Partagez | 
 

 Give me love + L. Aloysius Fitzgerald & Hellyxir Adams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marionnette sanguinaire

avatar






PETITS PAPIERS :
32

CÉLÉBRITÉ :
Taissa Farmiga

COPYRIGHT :
Bazzart.


MessageSujet: Give me love + L. Aloysius Fitzgerald & Hellyxir Adams   Jeu 17 Mar - 13:47

Give me love
"I'll fight my corner, maybe tonight I'll call you,after my blood turns into alcohol. No, I just wanna hold you."Δ

Après avoir sillonnée tout l’alcool qui était présent dans le bar de l’hôtel, et après avoir mangé quelques objets faisant obstacle à son corps, elle avait regagné sa chambre afin d’y retrouver son intimité et sa tranquillité. Hellyxir était le genre de personnes qui avait l’alcool émotionnel. Ses émotions lui faisaient mal, comme un couteau poignardant son cœur. Le surplus de rage, d’incompréhension et de faible estime que contenait son corps était tel qu’il était comme sur le point d’exploser suite à cet afflux. Une larme roula sur sa joue, qu’elle rejeta d’un revers de main. Elle luttait tellement contre cette faiblesse qu’elle n’acceptait aucune trahison venant de son corps.

Cette envie de sang la reprenait de plus belle, comme un feu jaillissant à l’intérieur de ses entrailles. Elle avait honte. Honte de devoir descendre à la cave, de chasser le moindre rat qui passait dans le coin pour le vider de sa vie afin de combler vainement la sienne. Plus elle consommait du sang, plus son corps lui en redemandait, cela devenait une drogue. Bien qu’elle essayait de contrôler sa soif, il devenait de plus en plus difficile pour elle d’aller à l’université comme une étudiante normale, car son esprit lui dictait des envies d’égorger tout le monde. Cela faisait 3 jours qu’elle était coincée à l’hôtel, incapable de mettre un pied dehors par crainte pour les autres. Enfin, ce n’était pas réellement pour les autres qu’elle restait à l’abri, mais plus pour elle. Elle n’avait pas envie de se confronter au moment où elle se rendrait compte de ce qu’elle était devenue : un monstre. Et, pour ce faire, il fallait donc qu’elle accepte de vivre en Hermite, du moins jusqu’à ce qu’elle arrive à canaliser ses pulsions.

Entre les rires et les larmes, l’alcool ingéré la rendait confuse. Titubant devant le miroir qui lui renvoyait le reflet d’une jeune femme détestable, elle écrasa son poing contre celui-ci. La cible n’était pas le miroir, mais bien elle-même. Elle tendit la main devant ses yeux lorsqu’elle vit une couleur vive tachée sa peau : du sang, le sien. L’alcool anesthésiait les douleurs de son corps, mais pas celles de son esprit. Elle regarda, comme hypnotisée, le sang chaud tout droit sortis de ses veines, déferlant le long de son bras. Elle savait comment faire pour mettre un terme à sa vie.

Qui pouvait la sauver ? Sa mère l’avait abandonnée préférant la vie de sa fille à la sienne, son géniteur était inconnu au bataillon et son père adoptif était trop occupé à gérer des factures. Le monde la haïssait comme elle haïssait le monde. Elle ne ferait jamais partis de ces personnes qui laissent une trace indélébiles sur leur passage. Elle s’évanouirait comme une tempête, aussitôt remplacée par le beau temps. Elle ne manquerait à personne et cela lui donnerait - qui sait – l’opportunité de connaître sa mère.   La dernière larme qui roula le long de sa joue vint s’écraser sur son avant-bras peint de rouge. C’était la première fois que son instinct lui dictait quelque chose de sensée qui visait à anéantir le mal à sa source.

Elle sortit de sa chambre, tituba encore le long des murs jusqu’à se retrouver devant l’ascenseur qu’elle appela. On pouvait la suivre à la trace, elle avait laissé des taches de sang sur les murs, le sol et maintenant dans l’ascenseur. Elle s’en fichait éperdument, quelqu’un était bien payée à nettoyer ce qui l’aiderait à s’évaporer plus rapidement de ce monde.

Elle était arrivée au dernier étage donnant sur le toit. Le vent l’a pris d’assaut, en essayant de lui barrer le passage. Elle se battit contre lui, jusqu’à la limite du toit. 1cm la séparait du vide, et elle se sentait déjà happée par lui. L’alcool lui donnait l’impression que ce n’était pas si haut qu’elle ne le pensait, ce qui lui conférait encore plus de volonté.  Elle ne sentirait rien. Ce n’était l’histoire qu’une petite chute de deux à trois secondes et tout allait s’arrêter là. Elle respira un bon coup, s’apprêtant à lancer sa jambe dans le vide, quand un bruit dans son dos l’alerta.

© GASMASK

_________________




ω I don't care if it hurts, I want to have control, I want a perfect body, I want a perfect soul. I want you to notice when I'm not around. You're so fucking special, I wish I was special, but I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here ? I don't belong here. ω


Dernière édition par Hellyxir Adams le Dim 20 Mar - 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette errante

avatar






PETITS PAPIERS :
30

CÉLÉBRITÉ :
Evan Peters


MessageSujet: Re: Give me love + L. Aloysius Fitzgerald & Hellyxir Adams   Dim 20 Mar - 17:40

Give me Love
Hellyxir ✧ Aloysius
Encore une journée bien macabre, dans ce maudit hôtel. Appuyé contre la porte d'une des nombreuses chambre de l'hôtel, Aloysius gardait depuis maintenant plusieurs bonnes minutes son regard figé sur cet homme. Allongé dans son lit, en pleure, en train d'avaler des tonnes de cachetons. Mélangeant bien le tout avec de l'alcool, bien sûr. Le jeune homme le fixait, sans bouger. Pensivement. Comme s'il visionnait un film, émouvant, mais beau. Non, il ne trouvait pas ça triste, bien au contraire. Cet homme allait enfin se libérer de toutes ses souffrances. De cette existence de merde, qui ne lui apporte absolument rien et où visiblement il n'y trouvait aucun intérêt. Alo aimait autant tuer les gens de ses mains, que les voir eux-mêmes le faire. Tout allait très vite et semblait si simple. Progressivement, l'homme commençait à se calmer, à s'apaiser. Bien que les larmes continuaient d'affluer sur son visage. Lentement, telle la grande faucheuse d'approchant de son futur enfant défunt, Aloysius vint s'asseoir à côté du corps de l'homme. L'instinct de survit de ce dernier tentait de le maintenir encore en vie. Il le regarda, fasciné, calme.

- « Pourquoi pleurez-vous ? Pourquoi résister ? Vous verrez... Bientôt, vous connaîtrez la liberté. Loin de tout ce merdier, de ces chaines qui vous maintiennent... Dans le seul but d'être l'esclave d'un monde aussi peuplé que pourri, sans espoir. »

L'homme le regarda un instant, luttant une toute dernière fois, avant de s'endormir. Un sommeil, dont il ne se réveillera jamais. Le blondinet inspira une grande bouffée d'air, avant de soupirer d'aise. C'était si simple, la mort. Et pourtant, on en fait toujours toute une histoire. Il tapota la main de l'homme, avant de se relever et de quitter tranquillement la pièce en veillant à laisser la porte de la chambre légèrement entrouverte. Il entama ensuite sa marche jusqu'à l’ascenseur, avant d'apercevoir des traces de sang sur les murs ainsi que le sol. Il y en avait un peu partout, jusque dans l'ascenseur qui indiquait se trouver au niveau du toit. Calmement, Alo observa les traînées de sang et décida par curiosité de les suivre. Encore une tentative de suicide ? Ou bien une pauvre brebis qui tente d'échapper à un tueur fou ? Il allait bientôt le savoir. L'ascenseur s'ouvrit enfin, lui permettant ainsi d'entrer à l'intérieur et de grimper jusqu'au toit. A l'intérieur aussi, le sang était de mise. Pourtant, il resta de marbre. Quoi qu'enchanté de ne pas encore s'être ennuyé de la journée. Enfin, la porte s'ouvrit tout en émettant un petit son de cloche au passage. Alo ouvrit ensuite celle menant directement à l'extérieur, sur le toit, la faisant maladroitement grincer dans son élan. Et là, il la vit. Debout, au dessus du vide, semblant prête à s'y jeter. Il fronça les sourcils. Il aurait très bien pu la laisser faire, sans rien faire ni dire, mais ça n'aurait aucun intérêt pour lui. Et bien trop rapide à son goût.

- « Tu t'y prends mal. »

Encore une suicidaire. Décidément... Serait-ce la Lune Noire ? Tranquillement, Alo s'approcha du bord et de la jeune demoiselle par la même occasion. Jonglant son regard entre elle et le vide, avant de s’asseoir.

- « Pour une fille qui tient à réussir son coup, je trouve que tu t'ais donné beaucoup de mal pour qu'on te suive à la trace... »

© Starseed

_________________


Don't ever take a single second to breathe, they're going to send me on a murdering spree. They don't even have a soul left to be saved. I am alive I'm just playing dead. I'm going to say what should have never been said.The giants of the world crashing down. The end is near I hear the trumpets sound

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette sanguinaire

avatar






PETITS PAPIERS :
32

CÉLÉBRITÉ :
Taissa Farmiga

COPYRIGHT :
Bazzart.


MessageSujet: Re: Give me love + L. Aloysius Fitzgerald & Hellyxir Adams   Dim 20 Mar - 18:28

Give me love
"I'll fight my corner, maybe tonight I'll call you,after my blood turns into alcohol. No, I just wanna hold you."Δ

Alors que l’obscurité qui s’étendait au-dessus d’elle semblait comme l’inciter à se rendre à sa rencontre, elle fût surprise par des bruits dans son dos. Son esprit lui criait de ne pas se retourner, ce qu’elle fit, dans l’espoir inconscient que ce fût son père qui était venu pour la sauver et qui sait tout recommencer à zéro avec elle… mais comme c’était trop beau pour être vrai, elle savait que cela n’allait pas être lui. En se retournant délicatement, toujours à deux centimètres du vide, elle vit dans la pénombre un jeune homme, blond, assez bien proportionné, l’air totalement apathique, le genre de personne qui nous donne froid dans le dos rien qu’en croisant son regard.

Elle fronça les sourcils, en proie à une profonde rage. Que faisait-il ici ? Quand bien même il avait vu les traces de sang, cela n’avait jamais été un message, ou un appel à l’aide. Ce n’était pas du tout son genre en plus.

«  - Je peux savoir ce que tu fais ici ?! Ah non, en fait je m’en fous complètement. Retourne à tes occupations je t’ai pas appelé il me semble.

Elle retira quelques mèches de son visage, et se remit face au vide, lorsque le jeune inconnu continua à la narguer à quelques mètres de là.

- Et moi, pour un garçon non concerné, je te trouve bien insistant ! répondit-elle au tac-au-tac.

Elle se mit à rire, signe que la fatigue et le stress la gagnaient peu à peu. Elle essayait quand même de se donner une consistance, afin de se convaincre de sauter.

- En fait, je ne sais même pas pourquoi je te réponds, après tout, je ne te connais même pas, et puis même si je te connaissais ça ne changerait rien. Je me fous un peu de ce qu’on peut penser de moi, tu sais. Maintenant, merci de partir j’aimerai mourir tranquille !

C’était quand même triste. Le dernier visage qu’elle aurait vu, aurait été celui d’un inconnu totalement méprisant qui plus est. Elle avait vraiment eu la poisse jusqu’au bout, et espérait intérieurement que cela évoluerait dans son autre vie, enfin, si une autre vie existait. En tout cas, elle désirait juste que cette nouvelle vie ne serait pas un autre enfer, sinon, cela n’aurait servi à rien.

Elle se mit à penser à son père, qui n’était peut-être pas le père de l’année mais qui s’était donné du mal pour rendre heureuse sa fille adoptive. Puis, elle pensait à sa mère défunte, aurait-elle voulu que sa fille finisse sa vie à 19 ans, et de cette manière ? Elle avait donné sa vie pour sa progéniture, et ce n’était surement pas pour que la sienne se termine aussi abruptement. La réflexion tuait peu à peu cette envie de suicide, mais elle savait qu’elle serait toujours tapie là, quelque part, au fond d’elle. Elle ferma les yeux, respira profondément, elle avait presque oublié le jeune homme qui était toujours en train de la regarder.

- Tu ne serais pas un peu malsain pour rester planté là ? questionna-t-elle, ne comprenant pas les intentions du jeune homme. »

© GASMASK

_________________




ω I don't care if it hurts, I want to have control, I want a perfect body, I want a perfect soul. I want you to notice when I'm not around. You're so fucking special, I wish I was special, but I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here ? I don't belong here. ω
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette errante

avatar






PETITS PAPIERS :
30

CÉLÉBRITÉ :
Evan Peters


MessageSujet: Re: Give me love + L. Aloysius Fitzgerald & Hellyxir Adams   Dim 27 Mar - 15:30

Give me Love
Hellyxir ✧ Aloysius
Voilà une affaire qui allait certainement lui permettre de ne pas s'ennuyer de la journée. Enfin, tout dépendrait maintenant du temps que ça prendrait. Le jeune homme resta donc là, tranquillement installé sur le rebord du toit, les jambes au dessus du vide. Prêtant tantôt toute son attention au paysage, tantôt à la jeune demoiselle. Qui d'ailleurs, soit dit en passant, n'avait toujours pas sauté. Voilà que soudainement, elle s'intéressa même au pourquoi de sa présence ici. S'il la narguait ? Oui, c'était fort probable. Histoire d'accentuer le tout, il sortit même un cigarette d'une de ses poches et l'alluma avant de commencer à tirer quelques lattes tranquillement. Daignant à peine la regarder, il haussa les épaules.

- « Je ne suis pas ici pour t'empêcher de faire ce que tu as à faire. Bien que t'ais laissé plus d'indices que le p'tit Poucet, j'aime venir me poser ici. Que ça te plaise ou non, j'y suis, j'y reste. »

Le blondinet lui jeta un petit regard en biais, avant de recracher un épais nuage de fumée. Un léger voile de provocation traversa son regard, avant que ses lèvres ne s'étire en un drôle de sourire. Elle n'allait pas sauter. Sinon, comme tout bon et véritable suicidaire qui se respecte, il n'y aurait aucune hésitation. Si tu laisses cette dernière te prendre de court, c'est qu'il est déjà trop tard. Quoi qu'il en soit, les paroles de la demoiselle l'amusait déjà au plus haut point. Sa présence l’embarrassait plus que lui ne l'était de la voir dans cette situation. A sa question, il tira encore sur sa clope, puis pivota légèrement sur le côté afin de mieux pouvoir regarder la demoiselle. Qu'il prit d'ailleurs bien le temps de toiser avant de répondre.

- « Et toi tu ne devrais pas déjà être au rez-de-chaussée ? »

Elle était jeune, belle, possiblement intelligente. Pourquoi donc vouloir se foutre en l'air ? Il la fixa un instant, sérieusement, avant de ricaner à son propre humour noir. Très noir. Un humour qui, bien souvent, n'amuse que lui. Mais ça, il s'en fichait royalement de ne pas faire rire les autres. Tout autant qu'il se fiche du monde entier.

- « Tu ne sauteras pas. »

Détournant son regard, le jeune homme étendit paisiblement ses jambes devant lui, histoire de se positionner encore un peu plus à son aise. Il n'avait aucunement l'intention ni l'envie de jouer les psy, mais tant qu'à combler l'ennuie. Bien qu'il ne s'attendait pas à la moindre coopération de sa part.

- « Une dispute avec papa maman ? Un petit copain qui t'a fait cocu ou qui te comble pas comme tu le voudrais ? »

© Starseed

_________________


Don't ever take a single second to breathe, they're going to send me on a murdering spree. They don't even have a soul left to be saved. I am alive I'm just playing dead. I'm going to say what should have never been said.The giants of the world crashing down. The end is near I hear the trumpets sound

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette sanguinaire

avatar






PETITS PAPIERS :
32

CÉLÉBRITÉ :
Taissa Farmiga

COPYRIGHT :
Bazzart.


MessageSujet: Re: Give me love + L. Aloysius Fitzgerald & Hellyxir Adams   Dim 27 Mar - 16:14

Give me love
"I'll fight my corner, maybe tonight I'll call you,after my blood turns into alcohol. No, I just wanna hold you."Δ

Le soleil apparaissait peu à peu, comme sortit d’un long sommeil. Les premiers rayons réchauffèrent sa peau glacée. Bien que toujours un peu grelottante, les frissons s’évaporaient lentement mais surement. Le jeune homme était toujours là, posé à côté d’elle, les pieds ballotant au-dessus du vide. Il n’avait pas l’air perturbé. L’expression de son visage trahissait même une certaine jouissance de ce moment, comme s’il était là, en train de regarder un spectacle en attendant impatiemment la scène finale. Bien qu’il semblait pleinement l’assumer, cela déstabilisa Hellyxir. Après tout, quel être humain pouvait se réjouir du suicide de quelqu’un ? Au pire, la personne pouvait en être indifférente, cela pouvait passer. Mais là, ce n’était pas de l’insouciance, c’était une hâte non dissimulée devant un acte prémédité.

Elle ressentait comme un dégoût, tandis que la misanthropie qui l’habitait s’élevait de plus belle. C’était un genre de garçon qu’elle n’aurait surement jamais désiré connaître, bien qu’il disposait de quelque chose. Elle n’arrivait pas réellement à mettre le doigt dessus, mais il avait ce je-ne-sais-quoi, qui le rendait hypnotique.

Il avait vu juste, et ce fait la faisait bouillonner intérieurement, oui, elle n’avait plus envie de sauter. Pas parce que elle avait réalisé que la vie était peut être faite pour être vécue, mais bien à cause de lui. Elle était déstabilisée face à son comportement face à ce qu’il dégageait, et cela la rendait confuse à propos de ses motivations. Elle avait juste envie de décuver dans sa chambre, seule, comme à son habitude.

«  - Tu as tout foiré, c’est tout. Tu m’as distraite et voilà, j’espère que tu es content de toi, répondit-elle, énervée.

Peut-être qu’elle cherchait un coupable, ou peut-être qu’elle n’aurait jamais sauté et ce, même s’il n’avait pas été là, on ne saurait surement jamais. Quoiqu’il en soit, malgré lui, il lui avait en quelque sorte sauvé la vie.

- J’ai mes raisons pour venir ici, comme toi tu as surement les tiennes.

Elle lui arracha son paquet de cigarette des mains, et lui en piqua une volontairement. Elle l’alluma avec son briquet présent à l’intérieur du paquet, tira une bouffée, et ajouta d’un air provocateur :

- Tu m’en dois une. Autant que tu sois là pour une raison, que ta compagnie me serve. A la base, je ne suis pas aussi gentille, faut croire que tu m’as mis de bonne humeur, ironisa-t-elle.

Elle fixa l’horizon, pensive et se tourna vers le jeune homme, qu’elle arrivait mieux à cerner grâce à la lumière du soleil. Il avait un t-shirt d’un groupe de rock qu’elle adorait, et un look bien grunge, un peu « adolescent perdu en pleine crise ».

- J’aime bien ton t-shirt. C’est un groupe que j’apprécie, je ne pensais pas qu’on aurait un point commun. »

Quand elle faisait des compliments, il fallait toujours qu’ils soient teintés d’une pointe de sarcasme, sinon, ce serait trop mignon, et elle n’aimait pas vraiment faire dans la dentelle, on ne lui avait jamais permise de le faire de toute manière.



© GASMASK

_________________




ω I don't care if it hurts, I want to have control, I want a perfect body, I want a perfect soul. I want you to notice when I'm not around. You're so fucking special, I wish I was special, but I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here ? I don't belong here. ω


Dernière édition par Hellyxir Adams le Mar 5 Avr - 10:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette errante

avatar






PETITS PAPIERS :
30

CÉLÉBRITÉ :
Evan Peters


MessageSujet: Re: Give me love + L. Aloysius Fitzgerald & Hellyxir Adams   Lun 4 Avr - 0:11

Give me Love
Hellyxir ✧ Aloysius
Comme il venait tout juste de le préméditer, elle ne sauta pas. Allant même jusqu'à presque lui mettre la faute sur le dos. Alors qu'au contraire, il n'aurait pas été contre le visionnage d'une second suicide. Mais bon... Il n'allait pas se permettre de lui dire. Non pas qu'il craignait de lui donner à nouveau envie de se jeter dans le vide, mais elle ne méritait pas encore qu'il s'acharne sur elle. Pas encore. Il se contenta donc d'un simple haussement d'épaule. Détournant son regard d'elle, pour souffler son nuage de fumée au dessus du vide. Il voulait avant tout savourer cet instant, beau et majestueux. Ce paysage, le seul qu'il avait le droit d'admirer et le dernier. Quelque chose semblait avoir retenu la demoiselle. Ce qui... l'intrigua tout de même, dans le fond. Mais il n'allait pas lui montrer tant d'intérêt tout de suite. Le blondinet fronça seulement grossièrement les sourcils lorsqu'elle lui chipa son paquet de cigarette et vint se poser non loin de lui. Fixant la jeune femme le temps qu'elle l'allume, il récupéra à nouveau son paquet quand elle eut fini. Un petit sourire moqueur étirant ses lèvres losqu'elle eut terminé son monologue.

- « Tu joues les durs. Certainement une manière de te protéger, car en vérité, t'es une gentille fille. Sauf que ça te plais pas... »

Tirant élégamment sur sa cigarette, son regard se fit quelque peu provocateur. Peut-être qu'il se trompait, ou peut-être pas. Peut-être essayait-il de prêcher le faux pour obtenir le vrai... Qu'importe, il semblait déjà aimer se jouer d'elle. Une manière comme une autre de faire connaissance, d'en apprendre rapidement sur son tempérament et ses tréfonds. Néanmoins, il repensa à ce qu'elle lui dit. Il l'aurait mise... de bonne humeur ? Ô miracle ! Ce serait bien la première fois qu'il provoquerait une réaction positive chez quelqu'un. Fixant l'horizon à son tour, il savoura les derniers instants de vie de sa cigarette.

- « Deux miracles en une seule journée... Ça commence à faire beaucoup. Mais, ravis que mes goûts te plaisent. »

D'un simple geste, il balança son mégot dans le vide. Puis tourna à nouveau son attention sur l'inconnue. La fixant avec une intensité qu'il avait l'habitude d'arborer, sans trop faire attention.

- « T'es nouvelle ici, je me trompe ? Moi c'est Aloysius, Fitzgerald. Tu risques de beaucoup entendre parler de ma famille, si ce n'est pas déjà fait. »

Un infime sourire étira la bordure de ses lèvres, soulignant l'ironie dans sa voix. Restant concentré sur elle, il aimait plutôt bien la regarder. Elle n'était pas des plus désagréable.

- « Tu écoutes quoi d'autre comme musique ? »

© Starseed

_________________


Don't ever take a single second to breathe, they're going to send me on a murdering spree. They don't even have a soul left to be saved. I am alive I'm just playing dead. I'm going to say what should have never been said.The giants of the world crashing down. The end is near I hear the trumpets sound

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette sanguinaire

avatar






PETITS PAPIERS :
32

CÉLÉBRITÉ :
Taissa Farmiga

COPYRIGHT :
Bazzart.


MessageSujet: Re: Give me love + L. Aloysius Fitzgerald & Hellyxir Adams   Mar 5 Avr - 10:20

Give me love
"I'll fight my corner, maybe tonight I'll call you,after my blood turns into alcohol. No, I just wanna hold you."Δ

La plupart du temps, Hellyxir était occupée à disparaître, à se fondre dans des vêtements sombres qui l’aidaient dans sa volonté. Elle aimait qu’on porte un regard sur elle comme elle le détestait. Sa personnalité était faite de contradiction. Elle n’était pas réellement intégrée dans ce monde. Peut-être était-elle trop sensible, trop misanthrope, trop abîmée dans sa manière d’être. Elle sait très bien que quelque chose avait toujours cloché chez elle. Elle était toujours le mouton noir, celui qu’on évite, qu’on abandonne, dont on se méfie. Mais en réalité, ces réactions étaient le reflet même de ce qu’elle éprouvait à l’égard de tout le monde. Comme on dit, « aime-toi et les autres t’aimeront. » Elle se retrouvait un peu dans le comportement du jeune homme. Il avait l’air seul, écorché, assombris par des blessures qui n’ont peut-être jamais guéris. Il se pourrait que son empathie lui jouait des tours, mais elle était persuadée intérieurement qu’ils se ressemblaient en bien des points, et qu’il pouvait lui seul comprendre ce qu’elle faisait à cette heure au-dessus d’un toit où elle avait espéré finir ses jours.

« Tu joues les durs. Certainement une manière de te protéger, car en vérité, t'es une gentille fille. Sauf que ça ne te plais pas... »

Ses dires confirmèrent les songes de la jeune femme. Il avait réussi à la cerner, là où d’autres qui la connaissaient depuis bien plus longtemps avait totalement échoué. Elle se contenta de le regarder, et détourna ses yeux sur l’horizon comme pour se protéger d’autant plus de lui. Cerner une personne, cela signifiait appréhender et entrevoir ses faiblesses, et donc il pouvait les utiliser et les manipuler à sa guise, notamment pour la blesser, et elle n’autoriserait jamais cela. Mais sans s’en rendre réellement compte, sa garde s’abaissait… Ses défenses étaient moins agressives. Peut-être parce que sous les airs antipathiques du jeune homme se cachait tout simplement un être humain, avec une envie naturelle de se socialiser et que du coup cela influençait aussi la personnalité de Hellyxir ? Rien n’était sûr, et pourtant, quelque chose d’invisible mais de perceptible se passait à ce moment précis.

Il s’appelait Aloysuis Fitzgerald. Le prénom lui paraissait peu commun, comme s’il provenait d’un temps complètement révolu. Mais le nom de famille lui disait quelque chose. Elle avait une fois dans le couloir de sa chambre aperçu un tableau réunissant toute une famille, où en dessous de celui-ci avait été inscrit « Famille Fitzgerald ». Et en cherchant dans sa mémoire, elle se souvenait d’avoir vu le visage du jeune homme. Froid, distant, exactement la même expression arborait encore aujourd’hui son visage, comme s’il n’avait pas bougé depuis cette photo. La photo avait l’air de daté d’un autre temps aussi. Bizarre… Sans laisser sentir le doute qui émanait d’Hellyxir, elle se présenta à son tour :

«  - Moi c’est Hellyxir Adams. Je suis ici depuis quelques mois, en effet. Ma maison a brûlé, et comme on a plus vraiment d’endroit où habiter, on est venu ici…

Elle s’arrêta là, surprise de s’être confiée autant à un inconnu. Peut-être en avait-elle trop dit, après tout elle ne le connaissait pas.

- J’écoute tous les groupes des années 80, 90. Du genre Nirvana, Misfits, Les Ramones, Gun’s N’ Roses, AC/DC, Led Zeppelin… Mais aussi des groupes plus récents comme Green Day, Garbage, Avenged Sevenfold… Je suis plus Rock qu’autre chose dans ce que j’écoute. Je ne pourrais pas vraiment l’expliquer. J’ai commencé la guitare en m’exerçant justement sur des chansons de ce genre. C’est un genre qui me correspond assez bien. Et toi, tu écoutes quoi principalement ?

Elle adorait parler musique. Comme c’était sa passion, c’était un sujet qui l’animait et embrasait son corps quand elle parlait de cela.

- Si tu te retrouves un peu dans ce que j’écoute, tu pourrais venir de temps en temps dans ma chambre, peut-être que je peux te faire connaître quelques groupes que tu ne connais pas. Et toi aussi, ajouta-t-elle d’un air décontracté. »

Il pouvait être un tueur en série qu’elle s’en fichait un peu présentement. Après tout l’habit ne faisait peut-être pas le moine. Ses défenses s’étaient complètement assoupies. Son instinct lui soufflait quand même de se méfier, parce qu’il était tout de même bizarre même s’il avait l’air d’écouter de la bonne musique.
© GASMASK

_________________




ω I don't care if it hurts, I want to have control, I want a perfect body, I want a perfect soul. I want you to notice when I'm not around. You're so fucking special, I wish I was special, but I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here ? I don't belong here. ω
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette errante

avatar






PETITS PAPIERS :
30

CÉLÉBRITÉ :
Evan Peters


MessageSujet: Re: Give me love + L. Aloysius Fitzgerald & Hellyxir Adams   Mar 19 Avr - 23:02

Give me Love
Hellyxir ✧ Aloysius
Il semblerait d'hors et déjà, que les défenses de la demoiselle s'abaissent à une vitesse folle. Ce qui, cependant, ne surprit pas vraiment le blondinet. Comme si, dès le départ, il avait perçu leurs nombreux points communs. Démunie de toute empathie et autres sentiments pouvant handicaper l'esprit d'analyse, il savait cependant sonder les gens au travers de leur carapace. Tout le monde en a une et l'utilise au quotidien, dans toute situation. Nous sommes réellement nous même que lorsque nous sommes seul. Autrement dit, lorsque nous nous sentons totalement hors de danger. Pour ce qui est du jeune Aloysius, ne se sentant en danger nul part, il restait constamment lui-même. Mais pour d'autres raisons. Car il se fiche du regard des autres, de ce qu'on peut bien penser de lui, ainsi que de ce que les autres peuvent essayer de lui faire. Un je-m'en-foustime complet, vis à vis d'autrui. Sauf, peut-être, elle. Qui semblait sortir de l'ordinaire, mais qui ne devait certainement pas s'en rendre compte ou qui ne savait pas l'utiliser à son avantage. Quel gâchis.

Voilà qu'elle se présenta, sous un nom tout aussi original et significatif, avant de se confier quelque peu à lui. Il acquiesça, simplement. Comprenant d'autant plus sa présence ici, nécessaire. Elle ouvrait ses barrières, se doutant pourtant qu'il devait être bizarre. Mais, peut-être avait-elle également compris que s'il avait voulu lui faire du mal, il l'aurait déjà fait ou n'aurait pas eu besoin de sa confiance ou d'en savoir plus sur elle pour ça. Il lui suffisait d'une petite cuillère pour faire du mal à quelqu'un. Le sujet de la musique eut également le don de le détendre un peu plus, voir même de faire naître dans son regard et sur sa bouille un rayon de soleil qui n'apparaît que trop rarement. Aussi étonnement que cela puisse être, ils avaient de nombreux points communs et exactement les mêmes goûts musicaux.

- « J'écoute les mêmes choses que toi, bien que je garde tout de même une certaine préférence pour les anciens tubes. Il m'arrive même parfois d'écouter du classique, enfin, surtout quand j'ai envie d'apaiser le surplux de tensions qui me monte à la tête... »

Enfin, le jeune homme daigna lui offrir un petit sourire. Qui s'accentua, par la suite, d'un haussement de sourcils, quand elle alla jusqu'à lui proposer de venir dans sa chambre de temps en temps.

- « Ouai. Ce serait sympa ! Tu ne serais pas au 2ème étage par hasard ? Il me semble y entendre assez souvent de la musique... »

Sans trop s'en rendre compte, il plongea son regard transperçant dans celui d'Hellyxir, restant presque figé durant plusieurs secondes. Quelque chose chez elle, l'intrigué et l'attirait suffisamment pour attirer son attention et sa concentration. Une chose que peu de personnes arrivent à provoquer chez lui.

- « Tu es très belle en tout cas. »

Lança-t-il spontanément et du tac au tac. N'étant pas du genre à passer par quatre chemins pour confier ce qui lui passe par la tête. Sa franchise s'étant d'autant plus renforcée depuis ses tendances "Alzheimer". Et puis, il paraîtrait que la majorité des filles aiment qu'on les complimente.

© Starseed

_________________


Don't ever take a single second to breathe, they're going to send me on a murdering spree. They don't even have a soul left to be saved. I am alive I'm just playing dead. I'm going to say what should have never been said.The giants of the world crashing down. The end is near I hear the trumpets sound

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette sanguinaire

avatar






PETITS PAPIERS :
32

CÉLÉBRITÉ :
Taissa Farmiga

COPYRIGHT :
Bazzart.


MessageSujet: Re: Give me love + L. Aloysius Fitzgerald & Hellyxir Adams   Lun 25 Avr - 10:22

Give me love
"I'll fight my corner, maybe tonight I'll call you,after my blood turns into alcohol. No, I just wanna hold you."Δ

La musique, c’était tout pour Hellyxir. C’était ce qui la maintenait en vie, et qui s’apparenterait le plus à un exutoire. La première fois que ses doigts fins avaient frôlés les cordes d’une guitare acoustique avaient été comme une révélation. Elle en avait fait sa meilleure amie, et c’était comme si l’instrument parvenait à boire toutes ses larmes et à panser toutes ses blessures. Mais la musique l’avait aussi poussé à s’affirmer au grand désarroi de son père adoptif qui l’avait souvent surpris à faire le mur pour se rendre à un concert, lorsqu’au milieu de la nuit il se rendit compte que le lit de sa fille était vide de sa présence. Sur la route pour rentrer chez elle, la jeune femme savait très bien ce qui pouvait l’attendre, mais cela lui importait peu d’être privé de sortie, d’internet, ou de shopping. Tant qu’on ne lui retirait pas sa musique, c’était tout ce qui comptait, et son père, artiste dans l’âme, ne s’amusait d’ailleurs jamais à lui enlever ce plaisir quand bien même il savait que ce serait une punition adaptée.

Le jeune homme commençait à se détendre, et à éteindre ce comportement cynique qu’il avait porté à l’égard d’Hellyxir, tout comme cette dernière. Tout comme elle, la musique apaisait ses tensions en le calmant. Elle ne pouvait que se reconnaître dans ses dires. Elle lui renvoya son sourire, un peu gênée, mais il était sincère.

« - Je comprends parfaitement.

Elle avait l’impression qu’elle pourrait le cerner, car il avait sans doute la même carapace et le même masque que portaient la jeune femme pour se protéger du monde, et surtout d’elle-même.

- Oui c’est cela, je vis au 2ème étage. Je pensais me faire petite, voire invisible dans cet hôtel, mais j’ai bien l’impression que ma passion m’a trahis, ironisa-t-elle. Si tu entends, un de ces jours de la musique, n’hésites pas à passer.

Et puis il se mit à la fixer. Ce n’était pas un regard dont elle pouvait deviner facilement le message comme la colère ou la peur. Il donnait plus l’impression de sonder son âme. Un frisson la parcourut de toute part. C’était surement la première fois qu’on lui portait de l’intérêt et qu’on la regardait ainsi, et cela ne la déplaisait pas du tout. Elle avait du mal à se l’avouer, mais il lui faisait de l’effet. Peut-être parce qu’il avait l’air d’être elle en version masculine, mais surement aussi parce que son physique était très avantageux et son style vestimentaire lui rappelait celui de Kurt Cobain, et c’était aussi un gros atout.

Son cœur tressaillit et se mit à battre la chamade. Lui avait-il réellement dit qu’il la trouvait jolie ? Elle ne pût s’empêcher de passer une main remplit de gêne dans ses cheveux, et de jeter un coup d’œil sur ses pieds afin de limiter l’afflux de sang qui gagnait ses joues. Elle essaya tant bien que mal de paraître normal après cette annonce, alors qu’elle bouillonnait intérieurement.

- Tu n’es pas trop mal non plus… Tu es quand même assez surprenant, c’est bizarre de passer du coq à l’âne de cette manière. Tu n’as pas l’air d’être quelqu’un de typique. Et je dois avouer que c’est peut-être pour cela que je suis encore en train de te parler en même temps que je dessaoule.

Puis, elle s’arrêta, et pensait que c’était peut-être le moment de lui demander conseil, ou juste se confier sur quelque chose qu’elle trouvait bizarre, et dont elle était sûre qu’elle ne pouvait dire à personne, car personne ne comprendrait à part peut-être lui.

- Je dois te dire un petit truc. Je me sens un peu bizarre en ce moment, et je crois qu’il s’est passé quelque chose… lui avoua-t-elle, perplexe. »

Elle lui prit la main pour le mettre sur la piste, afin qu’il se rende compte qu’elle était surement plus glacée que la normale. Son cœur tressaillit de plus belle au contact de sa peau.
© GASMASK

_________________




ω I don't care if it hurts, I want to have control, I want a perfect body, I want a perfect soul. I want you to notice when I'm not around. You're so fucking special, I wish I was special, but I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here ? I don't belong here. ω
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette errante

avatar






PETITS PAPIERS :
30

CÉLÉBRITÉ :
Evan Peters


MessageSujet: Re: Give me love + L. Aloysius Fitzgerald & Hellyxir Adams   Mer 11 Mai - 0:59

Give me Love
Hellyxir ✧ Aloysius
Aussi étrange que cela puisse paraître, Aloysius se détendait de plus en plus au fil des minutes. Il s'en rendait compte et cela lui faisait presque peur. Evidemment, rien n'était lisible sur son visage, pourtant... Il n'avait même pas encore perdu la mémoire. Tout semblait tenir du miracle jusque là. Serait-ce donc cette fille qui lui faisait autant d'effets ? Au point d'avoir presque l'air d'un jeune homme... normal ? Bien qu'atypique quand même, selon elle. Mais ça, il le considérait comme un compliment, en étant parfaitement conscient. Il lui offrit d'ailleurs un charmant sourire, n'arrivant plus à détacher son regard d'elle. C'était peut-être, voir sûrement, très précipité, mais elle lui avait clairement tapé dans l'oeil. Bien qu'il ne sache pas vraiment pourquoi, il ressentait tellement rarement ce genre de sentiment qu'il le savait quand c'était le cas.

- « Merci. Je suis rassuré de te l'entendre dire... Je vivrai mal le fait d'être comme tout le monde, en sachant que je ne porte pas grand intérêt au monde. Aux gens... »

Et si elle savait à quel point... Le regard du blondinet se perdit quelques secondes dans le vide, pensif, songeur, avant de s'abattre à nouveau sur elle. Comme si, elle servait de pilié pour le maintenir à la réalité. En une fraction de seconde, sa mémoire pouvait s'évaporer ou son esprit s'évader n'importe où, dans de longues pensées philosophiques.

- « Pour ce qui est de passer dans ta chambre, j'y viendrai avec plaisir. Maintenant que j'ai ta permission. »

Oui, il lui arrivait tout de même d'avoir de bonnes manières. En particulier, avec les spécimens telle qu'elle. D'ailleurs, son cerveau reptilien mourrait déjà d'envie de l'embrasser. Il s'en pinça les lèvres et lutta pour ne pas rester bloquer trop longtemps sur ses lèvres et surtout, pour ne pas céder à la tentation. Il y avait tout de même une certaine "éthique" à suivre et elle méritait bien qu'il la respecte. Il croisa les jambes ainsi que ses mains l'une dans l'autre. Ecoutant attentivement la confession de son interlocutrice. Une confession et pas des moindres... Il se laissa donc faire quand elle lui prit la main pour l'inviter à toucher sa peau, plus glaciale que la normale, en effet. Le blondinet fronça légèrement les sourcils, aimant beaucoup ce contact, qu'il ne lâcha pas d'ailleurs. Puis, il planta son regard énigmatique dans le sien.

- « Et que crois-tu au juste ? S'il t'étais arrivé quelque chose, tu t'en souviendrais, non ? »

Un petit sourire étira les lèvres du jeune homme. Qui ne ressentait pas vraiment la différence de température entre leurs deux peaux mutuelles, toutes les deux très froides. Et pour cause... Evidemment, Alo avait une idée sur son cas, mais préférait attendre de découvrir les hypothèses de la musicienne.

© Starseed

_________________


Don't ever take a single second to breathe, they're going to send me on a murdering spree. They don't even have a soul left to be saved. I am alive I'm just playing dead. I'm going to say what should have never been said.The giants of the world crashing down. The end is near I hear the trumpets sound

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette sanguinaire

avatar






PETITS PAPIERS :
32

CÉLÉBRITÉ :
Taissa Farmiga

COPYRIGHT :
Bazzart.


MessageSujet: Re: Give me love + L. Aloysius Fitzgerald & Hellyxir Adams   Dim 22 Mai - 10:44

Give me love
"I'll fight my corner, maybe tonight I'll call you,after my blood turns into alcohol. No, I just wanna hold you."Δ

Qu’est-ce qu’il faisait plus mal que d’ouvrir les yeux chaque matin et savoir qu’on avait été abandonné par la chair de sa chair ? Elle portait en elle cette blessure à vif, saignante, et douloureuse sans jamais pouvoir la renfermer. Peut-être qu’un jour quelqu’un serait en mesure de la soutenir, et intérieurement elle espérait que ce soit Aloysius. Elle avait envie de lui offrir cette confiance, ce précieux cadeau qu’elle n’avait jamais osé donner à personne. Tout à coup, elle ressentait un élan de chaleur à l’intérieur de son corps qui lui donnait envie d’y croire, de croire en la possibilité d’une amélioration de son état émotionnel végétatif. Elle se réjouissait presque d’avoir eu envie de mourir cette nuit-là, comme quoi, on pouvait faire de belles rencontres dans des moments horribles.

En entendant les paroles du jeune homme, elle ne pouvait s’empêcher de sourire légèrement, car elles faisaient échos aux pensées de la jeune femme. Son cœur s’emballait à chaque fois que son regard daignait croiser le sien. Il avait les yeux aussi sombre et profond que le néant, et pourtant, malgré ce qu’ils pouvaient laisser percevoir au monde au premier abord, son âme n’avait pas l’air d’être aussi noire que ses iris.  

« - Je ne sais pas vraiment… J’ai cru voir juste avant que ma maison brûle une présence à travers ma fenêtre, mais peut être que j’étais juste entre le sommeil et la réalité donc je ne peux même pas savoir si c’était réel… quoiqu’il en soit, j’ai vraiment l’impression qu’il m’est arrivé quelque chose d’obscur. Je ne pense plus du tout de la même manière, j’ai soif… de sang, lâcha-t-elle dans un murmure honteux. »

Ils se tenaient toujours la main, et il se contentait de soutenir son regard comme pour lui donner du réconfort. Ils se quittèrent sur cette note de sympathie et regagnèrent leur chambre respective afin de se donner un peu de repos.


- 6 mois plus tard –



Elle avait donné rendez-vous au jeune homme sur ce toit, là, où ils s’étaient rencontrés. Plus le temps passait, plus elle sentait qu’il savait quelque chose à propos de cette maladie qui la rongeait. Elle voulait en avoir le cœur net.  Ils étaient maintenant amis, se retrouvaient souvent afin de débattre sur pleins de choses. Elle le trouvait mature, sarcastique mais jamais méchant à son égard. Elle adorait sa présence, car il la faisait revivre tout simplement. Son cœur tressaillait toujours autant à son contact, et elle se prenait souvent à penser à frôler ses lèvres. Elle essayait tant bien que mal de se persuader qu’il n’y avait rien entre eux, mais c’était un énième mensonge qu’elle se faisait pour éviter de souffrir. Après tout, que ferait-elle s’il ne ressentait pas du tout les mêmes sentiments ?

Aloysius était arrivé, nonchalant, comme à son habitude, et son cœur battait de plus belle. Il était beau. Peut-être même un peu trop. Elle lui fit la bise, et essaya de se donner une contenance afin de lui parler sérieusement.

«  - Je t’ai fait venir ici pour qu’on ait un peu plus de tranquillité. J’ai l’impression que tu sais des choses à mon sujet, même si tu essayes de ne pas le montrer, je le sens. Tu peux me le dire si jamais il y a quelque chose, c’est important… lui dit-elle en le regardant droit dans les yeux. »

Elle passa une main dans ses cheveux, prête à entendre sa réponse.

© GASMASK

_________________




ω I don't care if it hurts, I want to have control, I want a perfect body, I want a perfect soul. I want you to notice when I'm not around. You're so fucking special, I wish I was special, but I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here ? I don't belong here. ω
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette errante

avatar






PETITS PAPIERS :
30

CÉLÉBRITÉ :
Evan Peters


MessageSujet: Re: Give me love + L. Aloysius Fitzgerald & Hellyxir Adams   Mar 31 Mai - 2:21

Give me Love
Hellyxir ✧ Aloysius
Six mois, déjà, sont passés après cette mystérieuse et mystique rencontre entre notre jeune blondinet démoniaque et Hellyxire. Une rencontre qui ne manqua pas de chambouler tout particulièrement Aloysius. De manière très positive, bien entendu. Lui, qui recommençait à nouveau à tomber au plus bas. Plus particulièrement suite à sa dispute avec Prism, qui lui inspira d'autant plus d'idées noires qu'il n'a déjà en lui, de base. La belle brune était revenue le voir plusieurs fois entre temps et lui aussi osait de plus en plus aller lui rendre visite. Se sentant apaisé à ses côtés et tout simplement... bien. N'ayant même pas la moindre crise d'Alzheimer quand il est avec elle, ni la moindre pulsion de violence. Bon, cela continue dès qu'il se retrouve seul ou avec quelqu'un d'autre. Mais aurait-il finalement trouvé un elixir en Hellyxir ? Quoi qu'il en soit, il aimait sincèrement et réellement passer du temps avec elle. A écouter de la musique, de leurs nombreux points communs et aussi à pouvoir admirer sa beauté. Il ne l'avait pas encore embrassé, ni tenté la moindre approche. Et pourtant, ce n'est pas l'envie qui manque. Voir même d'aller beaucoup plus loin encore... Et il se serait moins gêné pour le faire envers une autre femme. Mais... encore une fois, avec elle, tout semble différent. Quoi ? Lui qui n'est absolument pas doué avec ses propres sentiments, ne sait pas se l'expliquer lui-même. Ce qu'il sait, en revanche, c'est qu'il n'a aucune envie de lui faire le moindre mal. Qu'il tient à elle, aux petites habitudes qu'ils ont adopté ensemble et de façon très naturelle. Ressentant un profond désir de la protéger et... d'elle, tout court.

Elle lui avait donc donné rendez-vous sur le toit de l'Hôtel. Plus précisément, à l'endroit où ils se sont rencontrés pour la première fois. Le grand romantique et homme sensible qui sommeil en lui, il se doute qu'elle prépare peut-être quelque chose de spécial pour ce rendez-vous. A moins qu'il ne se fasse des idées. Qu'importe. Le jeune homme s'empresse de se rendre sur le toit. Se dandinant légèrement sur place, comme un hyperactif et un air enjoué collé sur le visage comme rarement il lui arrive. Son regard avait beau rester incroyablement sombre et dépourvu de certaines émotions, il était clairement de bonne humeur ce soir. Il n'avait pas oublié le rendez-vous, n'avait pas perdu la mémoire. Un sourire angélique étira donc les fines lèvres du blondinet, dès qu'il vit Hellyxire. Puis, il s'avança d'un pas enjoué jusqu'à elle pour lui faire la bise. Aussitôt, il planta son regard dans le sien et l'écouta. Perdant légèrement de son sourire. Il s'offrit quelques micro secondes de réflexion, passant sa langue entre ses lèvres.

- « La question serait plutôt... Veux-tu réellement le savoir ? Tu sais... Tout n'est pas forcément bon à entendre. »

Elle était vraiment loin d'être stupide et il était certain qu'un jour, elle commencerait à comprendre ce qui lui arrive réellement. Seulement, il ne s'était pas vraiment attendu à ce que ce soit maintenant, tout de suite. Sauf qu'elle le mettait au pied du mur et que lui, n'arriverait pas à lui mentir. Il aurait préféré, pour que ce soit plus simple, mais autant qu'il lui prouve à son tour, qu'il lui fait confiance. D'autant plus, que ça semblait vraiment important à ses yeux et qu'il n'avait aucun droit de garder ça pour lui. Uniquement pour lui. Face à son regard insistant, il leva légèrement les sourcils, puis soupira.

- « Très bien... Si tu insistes. »

Relâchant les épaules, il laissa tomber ses fesses sur le rebord en béton. Se grattant les cheveux, avant d'accrocher à nouveau son regard et de lui répondre assez franchement, sans détour.

- « Disons que tu n'es plus tout à fait... humaine. Tu as été contaminé... T'es un vampire, assoiffé de sang. »


© Starseed

_________________


Don't ever take a single second to breathe, they're going to send me on a murdering spree. They don't even have a soul left to be saved. I am alive I'm just playing dead. I'm going to say what should have never been said.The giants of the world crashing down. The end is near I hear the trumpets sound

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Give me love + L. Aloysius Fitzgerald & Hellyxir Adams   

Revenir en haut Aller en bas
 
Give me love + L. Aloysius Fitzgerald & Hellyxir Adams
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Steve Shelto - Don't you give your love... - SAM - 10 euros
» I give you my first love
» Le pamplemousse " Give up your love "
» Chuck jackson - I wanna give you some love 1980 EMI america
» 12'-SYLVIA STRIPLIN-GIVE ME YOUR LOVE-1980-UNO MELODIC REC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Murder Hotel :: The Fitzgerald's Hotel :: La terrasse :: Le toit-
Sauter vers: