Partagez | 
 

 " j’ai cessé de me demander pourquoi les fous faisaient des choses folles…"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marionnette errante

avatar






PETITS PAPIERS :
33

CÉLÉBRITÉ :
Annasophia Robb


MessageSujet: " j’ai cessé de me demander pourquoi les fous faisaient des choses folles…"   Ven 12 Fév - 20:07


« † All Monsters are Human † »
21 ans † gourmandise † morte † ft. Annasophia Robb

Nom:
Amarok
Prénom(s):
Hilly
Date et lieu de naissance:
21 années que sa mère l'a mis au monde un vendredi 13 Mai 1994 à Nuuk au Groenland
Situation familiale:
Sans famille, juste un meilleur ami, bon et une grande sœur mais ça, elle ne le sait pas encore, elle ne l'a pas encore croisé dans les couloirs de l'hôtel
Statut civil:
Célibataire
Orientation sexuelle :
Hétéro
Classe sociale :
Aisée
Date d'arrivée à l'hôtel et raisons :
Il y a quelques mois
Santé:
Morte
Particularité :
elle a cette dépendance affective mais elle ne l'admet pas, de son vivant elle était toujours très tactile et cela n'a pas changé et aussi, elle se balade très souvent sans chaussure comme pour se croire à la plage.
Hilly Vixey Amarok


Caractère

« Sensée, réfléchis et très observatrice, tu es d'une logique inflexible, qui te donne souvent raison, pour ne pas dire toujours quand tu t'engage dans un combat, oui tu as toujours le dernier mot, et tu ne lâche jamais l'affaire. Ton esprit est combatif et ça se voit. Une de tes qualités principales serait l'honnêteté, franche à toute épreuve, rien ne t'empêche de dire le fond de ta pensée ce qui te rend parfois peu sympathique aux yeux des autres. Je ne pense pas que ce soit par vraie méchanceté que tu agis comme ça Hilly, mais par manque de confiance en l'être humain, regarde toi avec les animaux, tu es d'une grande générosité... Ne me regarde pas comme ça, j'ai compris, je change de sujet. *soupire* Tu es une fine philosophe, même les plus petites questions deviennent un grand sujet de débat existentiel. Ce n’est pas toujours chose facile à dévoiler, ni même de faire connaître la personne que l’on est réellement au fond de soi. Sans vraiment le vouloir, chacun se construit une carapace, pour certains, elle les empêchera de souffrir, pour d’autres elle sera simplement là par timidité. Mais tous, nous conservons cette partie à l’intérieure de nous que l’on appelle phase cachée. Tu as toujours été ce genre de fille, celle qui ressent tellement de choses mais qui n'en dit pas un mot. Celle qui arrive à faire croire aux autres que tout va bien quand tout va mal. Celle qui aura toujours peur de ce qu'elle ressent. Celle qui gâchera toutes ses histoires « d'amour » par peur de souffrir. Oui, tu seras toujours ce genre de fille... tu as appris à tourner le dos aux gens qui ne méritent pas d'avoir ton attention, mais tu ne devrais pas mettre tout le monde dans le même panier.

De premier abord, tu semble très froide et fermée à toute tentative d'amitié ou d'affinité. Tu es une célibattante ! Tu en impose et tu ne passe pas inaperçue, tu vis ta vie de célibataire à fond et libre. Tu es super bien comme ça et tu n'as, pour le moment, pas envie de changer de statut. Une aventure d'un soir pourquoi pas, mais tu seras la première à disparaître et si ce devait être ton grand amour, tant pis. Le prince charmant n'existe pas et de toute façon, les gens « parfaits » t'ennuie affreusement. Tu es loin de tout faire pour trouver l'âme sœur. Tu es plutôt du genre attirée par les hommes insolites. Tu n'aime pas le commun des mortels, si les extra-terrestres existaient, tu le choisirais sans hésiter. Un homme qui sort des sentiers battus, qui a une personnalité hors du commun : un artiste maudit, un aventurier solitaire, un chercheur déjanté... Pour être amoureuse, il te faut une part d'ombre et de mystère, un sacré grain de folie. L'inconvénient, ces types ont tendance à sauter sans parachute. Avec lui tu plane, mais tu ne sais jamais comment tu vas atterrir et c'est bien ça qui te plaît. Tu es comme une amazone, une jolie jeune femme indépendante qui n'a peur de rien ni de personne. Sur tes gardes avec les hommes, tu n'es pas du genre à faire de cadeau. Dans la vie, tu sais te battre sur tous les fronts. Une guerrière, tu n'hésite pas à attaquer quand il le faut. Tu ne veux pas être une Valentine et tu le revendique. Tu en a assez de ce matraquage médiatique, de l'utilisation de cette date à des fins commerciales à chaque coin de rue. Tu refuse de jouer le jeu du consommateur amoureux ! L'amour pour toi se manifeste dans les gestes de tous les jours et tu n'attends pas cet instant pour témoigner tes sentiments. Le 14 février est pour toi une date comme toutes les autres pendant laquelle tu vivra ton quotidien sereinement et sans chichi … Et tu l'assume totalement !

Tu es pleine de piquants, pourtant, tu es toute douce et toute sensible sous ton armure. Tu n'as sans doute pas été assez protégée et tu en as besoin, tu as peur d'être écrasée. Tu serais heureuse si tu voulais bien admettre que le monde n'est pas si dure, tu deviendras grande quand tu baissera ta garde et quand tu feras d'avantage confiance aux gens qui te veulent du bien. Tous ne sont pas des prédateurs. Un jour tu seras pleinement heureuse, en attendant, tu te défends comme tu le peux. Tu es du genre tonique, un côté naturel très rafraîchissant. Mais tu ne dévoile jamais tes charmes au premier venu. Tu te mérite. Et puis de toute façon, de quel charme parle-t-on ? Tu peux impressionner parce qu'on ne sait pas toujours comment tu vas réagir. Tu as de la personnalité et contre toute attente, tu es attirante bien que tu revendique le contraire, la faute à ta petite poitrine. Et pour cela tu cherche parfois l'affection des hommes pour te rassurer, te dire qu'elle plaît malgré sa taille ridicule qui te donne l'allure d'une adolescente en pleine croissance.

Audacieuse, tu as tendance à être casse-cou et étonne fréquemment par ton intrépidité. Une grande fan d'horreur, tu recherche le grand frisson. Écouter plus souvent les mise en garde de ton entourage t'éviterais cependant quelques déconvenues ! On ne t'utilise pas pour te jeter ensuite sans en payer les frais. Si on te pense douce, les gens se trompent et s'en rendent vite compte. Tu te venge sans hésitation et tu ne viendra pas t'en excuser ensuite car aucun regret ne viendra ronger ton esprit.les autres aiment ton audace et ton goût pour l'aventure. Ce qu'on apprécie chez toi, c'est qu'on peut compter sur toi en toute occasion. Tu déteste décevoir et honore toujours tes promesses. Pleine d'énergie, tu ne renonce jamais, tu vas toujours de l'avant. D'ailleurs, certains se laissent porter pas ton côté sûre de toi quoiqu'il advienne. Les jours se suivent sans se ressembler, le quotidien t'ennuie, tu as un don inné pour te démarquer et mettre de la fantaisie dans ta vie. Tu aime le mystère et dissimule ce que tu n'a pas envie de montrer. La jeune personne que tu es, as des atouts de caméléon, tu as de réelles capacités d'adaptation. Un bonus dans notre société en perpétuelle changement.

Tu es telle un phénix, tu renaît toujours de tes cendres. Si tu tombe sept fois, tu te relève huit fois avec la même détermination et la même volonté de vaincre tous les obstacles. Quasiment indestructible, tu encaisse tous les coups, avec humour et impétuosité, et parfois même avec un poil de cynisme. Il est pas encore né celui qui vous fera tomber. Mais au fond, dort un cœur d'or, simplement, tu refuse de te prendre trop au sérieux et tu as besoin de laisser parler ton instinct. Dynamique et combative, tu n'es pas une faible femme qui se laisse faire. Tu as de la répartie, et quand on essaye de te toucher en plein cœur, tu sors les armes. Les griffes d'une tigresse sauvage et indomptable. Tu es une rebelle de la vie. Quand quelque chose ne va pas, tu mets les pieds dans le plat. Certains trouvent que tu es parfois piquante, normal pour une dame de pique ! Tu es une sorte d'extra-terrestre. Tu as une intelligence supérieure à la moyenne, mais tu ne veux pas le montrer. Tu donne parfois l'impression de ne pas avoir les pieds sur Terre. Pas étonnant, tu es reliée à ta planète, qui est à des années lumière de la Terre. Tu n'es pas toujours facile à décrypter. Pourtant, tu fais des efforts pour être à la portée de tes copains terriens … Ou pas en fait ! Tu préfère être seule que mal accompagnée. Telle es ta devise. Tu es pourtant sociable, mais un peu ours mal léché. Tu sais faire des concessions en société, et tu aime bien la compagnie des autres. Quand celle-ci t'apporte quelque chose ! Les gens bêtes, mal intentionnés ne t'intéressent pas, et tu préfère t'en éloigner, quitte à rester seule. Tu n'es pourtant pas une fan de la solitude. Tu ne souhaiterais pas vivre sur une île déserte pendant une éternité, tout simplement parce que ce serait ennuyant. Toutefois, tu apprécie de petits tête à tête avec toi même pour faire ce qu'il te plaît, sans te soucier des autres. Tu apprécie la solitude quand c'est toi qui l'a choisit.

Tu es rebelle dans l'âme, tu ne supporte pas les faux semblant et les mensonges. Il y a toujours des secrets et une petite dose d'hypocrisie. Tu perce l'abcès quand ça fait mal. Tu es le poil à gratter que tout le monde aimerait éviter. Tu mets ton nez là où il ne faut pas et tu te rebelle souvent. Tu ne fais pas toujours preuve de diplomatie, mais tu as le mérite d'être franche. Et quand une question te dérange, tu préfère fuir que de mentir. Les gens te perçoivent comme quelqu'un qui a un sale caractère. Pourtant, tu peux être adorable quand tu le veux. Tu pourrais te réincarner en chat de gouttière. Un chat simple et indépendant, qui mène sa vie comme il l'entend et adore vagabonder. Tout comme ce chat sans abris fixe, tu as gardé ce besoin de liberté et des grands espaces. Tu es née avec une petite cuillère en or dans la bouche, mais tu es intelligente, rusée et débrouillarde. Cela te donne un certain côté très attachant, un peu roublarde peut être, mais ce genre de charme a déjà fait ses preuves par le passé. Tu es une femme originale, un peu mystérieuse, une ensorceleuse qui as de l'imagination à revendre. Tu crée du sur-mesure pour que tout te convienne. Petite, tu te perdais dans les comptes des mille et une nuits, tu t'imaginais voleuse malicieuse de Bagdad ou impétueuse voyageuse des mers. Tu as la discrétion et l'âme pure d'un héros. Tu t'engage souvent dans un combat perdu d'avance, mais ta soif de vaincre fait s'incliner les rivaux, même les plus coriaces. On peut souvent te voir voler au secours d'animaux en danger.

Tu joues avec les sentiments des gens, fine manipulatrice et grande observatrice, c'est facile de reconnaître les attirances, et tu joue les mademoiselle Cupidon. Comme des marionnettes, tu joues avec les gens, leurs sentiments que tu dévoile au grand jour. Tu opère dans l'ombre, ainsi tu fais face à l'ennuie qui te guette. Peut être ta seule peur avec celle de tomber amoureuse. Le monde est dominé par les sentiments de chacun et tu refuse et tomber dans ce tourbillon infernal, les réveils mielleux et les surnoms débiles. La méfiance est de rigueur, cela pourrait vous jouer des tours un jour. Tu te fais passer pour la fille dure, au cœur de pierre recouvert de glace, pourtant, on te voit souvent perchée dans un arbre à tenter d'aider un chat coincé. Tu aime les animaux et la nature, d'ailleurs tu es végétarienne et tu refuse de faire du mal à un animal.au fond, tu as bon cœur, tu ne veux juste pas l'admettre, et encore moins laisser parler tes sentiments. Et pourtant, malgré ton envie de ne pas souffrir, tu es cette fille qui recherche l'affection, aussi pour ça tu es très tactile avec les gens. Au fond de toi, tu ressens cette envie irrésistible de tomber amoureuse. Tu as cette part de toi romantique qui tu pousse encore à croire au prince charmant. Mais un prince charmant qui serait refait à ta sauce, un prince rebelle. On pourrait croire que tu l'as trouvé en cette personne qu'est ton meilleur ami, vous avez d'ailleurs connus une ou deux nuit forts agitées, mais vous n'avez pourtant jamais franchi le seuil de l'amitié, sûrement par peur de perdre ce lien déjà si fort qui vous relie.

Toujours  à chercher de nouvelles astuces pour faire tourner le monde en bourrique, tu ne recule pas devant les obstacles qui peuvent  te barrer la route. Au contraire, tu les ignore et les méprise. Rien, ni personne ne peut t'arrêter quand tu es lancée, et jamais tu n'avouera ta défaite. Tu ne supporte pas l'injuste et tu te mêle de ce que tu ne devrait pas. S'immiscer dans la vie des gens, si cela te semble nécessaire, tu n'hésitera pas. Tu es une fonceuse, tu agis avant de réfléchir et quand cela t'arrive, ton image de grande méchante vole en éclat. Dans la vie, tu as tendance à te faire des films. Rêveuse, imaginative et un brin angoissée, tu anticipe toutes les situations. Tu te raconte des scénarios improbables, et imagine souvent le pire. Mais la réalité est tout autre ! Tu n'aime vraiment pas la routine et le train train quotidien. Tu voudrais faire de ta vie une histoire qui bouge, qui sort de l'ordinaire. Tu finis par y arriver, petit à petit ta vie ressemble à un véritable roman, un feuilleton à rebondissements ! Ce qui suscite de la curiosité, comme ce chat de gouttière, tu veux toujours aller plus loin, en découvrir d'avantage. »  
Questionnaire

Quelle est votre relation avec la mort?
Si la vie nous différencie, la mort nous rassemble et n'épargne personne. Nous apprenons à vivre pour mieux mourir !
De quoi avez vous le plus peur?
Je n'ai peur de rien, sauf peut être de mes propres sentiments ...
Où aimeriez-vous être à cet instant précis?
Dans un lit, mais en bonne compagnie !
Préférez-vous errer pour l'éternité ou mourir?
Je crois que ce choix ne me concerne plus vraiment, mais quitte à errer autant le faire correctement
Mary, génie ou tyran?
Je suis encore indécise sur le sujet
Votre personnage d'horreur préféré?
Je dirais Tate, même dans l'horreur, il est capable du meilleur
L'histoire qui vous donne la chair de poule?
"Chair de poule" ? Non je blague ! L'histoire d'un amour pur et passionné ...
Seriez-vous capable de tuer pour sauver votre peau?
Ma peau étant déjà refroidie ... Je serais capable de tuer pour venger ma mort ! Faudrait-il encore que je retrouve mon stupide assassin ...

Derrière l'écran
Pseudo sur le web : Puddy Prénom : Angeline Âge irl : 26, j'ai changé il y a peu, je n'y suis pas encore habituée T-T  Personnage : inventé Crédits : les images viennent de mon amant, internet ! Comment es-tu tombé sur TMH? Il y a quelques mois, je cherchais un forum au contexte différent de tout ce que l'on peut trouver, je suis tombée sur ce lien, grande fan d'AHS impossible de résister à l'appel Haha ♥ Ce compte est-il un double-compte? Nop Un dernier mot : Mot





Dernière édition par Hilly V. Amarok le Ven 12 Fév - 20:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette errante

avatar






PETITS PAPIERS :
33

CÉLÉBRITÉ :
Annasophia Robb


MessageSujet: Re: " j’ai cessé de me demander pourquoi les fous faisaient des choses folles…"   Ven 12 Fév - 20:09


« † Quand je t'ai connu, je ne pensais pas que j'allais t'aimer autant † »
1, 2, 3 † Nous irons aux bois † 4, 5, 6 † Cueillir des cerises

Chapitre Premier

Fillette, tu te souviens, tu étais assise sur ton lit, les jambes croisée, tes écouteurs sur les oreilles, la musique tournant à plein volume, et malgré tout, tu entendais encore la dispute qui faisait rage dans la pièce d'à côté. Cela durait depuis un certain temps déjà. Ce n'était pas la première fois que sa mère et sa sœur se disputaient au sujet des études de cette dernière. Mais cette fois, tu savais du haut de tes 7 ans, que celle-ci allait mal finir. Quelques heures plus tôt, ta sœur était venu la voir pour lui expliquer qu'elle devrait quitter la maison pour quelques temps. Tu étais loin de comprendre pourquoi elle voulait quitter le nid familial, tu ne pouvais rien faire d'autre que d'acquiescer. Tu savais très bien que lorsque ta sœur avait ce regard, c'était impossible de la faire changer d'avis. Elle semblait déterminée à quitter la maison et même tes pleurs n'y changeraient rien. De toute façon, elle te promit de t'envoyer des lettres et aussi de t'appeler le plus souvent possible. Résignée, tu avais donc accepté sa décision, non sans laisser couler quelques larmes sur tes petites joues roses. Ta sœur t'avait embrassée sur le front et après une dernière accolade, elle t'avait fait promettre d'être sage et d'être forte durant son absence. Dans la pièce adjacente, les cris venaient enfin de se calmer. Après un sourd claquement de porte, le calme revenait s'installer doucement dans la grande maison. Enlevant tes écouteurs, tu te releva, hésitant à sortir de ta chambre. Après un court instant d'hésitation, tu finis par ouvrir la porte pour te glisser dans le corridor. Marchant sur la pointe des pieds pour faire le moins de bruit possible sur le vieux plancher grinçant, tu te rendis dans la cuisine où se trouvaient tes parents. Malgré tes efforts, en t'entendant arriver, ta mère se tourna vers toi. Son regard emplit de rage te fit frissonner de peur. Ton père quand à lui abordait un regard plus triste. Voyant ces deux regards tournés vers toi, tu compris que ta sœur venait de partir, et que désormais, tous leurs espoirs allaient reposer sur tes frêles petites épaules.

Ta sœur venait de partir pour un internat d'art. Elle s'était bien réservée de dire qu'elle y avait envoyé sa candidature, intelligente, elle se doutait bien que vos parents ne seraient pas d'accord avec ce choix qui concernait son futur. Mais ta grande sœur, du haut de ses 15 ans avait décidé qu'il était grand temps qu'elle décide elle-même de son avenir. Ce n'est pas tant votre père qui voudrait s'y opposer, pour lui, du moment que ces filles étaient heureuses, il serait l'homme le plus comblé du monde. Mais sa femme n'était pas du même avis. Elle voulait un avenir brillant pour ses deux enfants prodiges. Un an après cette histoire, ton père décida que le moment était venu. Il demanda donc le divorce. D'autres disputes éclatèrent. Elles furent nombreuses et mouvementées, la musique fut ta meilleure amie. Enfermée dans ta chambre, à peine 8 ans, tu rêvais de t'évader. Le soir où ton père fit ses valises, il vint t'embrasser, te faisant la promesse de se battre pour obtenir ta garde. Tu l'attendra donc, restant sage. Subissant les colères de ta mère, elle voulait saborder ta vie, faire de toi son héritière parfaite. Ce n'est que 3 ans plus tard que tu quitta cette maison maudite, tenant la main de ton père, tu grimpas dans la camion de déménagement qui allait te conduire loin de là. Un départ pour une vie nouvelle.

Chapitre Second

Lorsque ta petite tête blonde ouvrit les yeux, tu mis un moment avant de réaliser que tu te tenais dans un lit d'hôpital. Les murs d'un blanc immaculé, décrépités qui t'entouraient et les sondes piqués dans tes veines te ramenèrent assez rapidement à la réalité. Dans un coin, tu remarqua ton père qui s'était endormi sur un fauteuil, dans un coin. À cet instant précis, il semblait tellement fatigué. Il faut dire que les quelques jours qu'il avait du passer à veiller sa fille plongée dans le coma ne l'avaient pas épargné. Regardant le plafond, tu n'avais pas la force de te lever, tu restas sans faire de grands mouvements. Collée au fond de ton lit, tu tentais de te rappeler comment tu avais atterri ici, dans cette chambre. Tu te souvenais t'être sauvée par la fenêtre, tu aurais put passer par la porte, ça aurait été la même chose, ton père travaillant encore dans son bureau, ta sœur ne donnait plus aucune nouvelle depuis un certain temps, les années avaient passées, ses lettres s'étaient faites de plus en plus rare. Elle t'oubliait. Tu y fit de moins en moins attention, tu avais rencontré le jeune voisin, il avait ton âge, a un ou deux ans près, vous êtes devenus amis, tu étais la gentille petite fille sage et solitaire qui rêvait d'avoir un ami, il était la mauvais garçon qui se cherchait quelqu'un avec qui faire les 400 coups. Et tu as débarqué dans la maison voisine.

Tu te souviens avoir bu, beaucoup bu, de l'alcool surtout. Tu te souviens avoir dansé avec plusieurs mecs, tu as fait la fête donc. Pourtant, tu n'avais aucune envie de faire la fête, ni te t'amuser. Tu te souviens que juste avant de sortir en douce, tu t'étais engueulée avec ton père qui te reprochait ton manque d’assiduité à l'école, il reportait la faute sur le jeune voisin qui avait mauvaise influence sur toi. Habituellement, tu aurais encaissé, mais cette fois, tu n'en pouvais plus, cet homme devenait telle la mère que tu avais et qui voulait sans cesse faire de toi une petite fille parfaite. Alors tu étais partie. Partie pour lui montrer à quel point tu es loin d'être cette enfant parfaite qu'il souhaite avoir. Tu te souviens avoir été raccompagnée par le voisin, ton ami rebelle, l'alcool te brouillait les idées. La suite de tes souvenirs reste floue. Qu'as-tu fait le reste de la nuit avec ton meilleur ami ? Blackout ! Maintenant que tu te réveille dans ta chambre d'hôpital entourée d'appareils étranges qui ne cesse d'émettre de pénibles bip. Perdue dans tes pensées, tu ne comprends toujours pas comment tu es arrivée dans ce lit, tu ne remarque pas que ton père s'est lui aussi éveillé. Il ne te fait pas de reproche cette fois, il emploi cette petite voix mielleuse pour te dire à quel point il est heureux de te revoir. Il te souri timidement, te regardai tendrement quand deux autres personnes entraient dans la pièce tenant de quoi manger. Ta sœur était là ! Elle était revenu te voir. Après avoir parlé avec tout le monde, tu t'endormis de nouveau, souriant à ton ami, lors de la prochaine fête, vous ferez plus attention à ne pas dépasser vos limites !

Chapitre Troisième

Depuis quelques jours, tu n'écoutes plus que ton coeur. Ne serais-tu pas amoureuse ? Mais si, ce beau mec dans ta classe. Beau sportif, dragueur de ces dames, car oui c'est un tombeur et tu es tombée dans ses bras. Après tout, il est de ton âge d'expérimenter l'amour. Le premier amour d'adolescente, celui qui reste. Ton père te dit de faire attention, que les garçons c'est le mal. Tu savais, il voulait te protéger, après tout c'est un père qui protège sa fille des garçons adolescents qu'il a été quand il était plus jeune. Il sait comment les garçons fonctionnent, il ne faisait que te mettre en garde contre le premier amour, il n'est pas celui qu'il faut prendre au sérieux. Bien sûr, une adolescente dans son premier émois n'écoute pas les conseils de son vieux père. Tu écoutais donc ton coeur et ton envie d'être amoureuse. Elle était chouette cette idée de tomber amoureuse pour la première fois. Sans t'en rendre compte, tu t'éloignais de ton meilleur ami pour rester avec ce garçon. L'aimer t'apportais beaucoup de bonheur, tu semblais heureuse en étant avec lui, sans te douter que dans ton dos il voyait d'autres filles pour s'entraîner à danser à l'horizontal. Enfin vous savez, vous connaissez le truc… Toi, tu n'étais pas au courant à cette époque.

Tout a changé le soir du bal de fin d'année. Vous étiez trois couples dans cette limousine, en route pour la salle des fêtes. Ton copain ne pensait qu'à une chose, finir sa soirée au lit avec toi. Ainsi, il fut votre première fois, puis la seconde aussi. Et tout s'arrêta d'un coup. Tu te souviens avoir voulu lui faire une surprise, un soir en voulant passer par sa fenêtre. Tu as découvert ton copain dans les bras d'une autre. Il n'était pas difficile de comprendre ce qu'il se passait entre eux, mais c'était douloureux pour toi. Tu passa le reste de ta soirée à pleurer, à regretter, à t'en vouloir. Tu as ensuite piqué quelques bouteilles dans la réserve de ton paternel avant d'aller rejoindre le voisin, ton ami que tu avais abandonné pour ce garçon idiot. Il seul pouvait te remonter le moral. Et c'est ce qu'il fit. Vous avez bu, un peu trop. Beaucoup trop ! Jusqu'au point où vos idées se brouillaient, vous rigoliez pour presque rien, puis surtout, vous avez fini par coucher ensemble. Le plus difficile au réveil, fut de s'en souvenir. Et ensuite, de savoir comment réagir. Ni l'un ni l'autre ne voulait gâcher l'amitié qu'il y avait entre vous. L'amitié plus forte que l'amour, ce fut votre choix.

Chapitre Quatrième

Halloween, le retour. Et comme chaque année, c'est le moment que vous préférez tous les deux. Sans savoir pourquoi ou comment, l'un comme l'autre vous avez développé un goût assez prononcé pour l'horreur. Que ce soit à travers les films, les séries, ou les histoires racontées aux enfants, vous adorez vous donner des frissons. Aussi, qu'y a-t-il de mieux que la fête des morts ? Se déguiser en monstres, sorcières ou autres choses étranges tout droit sorties de votre imagination. Tu adorais partir te balader en forêt la nuit tombée pour aller te réfugier dans cette cabane d'enfants qui était abandonnée. Elle était votre coin secret, vous passiez des heures à discuter là-bas. Depuis, vous n'y allé plus. Cette année, pour la fête des horreurs, tu as décidé de réserver une surprise au voisin. Avec l'aide de ta sœur, qui venait de la fac te rendre visite dans ton université pour quelques jours à peine, vous alliez mettre en scène votre massacre. Comme chaque année, il viendrai te chercher pour ensuite partir à la chasse aux bonbons, car même si vous étiez de grands adolescents, il n'y a pas d'âge pour manger des friandises. Bien sûr, ta sœur rigolai, ainsi, le piège n'a pas fonctionné, mais vous avez tous bien rigolé. Aussi, il fallait croire que le ketchup n'ai pas assez ressemblant pour imiter le faux sang !

Et la fac dans tout ça ? Tu voulais y aller surtout pour faire plaisir à ton père. Poursuivre tes études sans vraiment savoir où tout cela va te conduire … Idée peu brillante, mais les fêtes à l'université, c'était autre chose ! Les histoires sans lendemain, cette envie de vouloir croire que tu pouvais plaire à n'importe quel garçon, cette malchance de ne jamais e voir grossir malgré tout ce que tu pouvais manger avec plaisir. Et de fait, cette poitrine que tu gonflais en portant ce soutien-gorge emplis de mousse. Cela te rassurait de penser que tu pouvais plaire aux hommes malgré ce sous développement qui te gênait affreusement. Tu avait ce besoin de croire qu'ils te portaient de l'affection, pourtant, tu te sauvais lorsque tu sentais que les choses devenaient sérieuses ou que tout s’accélérait. Le seul qui eu le droit, qui aura toujours le droit de faire partie de ta vie, c'est ton meilleur ami de toujours. Après tout, il est le seul à savoir réellement qui tu étais, qui tu es. Il n'a jamais eu peur de te charrier au point que tu t'emporte. Il savait aussi prédire comment tu allais réagir, il s'en amusait. Il faut croire qu'il s'en amusera toujours ! Puis vous avez décidé d'abandonner la fac. L'un comme l'autre, vous n'étiez pas épanoui, vous rêviez d'aventures. Avec lui, tu as décidé de prendre une année pour voyager. Et ce n'est pas le voyage autour du monde, tout beau, tout rose que vous allez faire. Mais un voyage sans retour...

Chapitre dernier

Vous vouliez rencontrer le grand frisson. Lors de ce voyage, vous êtes tombé sur cet hôtel. Vous y avez posé vos valises il y a quelques mois déjà. Ta première nuit, elle fut blanche. Tu n'as pas put dormir. Il te fallait sortir de cette chambre. Tu fis le tour de l'hôtel, te promenant dans les couloirs des différents étages. À la recherche d'un événement bizarre, d'une trace d'un fantôme. Tu voulais te faire peur. Au petit matin, voyant le soleil percer au travers des fenêtres, tu as fini par rejoindre ton lit légèrement déçu. Te couchant pour réussir à t'endormir, tombant de fatigue après avoir couru toute la nuit. Durant ton sommeil, tu fera ce rêve étrange. Celui de voir une personne sans vraiment la voir, tu pouvais voir à travers elle tout ce qu'il se passait dans son dos… C'était très étrange, d'autant plus que lorsque tu te réveilla, tu ne garda aucun souvenir de ce drôle de rêve. Juste une sensation bizarre. Les nuits suivantes furent toutes aussi agitées. Cet hôtel renferme un secret, tu pouvais en être certaine. Plutôt que d'y rester une semaine à peine, vous avez prolongé votre séjour. Étant née avec une cuillère en or dans la bouche, tu pouvais te le permettre.

Ton dernier souvenir remonte à ta mort. Tu te souviens ce soir là, tu avais décidé de rejoindre ton ami pour un bain de minuit dans la piscine intérieure. Enfilant ton maillot de bain, tu étais parti en vitesse. Au bord de la piscine, tu attendais qu'il arrive pour enfin sauter dans l'eau. Tu te souviens avoir entendu du bruit, tu pensais que ton ami arrivait enfin. Tu te trompais. Un homme passait la porte. Son visage reste flou, tu entends sa voix roque te dire que tu ne devrais pas te trouver là, toute seule. Tu sens l'eau te submerger, tu sens l'oxygène te manquer et tu sens ta vie t'échapper. C'était il y a quelques jours à peine. Te savoir morte … Tu as encore beaucoup de mal à l'admettre, plus encore à t'y faire. Tu ne sais pas exactement combien de jours se sont écoulé depuis cet affreux événement. Hilly, tu recherche ton ami, tu garde espoir qu'il soit encore en vie, qu'il ne soit pas arrivé au mauvais moment, que ton assassin s'était déjà enfui. D'un autre côté, il serait à jamais ton ami le plus proche. Ensemble pour l'éternité… Pour le moment tes recherches restent veines, est-ce une bonne chose ? Plongée dans tes pensée, tu te retrouve à l'accueil, un nouvel enregistrement se fait. La voix que tu entends, tu la reconnais, c'est celle de … ta sœur. Elle est ici !





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice

avatar






PETITS PAPIERS :
729

CÉLÉBRITÉ :
Hayley Williams

COPYRIGHT :
Chélie (a) tumblr (g) anaëlle (s)


MessageSujet: Re: " j’ai cessé de me demander pourquoi les fous faisaient des choses folles…"   Ven 12 Fév - 20:31




Bienvenue au
Fitzgerald's Hotel
TU ES VALIDÉE !



Re-bienvenue chez toi ma toute belle calin coeur03

Tout d'abord, bienvenue à toi, puisque la Gourmandise t'a attiré jusqu'ici ! Nous t'avons attribuée la chambre N°203 : AMAROK, et nous espérons que tu t'y sentiras à l'aise puisqu'elle sera tienne pour l'éternité. Maintenant que tu fais partie des clients de l'hôtel, n'hésite pas à venir rencontrer tes voisins pour leur demander des liens. Une fois cela fait, n'oublie pas de passer par les demandes de topics et commencer à converser avec les autres clients. Pense également à aller demander un job afin de payer ton loyer. Viens nous dire si tu souhaites que ton nom de famille soit doublé dans ce topic. Si tu as besoin de te faire parrainer pour mieux t'y retrouver sur le forum, c'est ici. Sache aussi que nous t'attendons dans le flood pour parler de tout et de rien !

Et si tu veux aider le forum à grandir, tu peux voter pour nous toutes les deux heures ici, puis poster dans notre sujet PRD et Bazzart.

Mais avant toute chose, amuses-toi bien ici ! Et surtout, fais bien attention aux personnes que tu rencontres. Pense toujours à inspecter ta chambre avant de t'endormir... Bon jeu ! coeur03


_________________


Baby rainbow

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: " j’ai cessé de me demander pourquoi les fous faisaient des choses folles…"   

Revenir en haut Aller en bas
 
" j’ai cessé de me demander pourquoi les fous faisaient des choses folles…"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi n'y a-t-il jamais personne sur le Tchat ?
» Pourquoi jouer vous du slide ?
» Pourquoi l'histoire et la déco de PiB ne collent pas...
» Si vous savez pas quoi demander pour noel.
» Mais pourquoi personne ne compose plus...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Murder Hotel :: Les secrets :: L'enregistrement :: Les enregistrés-
Sauter vers: