Partagez | 
 

 Where did you sleep last night? + Aloysius

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar






PETITS PAPIERS :
63

CÉLÉBRITÉ :
Lily-Rose Depp

COPYRIGHT :
pigfarts is real.. + tumblr


MessageSujet: Where did you sleep last night? + Aloysius   Dim 22 Nov - 20:21

Where did you sleep last night?
Charlie ✧ Aloysius
Le bébé était né. Un petit garçon. Je l'ai appelé Julian. Mais je ne l'ai jamais appelé par son prénom. Parfois Jules, parfois Ju'. Parfois mon bébé, mon garçon, mon fils. Arsène l'a appelé Juju. Je n'ai pas aimé. Il a arrêté. Mais il est resté près de moi. Près de vous plutôt. Arsène s'en fout de toi Charlie. Il n'aime que Ren. Il n'a d'yeux que pour elle. Je plisse les yeux. Cette voix, même après la naissance de mon garçon est encore là. J'aimerai pouvoir la chasser, j'aimerai pouvoir faire en sorte qu'elle disparaisse et me laisse vivre ma vie. Mais ce serait trop simple. Je suis une Fitzgerald après tout. Même si peu de gens le savent, c'est une vérité. Je pose mes yeux sur mon garçon. Il dort paisiblement sur mon lit. J'espère qu'il ne connaîtra jamais la folie, ma folie. J'espère qu'Arsène aura su lui donner ce dont il avait besoin pour vivre heureux. J'espérai pour lui. Je m'avançais vers le lit et caressais doucement son visage. Son petit torse se levait doucement. Il poussait des soupirs. Il ressemblait à un ange. On toqua alors à la porte. Anja était là, avec Judith. Sa fille, son bébé, elle l'avait fait adopter par un couple du troisième étage, mais elle continuait de s'occuper de Judith. La petite vint m'embrasser et s'approcha de mon fils. Elle posa ses coudes sur le lit, puis son menton sur ces derniers. Elle regarda mon enfant dormir avec admiration. Anja me fit signe de sortir, en silence, pour ne pas réveiller Jules. je lui souris et sortais de la pièce. J'avais besoin d'air. Je ne dormais plus depuis qu'il était né. Il pleurait bien trop souvent et demandait énormément d'attention. Je n'avais pas l'habitude. Je n'avais pas l'habitude de m'occuper d'une autre personne que moi-même. Et surtout d'avoir de la compagnie. J'eus un sourire lorsque je me rendis compte que je ne serai plus jamais seule maintenant que mon fils était là. Je me décidais donc à aller admirer les alentours. Je ne le faisais que très rarement, tout simplement parce que j'avais découvert cet endroit une fois enceinte, et qu'il m'était difficile de monter les escaliers. Je n'aimais pas les ascenseurs, il y avait toujours un Fitzgerald à l'intérieur pour me rappeler que j'étais la rejetée. La bâtarde.
Charlotte, ce n'est pas parce que tu es désormais mère, ce n'est pas parce que tu as agrandit la famille Fitzgerald qu'ils vont mieux te considérer. Tu es toujours un monstre, une abomination, et ton bébé mériterait d'être brûlé, noyé, enterré. Je frissonnais et fermais les yeux à nouveau. La voix partit. Pour quelques minutes seulement, je le savais. Je poussais la porte du toit et m'avançais vers le rebord. Quelqu'un était déjà là. Mon frère, Aloysius. Seule Keziah savait. Seule Keziah savait que j'étais une Fitzgerald, que je faisais partie de la famille. Je soupirais et m'approchais doucement de mon grand-frère qui paraissait perdu dans ses pensées. Il se pouvait qu'il soit encore perdu, qu'il ne se rappelle pas de ce qu'il venait de faire. « Aloysius? Tu ne comptes pas sauter j'espère... » Je haussais les sourcils avec agacement et m'asseyais à côté de lui. Je me mis, moi aussi, à regarder le paysage qui nous entourait. Les champs verdoyants, éclairés par la lumières orangée d'un coucher de soleil d'hiver. La nuit tombait à une vitesse hallucinante, nous recouvrant, nous envahissant comme s'immiscent les ombres dans nos lits. Pour nous tourmenter. Pour nous perdre et nous détruire. Je soupirais et regardais autour de moi. Je n'avais pas envie de faire à Aloysius. Du moins pas là, pas à cet instant. J'avais tout simplement envie d'apprendre à le connaître, mais je ne savais par où commencer. De toute manière, il était destiné à oublier mes paroles. Je le regardais et souriais. Il ressemblait à sa mère, mais aussi à notre père. Il était mon frère, et dans sa façon de me regarder, j'avais le sentiment qu'il le savait. J'avais le sentiment qu'il se reconnaissait en moi, quelque part. Et pourtant, lui non plus n'avait rien fait pour que j'entre enfin dans la famille. J'étais pourtant tout autant légitime que lui, même si je n'avais pas été désirée, même si je n'avais été qu'un accident pour Damon. Le fruit d'un viol. Une abomination Charlie. C'est bien ce que je disais. Je chassais d'un coup de main ces dernières pensées et Aloysius posa un regard surpris vers moi. Je lui adressais un sourire et répondais : « Moi aussi je les ai... Ces petites voix qui te détruisent de l'intérieur... » Ce n'était qu'une question de temps avant qu'elles s'emparent de moi, et qu'elles nous fassent souffrir. Lui. Mais aussi moi. Je ne voulais en aucun cas le blesser, et lui faire du mal. Mais mes voix obscures, elles, elles le voulaient. Je baissais les yeux. Je ne changerai jamais. C'était une évidence.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette errante

avatar






PETITS PAPIERS :
30

CÉLÉBRITÉ :
Evan Peters


MessageSujet: Re: Where did you sleep last night? + Aloysius   Lun 30 Nov - 17:41

Where did you sleep last night?
Charlie ✧ Aloysius
Chaque jour qui soit semble, mais ne se ressemble pas. Avec une mémoire comme la mienne, c'était inévitable. J'étais, malgré tout et parfois, conscient de tout cela. Et ça me rends complètement malade... Ou du moins, plus que je ne le suis déjà. Coincé dans cet hôtel, aux côtés de cette famille que tantôt j'ai envie d'exterminer, tantôt j'ai envie de profiter. En sommes, il m'arrive assez souvent de ne plus me supporter moi-même. Ne sachant plus ce don j'ai réellement envie, où aller, quoi faire et surtout à quoi je sers. La seule issue à toutes ces interrogations m'envahissant l'esprit et sans fin, était donc de m'inventer un rôle, un but. Ce qui, jusque là, fonctionnait plutôt bien. Même si ça ne plait pas forcément à grand monde, mais cela m'importe peu. Aujourd'hui, est un jour où je n'ai envie de rien. En pleine crise de perdition, je déambule un peu partout dans les couloirs, les yeux dans le vide... Jusqu'à ce que mes pas me mènent jusqu'au toit. Sur lequel je décide de me poser un peu. Sur le bord, pour être plus précis. Peut-être un des endroits que je préfère... Je me le dis chaque jour, le redécouvrant chaque jour aussi. J'ignore durant combien de temps je me met à fixer le vide, plongé dans mes songes. Et si je me laissais tomber ? Cela changerait-il quelque chose ? Certainement que non. Mon suicide n'avait déjà pas régler grand chose... Je fais les cent pas sur le rebord, manquant parfois de perdre l'équilibre, sans paniquer ni m'inquiéter pour autant. Puis m'assois, balançant mes pieds au dessus du vide. Une voix féminine et familière m’interpelle ensuite. Pour autant, je ne bouge pas d'un poil, attendant qu'elle se rapproche avant de me décider à la regarder. Sans même m'en rendre trop compte, c'est un regard surpris que je pose sur elle. Il y avait un je ne sais quoi chez elle, qui m'apaisait et me consolait. Elle semblait me comprendre, en un regard. Sans même avoir nécessairement besoin d'ouvrir la bouche. Et Dieu sait à quel point j'ai horreur des paroles inutiles et des tirades trop longues...

- « Elles me fatiguent. Si seulement il existait un moyen de s'en débarrasser... Mais... » Lentement, je pivote sur moi-même afin de pouvoir faire plus amplement face à Charlie. Gardant une jambe de mes deux jambes dans le vide. - « Je sais que c'est impossible. Pas d'autres choix que d'apprendre à vivre avec... »

J'hausse vaguement les épaules après qu'un étrange petit sourire ait arboré mes lèvres. Puis, je ramasse un cailloux au sol, laissant échapper un petit soupire d'exaspération. Que venait-elle faire ici ? Visiblement décidé à profiter de ma compagnie, elle ne devait pas être au meilleur de sa forme. Pourtant, elle semblait lucide et au meilleur de ses capacités. Je faisais de mon mieux, pour essayer de la décrypter un peu. Sachant que le domaine des sentiments ou des émotions n'était pas trop mon fort.

- « Qu'est-ce qui t'amènes donc sur ce toit ? Toi aussi tu voudrais vérifier si on peut voler comme Superman ? »

Je la contemple un instant, avant de finalement sourire. De l'humour noir, qui n'appartient qu'à moi et qui n'a donc pas forcément le moindre sens. Mais qu'importe, c'est ce qui me caractérisait, en partie.

© Starseed

_________________


Don't ever take a single second to breathe, they're going to send me on a murdering spree. They don't even have a soul left to be saved. I am alive I'm just playing dead. I'm going to say what should have never been said.The giants of the world crashing down. The end is near I hear the trumpets sound

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar






PETITS PAPIERS :
63

CÉLÉBRITÉ :
Lily-Rose Depp

COPYRIGHT :
pigfarts is real.. + tumblr


MessageSujet: Re: Where did you sleep last night? + Aloysius   Mer 9 Déc - 21:35

Where did you sleep last night?
Charlie ✧ Aloysius
Aloysius est mon frère. Il y a en nous cette noirceur, cette noirceur que notre sang, mais aussi cet hôtel, a fait naître en nous. Malgré tous nos efforts, nous ne sommes pas parvenus à nous en défaire, à y échapper. Elle nous prend, nous emprisonne et nous paralyse dans la folie. Cette partie obscure au fond de nous aime voir les autres souffrir, pleurer, se plier à nos plus sombres volontés. J'ai tué. Une fois. J'ai tué un homme , qui, sans même montrer son visage, m'a ôté la seule chose qui me restait encore : mon honneur, ou plutôt, ma pureté. Je serrais les cuisses. Je ressentais encore la douleur de sa violence que mon cœur frêle et fragile. Tu as tué Charlie. Tu es un monstre. Nous sommes des monstres. Je détourne le regard, comme à chaque fois que cette voix s'empare de moi. Oui, j'ai tué. Mais j'ai aussi donné la vie. A un môme qui finira comme ses parents, débile et psychopathe. Un monstre de plus dans ce monde irrationnel. Je soupire et tourne les yeux vers mon frère. Mon grand-frère. Il a l'air perdu, perdu dans ses pensées, par ses démons. Il ressemble à notre père. J'eus un sourire. Si seulement tout avait été différent, j'aurai pu être la fille de Svetlana, et tout aurait été plus simple. J'aurais eut une famille, j'aurai appris les choses de la vie. Je ne serai pas tombée enceinte. Je n'aurai pas été violé. Je baisse les yeux. Mais je ne suis pas sa fille, et je dois vivre avec ma solitude. J'attrape sa main et la prends dans la mienne, comme pour lui montrer que je suis là. Ta petite sœur est là Aloysius. Je suis là. Je suis comme toi. Fais moi confiance...
« Uhm... Tu devrais essayer de penser à quelqu'un que tu aimes. Un point d'encrage. C'est ce qui me permet de tenir et de ne pas me jeter du haut de ce toit. » Je lui adressais un sourire triste et lâchais sa main, brusquement. Elle était revenue. Tues le Charlotte. Charlie, pousses le, fais lui ressentir la mort encore une fois. Pousses-le. TUES-LE! J'ouvrais les yeux. La voix s'était tut. Mais mon corps, lui, tremblait. Et j'étais consciente que si elle le désirait, elle saurait prendre possession de mon corps pour faire des choses que seule, je serai incapable de faire. Exact. Je soupirais et observais la vue. C'était si frustrant de voir ce qu'il y avait au delà des grilles de cet hôtel, et de ne pouvoir y aller, de ne pouvoir respirer cet air si pur, bien différent de celui de la mort, celui de cet hôtel. « J'aimerai éviter. Je n'ai pas envie de rester coincée dans le corps d'une adolescente de seize ans pour l'éternité... Non, en fait... J'avais besoin de prendre l'air, je n'en peux plus de cette chambre d'hôtel. » Et des cris de ton fils. Dis-le.
Et des cris de mon fils. Parfois, ils me donnent envie de le tuer.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette errante

avatar






PETITS PAPIERS :
30

CÉLÉBRITÉ :
Evan Peters


MessageSujet: Re: Where did you sleep last night? + Aloysius   Jeu 24 Déc - 3:21

Where did you sleep last night?
Charlie ✧ Aloysius
Voler comme Superman. Au dessus de ces grilles, loin de cet imposant et sombre Hôtel qui me retiens prisonnier depuis maintenant tellement longtemps. Parfois, je me demande ce qui a bien pu changer dans la ville voisine, par exemple. Où serais-je allé si je n'avais finalement pas décidé de me suicider ici-même et que j'aurais eu la possibilité de m'enfuir ? Les choses auraient-elles été si différentes finalement ? Des questions qui resteront, une fois de plus, sans réponses. De toute manière, elles allaient très rapidement être oublié, comme souvent et comme beaucoup d'autres avant elles. La main de Charlie se posant délicatement sur la mienne me fis brutalement sortir de mes torpeurs. Pour autant, je ne met pas fin à se contact qui arrive à m'apaiser quelque peu. Je la regarde et lui répond d'un léger sourire.

- « Même si les personnes que l'on aime ne nous aiment peut-être pas ? »

Négatif jusqu'au bout des ongles, oui. C'était plus fort que moi, mais dans un sens, je voulais légèrement taquiner Charlie. Elle n'avait pas tord. Et c'est cette technique qui m'aidait parfois à garder la tête hors de l'eau. Bien que les gens que j'aime réellement, soient rares.

- « A qui tu penses, toi ? »

Alors que je regardais devant moi depuis une fraction de seconde, suite au manque de réponse de Charlie, je la regarde à nouveau. La sentant comme soudainement "absente". Puis, vivement elle lâcha ma main. Venais-je de poser une question bien trop indiscrète ? Je fronce les sourcils, l'interrogeant du regard avant qu'elle ne reprenne ses esprits. Passant finalement outre cette étrange parenthèse.

- « Tu m'étonnes... C'est vraiment pas le meilleur âge. Et, nous sommes deux alors. Cet hôtel me donne de plus en plus la nausée... »

Je soupire, avant de détourner mon regard en direction du vide et d'y balancer mes pieds. Il n'était pas difficile de ressentir le mal qui semblait ronger Charlie, bien que je ne sois pas doué pour m’intéresser aux ressentis des autres, je la connaissais suffisamment pour le remarquer. Ou du moins, que je m'en souvienne.

- « Quelque chose ne va pas ? Hormis ta chambre bien sûr... »

© Starseed

_________________


Don't ever take a single second to breathe, they're going to send me on a murdering spree. They don't even have a soul left to be saved. I am alive I'm just playing dead. I'm going to say what should have never been said.The giants of the world crashing down. The end is near I hear the trumpets sound

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar






PETITS PAPIERS :
63

CÉLÉBRITÉ :
Lily-Rose Depp

COPYRIGHT :
pigfarts is real.. + tumblr


MessageSujet: Re: Where did you sleep last night? + Aloysius   Dim 21 Fév - 2:04

Where did you sleep last night?
Charlie ✧ Aloysius
Aloysius avait tout du frère que je rêvais d'avoir. Il avait sa dose de souffrance, et me ressemblait de ce côté là. Mais tout comme moi, il était égaré, et fragile, et perdu dans tant de noirceur. Je posais ma main sur la sienne, pour lui souffler que j'étais là, quoiqu'il se passe. Je lui souriais timidement. Les voix au fond de mon être hurlaient de le pousser. De le tuer. De lui faire du mal. Mais je résistais. Je pensais à Pâris, à mon bébé qui dormait dans ma chambre. Je pensais à Arsène. Je pensais à ceux que j'aimais, ceux qui me maintenait telle que j'étais réellement. Qui retrouvait la Charlotte qui disparaissait avec les années. Je soupirais et observais l'horizon. Pourquoi n'avais-je pas la chance d'explorer l'extérieur? De voir le monde? Pourquoi étais-je condamnée à vivre ici l'éternité. A ne rien connaître d'autre. Qu'avais-je fait de mal pour mériter cette existence? On m'en voulait d'être née? De n'avoir rien demandé et d'avoir inspiré ma première bouffée d'oxygène? Pourtant, tout le monde naissait, arborait ce monde sans réclamer la vie. On arrivait, sans rien pouvoir y faire. J'aurai préféré ne pas vivre, que de vivre ainsi. Je reportais l'attention sur mon demi-frère et fronçais les sourcils. Je me mordillais la lèvre et répondis d'une voix sombre : « Oui... L'important c'est de se sentir humain, de sentir qu'on ressent... Et puis, les choses peuvent toujours changer. Surtout ici. » Je lui souriais, et tentais de le rassurer. Mais j'essayais, en vérité, de me rassurer moi-même. Il n'y a pas si longtemps, j'étais tout simplement incapable de ressentir quoique ce soit, tout simplement incapable d'aimer. Mais avec Pâris, avec mon bébé, avec tout ce qui s'était passé, j'arrivais à éprouver des choses que je ne connaissais pas auparavant. Comme le manque, et la compassion. « A mon bébé... Je ne veux pas être comme ma mère, je ne veux pas l'abandonner. Comme elle l'a fait avec moi. Et... J'essaye d'être forte, d'assumer mon passé... Et... Et je me dis que je peux peut-être lui offrir une véritable vie de famille si... » Si Arsène se met à m'aimer, un jour. Je baisse les yeux, attristés. Et les voix reviennent, s'emparent de moi. Non. Je ne veux pas le pousser. Je veux le serrer dans mes bras, le tenir contre moi. Le réconforter. Comme une soeur le ferait avec son frère.
« C'est le but, malheureusement. » Je soupire et passe une main dans mes cheveux blonds. Je laisse mes doigts glisser à travers eux, et laisse tomber mon bras sur ma cuisse, dans un bruit sourd. Ce qui ne va pas? Je tourne vers lui des yeux apeurés. Keziah savait, elle savait que j'étais une Fitzgerald. Mais je ne pouvais pas lui dire, à lui aussi. Je ne pouvais pas lui dire... Pourtant, je ne devais pas lui mentir. Je devais rester évasive dans mes réponses, je devais lui dire. Lui parler. Être honnête. C'est là dessus que se basait la confiance. Et je voulais sa confiance. « J'aimerai... Connaître ma famille... Mais je ne peux pas, ils sont inaccessibles... » Je passais une main sur mon visage et le laissais retomber dans ma paume. J'étais lasse. Lasse de me battre, lasse de faire semblant. J'avais tout simplement envie d'abandonner et de passer à autre chose. De tout dire, ou de m'éloigner. J'étais perdue. Perdue dans les décisions que je devais prendre seule. Seule. Voilà ce que j'étais, depuis toujours. Seule. Personne ne s'était attaché à moi, personne ne m'avait aimé, personne ne s'était soucié de moi. J'étais lasse. Et j'aurai voulu me laisser tomber en avant. Mais la mort n'apportait que l'éternité. Et mon petit garçon m'attendait, deux étages en dessous.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette errante

avatar






PETITS PAPIERS :
30

CÉLÉBRITÉ :
Evan Peters


MessageSujet: Re: Where did you sleep last night? + Aloysius   Jeu 3 Mar - 2:43

Where did you sleep last night?
Charlie ✧ Aloysius
Le regard tourné vers l'horizon, évasif, je continue de balancer machinalement mes jambes au dessus du vide. Tout en essayant de m'imprégner des moindres paroles de ma sœur. Ça faisait du bien, pour une fois, de ne pas être angoissé ni en colère. D'être seulement... blasé. Blasé de cet Hôtel, de la majorité des gens s'y trouvant, de mon interminable existence. Et puis, il y a les rarissimes personnes pouvant compter sur moi et capable de m'apporter quelque chose. Telle que Charlie. Sentir qu'on est humain et qu'on ressent... J'ignore même être capable d'avoir un des deux. J'avais surtout l'impression d'être un puits sans fond et lorsque je ressens enfin des choses, soit j'oublie, soit ça finit toujours par se retourner contre moi. D'une façon ou d'une autre. Je garde mes songes pour moi et souris à Charlie. Elle n'avait pas tord dans son raisonnement. Je suis simplement une cause perdue. Raison pour laquelle, je me concentre plus sur son cas que sur le mien. Sachant qu'il me faut parfois un peu plus de temps que les autres, pour comprendre les émotions d’autrui et ainsi essayer de trouver réponses à leurs questions. Ou consolation à leur malheur.

- « Tu n'es pas comme ta mère et tu ne le seras jamais. Tu t'en sortiras, j'en suis persuadé. Ce bébé t'offre justement l'occasion de ne plus regarder derrière toi et de fixer l'avenir. »

Plongeant son regard ténébreux dans le sien, il finit par lui sourire doucement. Il n'était même pas difficile pour lui, de lire chez Charlie à quel point elle tenait à son bébé et aurait donc la force nécessaire pour essayer de lui faire mener une vie meilleure. Bien qu'elle soit aussi complètement dérangé. Comme tous les gens-gens de cette maudite famille. Plissant légèrement les yeux, je reste concentré sur elle. Captant bien que quelque chose cloche. La connaissant, je ne dois pas la forcer à se confier. Ainsi, c'est tout naturellement qu'elle commença à le faire de son plein gré.

- « Comment ça inaccessible ? Je peux peut-être t'aider ? Rien ne l'est jamais vraiment, tu sais. Hormis peut-être, ce qui me sers de cerveau. »

Encore une fois, je tente un petit sourire en plus d'un peu d'humour. Du moment qu'il peut y avoir quelque chose à faire, qui puisse m'occuper l'esprit et m'empêcher de brûler des chambres ou zigouiller des gens au hasard... Qui plus est, pour elle. Cela semblait vraiment lui tenir à cœur. Et je m'ennuyais ferme en ce moment. Puis, je sais qu'elle aurait fait de même pour moi. Si tenté qu'il puisse exister, ne serait-ce qu'une solution, à un de mes nombreux problème.

© Starseed

_________________


Don't ever take a single second to breathe, they're going to send me on a murdering spree. They don't even have a soul left to be saved. I am alive I'm just playing dead. I'm going to say what should have never been said.The giants of the world crashing down. The end is near I hear the trumpets sound

(c) Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Where did you sleep last night? + Aloysius   

Revenir en haut Aller en bas
 
Where did you sleep last night? + Aloysius
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Where did you sleep last night - Nirvana / Leadbelly
» Where did you sleep last night? + Aloysius
» Vox Lil' night Train (un ampli pour Arnaud)
» LATER THAT NIGHT...
» le nouveau single: "Up All Night"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Murder Hotel :: The Fitzgerald's Hotel :: La terrasse :: Le toit-
Sauter vers: