie de se noyer dans leur verre d’alcool. Moi, je laissais mes lèvres se perdre dans le liquide transparent.

Je parlais des pauvres fous qui souriaient, mais ma bouche esquissa elle-même un sourire en apercevant une silhouette que je connaissais. Kelly, jolie Kelly. Je me tournais vers le barman, pour commander un verre supplémentaire, quelque chose de doux. C’était ce qu’elle m’inspirait ; la douceur. Et les deux verres en main, je me dirigeais vers elle. Lui parler, ne serait-ce que quelques minutes, ne pouvait définitivement pas me faire de mal. Cette fille était un soleil. Oh, d’accord ! Parfois, elle m’agaçait. Mais je l’aimais bien, je crois. De la voix la plus douce que j’avais en réserve, j’agrippais son attention pour la retenir quelque temps ; « Mais ne serait-ce pas la jolie Kelly, que je vois là ? Tiens, je t’ai pris un verre. Un truc doux. » Je lui tendais le verre qui deviendrait sien, tout en buvant dans le mien. Par-dessus son épaule, je vérifiais le manque de présence de ma sœur. Je ne voulais pas tomber sur elle. Hors de question. « Alors, dis-moi, qu’est-ce que tu deviens ? » ajoutais-je à l’intention de la demoiselle, en même temps que mon regard revenait se poser sur elle.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: On devrait en profiter pour vivre, c'est vrai, même si c'est qu'une illusion. | Feat. Kelly G. Quinn   Mar 5 Aoû - 1:21

En ces lieux la demoiselle est comme une reine et pourtant, elle n'est pas une membre de cette fichue famille Fitzgerald. Kelly Quinn en cette énième belle journée volée a fort à faire pour sa matinée comme elle essaye de fomenter une rébellion contre le tyran qui les retiens tous ici prisonniers. Pas le temps de penser à autre chose et encore moins celui de se reposer. Si bien qu'elle en viendrait presque à se ravir d'être une morte et de n'avoir donc pas le besoin de se poser pour recharger ses batteries et s'aérer quelques instants l'esprit. La femme vaque donc à ses occupations avec ferveur, sans trop savoir si elle aura aujourd'hui un peu de temps à se consacrer. Mais d'un autre côté tout cela ne la dérange pas si c'est pour au final parvenir à ses fins et précipiter la chute de la terrible Mary Fitzgerald. La brunette rêve de voir cette dernière plier le genou en demandant à ses victimes pardon pour tout le mal qu'elle leur a fait. Mais la demoiselle sait fort bien comme ce rêve sera bien compliqué à réaliser. C'est pour cela qu'elle passe tant de temps à penser, réfléchir, faire des hypothèses. Pour ne pas manquer son coup et pour réaliser quelque chose de bien, une opération qui aurait un réel impact, une réelle efficacité, voilà ce qui compte aux yeux de la demoiselle.

Pourtant après une matinée chargée, la brunette se décide enfin à quitter son poste pour aller faire un tour dans un bar du manoir ce sera l'occasion de retrouver des gens et d'essayer d'en décider certains à rejoindre ses rangs si l'on peut dire les choses comme ça. Kelly ne laisse jamais passer une bonne occasion d'en remettre une couche pour essayer de décider les gens à se rebeller, à entrer en guerre contre l'oppresseur, contre les membres de la famille Fitzgerald et tout ceux qui pourraient de près ou de loin aller dans le sens de Mary.

Arrivant donc au bar la demoiselle se fait immédiatement sauter dessus par une jeune fille qu'elle connait bien, qu'elle reconnait d'ailleurs comme étant Harleen, une amie. Celle-ci lui propose déjà un verre qu'elle vient de lui commander et la jolie Kelly ne manque pas d'en être surprise, c'est si rapide qu'elle se demande un court instant si Harlenn n'aurait pas le pouvoir de voir l'avenir ou en tout cas des éléments qui le composent, c'est en tout cas ce que l'attitude des autres suggère.

"- Coucou Harleen, je crois que tu ne te trompe pas..." répond la demoiselle avec un chaleureux sourire en prenant le verre qui lui est tendu avant de reprendre la parole de manière à répondre à la question qui lui a été posée. "Et bien moi je deviens que je suis toujours la même avec les même idéaux, je ne change pas. Et quand à toi je me permet de te renvoyer la question !" demande curieuse la demoiselle en arborant un sourire, trouvant le moment opportun pour papoter un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: On devrait en profiter pour vivre, c'est vrai, même si c'est qu'une illusion. | Feat. Kelly G. Quinn   Mar 5 Aoû - 5:00




ft. Kelly G. Quinn & Harleen D. Sullivan


Oh non, aucun don de voyance en vue. Je ne croyais même pas à ces conneries... Un sourire encore plus amusé étira mes lèvres, en voyant la surprise de Kelly alors que je lui présentais le verre que j’avais commandé pour elle. J’avais toujours été celle qui s’occupait des autres, même quand ma sœur était la seule à s’occuper de moi. C’était dans mon caractère, et la mort ne m’avait pas pris ça, au moins. J’aimais faire plaisir aux autres. Gentille, disaient-ils. Je l’étais probablement. Et je l’avais probablement trop été. Mais comment aurais-pu ne pas l’être avec Kelly ? Même si, parfois, ses idées de révoltes me paraissaient tout bonnement absurdes. Se battre contre la famille Fitzgerald ? C’était une idée que je trouvais personnellement tout à fait saugrenue, mais la plupart du temps, je me gardais d’en faire part à Kelly. Je ne voulais pas me froisser avec elle ; ce n’était clairement pas mon but. Non, vraiment ! Parfois, même, je me laissais séduire par ses idéaux, juste l’espace de quelques instants. Pour m’échapper, au moins de façon imaginaire. Portant une nouvelle fois mes lèvres à l’alcool qui se trouvait dans mon verre, j’écoutais mon amie parler. Me dire qu’elle ne changeait pas, qu’elle restait la même Kelly avec ses idéaux. Et l’idée me fit rire doucement, tandis qu’elle me retournait la question. La prenant par le bras, je l’entrainais avec moi vers une table libre. Voyons, ce n’était pas parce que nous étions mortes qu’il fallait faire le piquet avec nos verres à la main ! « Je dirai que je ne change pas non plus. Il ne se passe jamais rien de particulier dans ma vie, ou dans ma mort… Enfin, ici. » Je ponctuais ma phrase d’un léger rire, qui n’avait rien de réellement très enjoué. « Alors, tu as réussi à convertir de nouveaux adeptes à ta philosophie ? Je t’admire, vraiment, de garder le cap avec tes idéaux, même si tu dois savoir ce que j’en pense maintenant... »

C’était probablement un sujet épineux, mais je préférais ça à des silences. Ce n’était jamais très agréable d’être en face d’une personne appréciée, de se lancer dans des discussions de routine et de ne plus rien trouver à dire par la suite. Pour ma part, ça m’avait toujours un peu crispée. J’avais toujours été d’un naturel assez discret, c’est vrai, mais pour autant, j’avais toujours eu cette habitude de ne pas laisser une conversation tomber dans le néant d’un simple "Bonjour, comment vas-tu ? Bien, merci, quoi de neuf ?" Je ne trouvais ça ni intéressant, ni sympathique. Par chance, je n’étais pas vraiment ce qu’on pouvait qualifier de timide. Juste discrète. « Enfin, je ne veux pas remettre en cause ton grand but, Kelly, je suis désolée si je suis maladroite. Je cherche juste à entretenir une conversation. Voilà tout. Ce que je t’ai commandé te plait ? Ne te sens pas forcée de boire ça, si tu n’aimes pas. J’ai juste demandé le premier cocktail qui me faisait penser à toi. » Parfois, je me demandais encore comment nous faisions pour nous comporter encore comme ça. Comme si nous étions vivants. C’était idiot, finalement. Nous n’avions besoin ni de boire, ni de dormir, ni de manger… Et pourtant, certains continuaient de le faire. Moi-même, je continuais parfois de chercher le sommeil, même si je savais qu’il ne viendrait plus, que je n’avais plus besoin de ça. C’était presque frustrant. Ça l’était complètement, en fait. Mais je devais faire avec, nous devions tous faire avec. Je me demandais, parfois, ce que cherchait à faire Kelly en essayant de libérer les clients de cet hôtel de l’emprise de Mary Fitzgerald ; après tout, ici ou ailleurs, nous étions condamnés à errer. Alors, à quoi bon gaspiller de l’énergie face à cette femme que rien ne saurait probablement faire ciller ?

made by lizzou – icons & gif by tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: On devrait en profiter pour vivre, c'est vrai, même si c'est qu'une illusion. | Feat. Kelly G. Quinn   Dim 10 Aoû - 18:14

La demoiselle adresse un sourire à son interlocutrice comme cette dernière lui dit qu'elle non plus ne change pas. Enfin, elle sourit mais elle ne se réjouit évidemment pas du fait que son amie apparemment ne connait rien de particulier, aucune espèce d'aventure dans sa mort. Il faut dire que la brunette s'embête elle aussi dans sa vie, enfin sa nouvelle vi si l'on peut appeler cela comme ça puisque cette vie est plutôt la mort, une mort curieuse et pesante. Mais pour sa part la jolie Kelly a trouvé une activité qui lui occupe l'esprit et les journées, les heures plutôt. Quelque chose d'utile en plus et qui permet en prime de redonner un peu d'espoir à ceux qui sont enfermés là, l'espoir que peut-être un jour ils seront tous libres, libres de partir loin d'ici, loin de cette famille de diables.

"- Un peu..." répond la jeune femme comme son amie lui demande si elle est parvenue à décider d'autres morts et vivants prisonniers de ces lieux à rejoindre ses rangs, sa cause. Mais oui la demoiselle sait bien ce que sa copine en pense, elle sait bien comme cette dernière a depuis un moment déjà perdu tout espoir et il est vrai que de toute façon dans leur cas cela ne change plus grand chose, comme le diable a fait d'eux des éternels vivants. Mais Kelly a envie de protéger, d'empêcher d'autres de se faire prendre au piège de cet hôtel. Même si il est trop tard pour la sauver elle, il reste en ces lieux une personne à qui elle tient et qui peu être sauvé. Alors la jeune femme a envie d'y croire, envie de se donner à fond pour que peut-être un jour cet homme puisse partir et vivre sa vie, même si ce sera sans elle.

Son amie souhaite juste parler, sans remettre en cause le but que la demoiselle s'est fixée ? Il y a tant de sujets de discussions plus intéressants et plus abordables que la brunette se demande bien pourquoi, si elle souhaite seulement faire la conversation, sa copine n'y a pas songé plus tôt. Mais soit la conversation se tarit et la demoiselle est bien contente de voir comme elles changent rapidement de sujet, voilà qui évitera une potentielle conversation un peu trop houleuse.

"- Non merci cela me va parfaitement. C'est étrange comme cocktail mais bon. A la fois très doux et pourtant je ne sais pas, il y a une pointe de je ne sais trop quoi, quelque chose d'un peu piquant qui relève la douceur de la boisson. Comme un côté un peu... Je ne sais pas comment le dire mais presque combatif, si tu vois ce que j'essai de dire..."
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: On devrait en profiter pour vivre, c'est vrai, même si c'est qu'une illusion. | Feat. Kelly G. Quinn   

Revenir en haut Aller en bas
 
On devrait en profiter pour vivre, c'est vrai, même si c'est qu'une illusion. | Feat. Kelly G. Quinn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rouler pour vivre et vivre pour rouler...
» On est fait pour vivre ensemble
» Né pour vivre
» Présentation Boulette !
» Soprano cite D.Balavoine à 1 minute 38 de sont titre Hiro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Murder Hotel :: La salle commune :: Rps-
Sauter vers: