Partagez | 
 

 Born to suffer † Ashley Winters

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité





MessageSujet: Born to suffer † Ashley Winters   Ven 13 Nov - 0:07

Les grandes lignes de mon histoire ont été rédigées, la forme sera probablement modifiée bientôt, n'hésitez pas à donner vos avis même si elle n'est pas totalement finalisée ! (La fiche du haut ne concorde pas encore avec l'histoire)



Ashley Winters
28 ans † Colère † Morte † ft. Lana Del Rey

Cette petite bouille que vous voyez-là c'est Ashley Winters. Ça fait déjà 28 années que sa mère l'a mis au monde, un 3 novembre, en plein cœur de Londres . Dans son entourage, on peut trouver décrire ici les relations que votre personnage possède déjà, sa famille, ses amis, ses amours etc. Dans sa famille, ils étaient plutôt de la classe moyenne / aisée. Mais un jour, elle est arrivé(e) à l'hôtel il y a plus de 15 ans, pour y passer des vacances en famille et depuis, on peut la croiser morte. Aussi, quelques personnes ont remarqué sa particularité, vous savez cette capacité qu'elle a d'être ?. L'autre jour, on lui a parlé de la mort et il/elle a tout simplement dit : la mort est une présence rassurante, qui nous rappelle que ce calvaire finira par se terminer, un jour ou l'autre.


Caractère


Déterminée - Manipulatrice - Nerveuse - Froide - Réceptive - Passionnée - Toxicomane.

Déterminée: Ashley le prouva à maintes reprises. Elle est déterminée à obtenir ce qu'elle désire, sans pour autant être totalement impitoyable. Elle se soucie des répercussions de ses actes, mais est capable de faire de lourds sacrifices pour satisfaire ses envies. En bref, elle ira loin pour atteindre son but, mais pèsera le pour et le contre avant d'agir et ne mettra pas automatiquement le bien-être des autres de côté.

Manipulatrice:

Raconte-nous ta life


Ici écris nous comment tu es arrivé(e) sur le forum, comment tu le trouves et... bah en fait tu nous parles de toi happy Quam ob rem vita quidem talis fuit vel fortuna vel gloria, ut nihil posset accedere, moriendi autem sensum celeritas abstulit; quo de genere mortis difficile dictu est; quid homines suspicentur, videtis; hoc vere tamen licet dicere, P. Scipioni ex multis diebus, quos in vita celeberrimos laetissimosque viderit, illum diem clarissimum fuisse, cum senatu dimisso domum reductus ad vesperum est a patribus conscriptis, populo Romano, sociis et Latinis, pridie quam excessit e vita, ut ex tam alto dignitatis gradu ad superos videatur deos potius quam ad inferos pervenisse.







Mon Histoire
citation † citation † citation † citation


Penchée à la fenêtre, elle respirait l'air saturé de Londres à plein nez, poussant des gémissements plaintifs à un rythme saccadé. Les yeux larmoyants, elle tentait désespérément de recouvrer son souffle. En vain. Sa respiration s’exténuait, sa fréquence cardiaque s’accélérait. Les coups qui résonnaient dans la porte de sa chambre s’agençaient avec les battements de son cœur. Elle ferma les yeux. Elle tenta de penser aux belles choses, celles qui la retenaient, mais rien ne vint à son esprit. Sa raison de vivre ? Elle l’avait perdue quelques minutes plus tôt, en face de cet hôtel. Elle balança la tête vers l’avant. Et elle plongea.

Sa tête vint se fracasser contre le chaud bitume de la chaussée. Une flaque de sang se forma, s’écoulant à travers la fente localisée sur sa tempe. Et elle ouvra les yeux. Elle avait survécu. Elle survivrait encore et encore. Elle lui appartenait, maintenant. Pour toujours.

~

Et si le Destin existait réellement ? Et si notre existence avait été tracée d'avance, tel un complot savamment orchestré ? Étant jeune, je n’aurais jamais cru à toutes ces stupidités. Je m’intéressais à l’astrologie, à l’occulte, sans vraiment y croire. Mais après toutes ces années, ma certitude que nos vies étaient déjà prévues s’est accentuée. Mon destin à moi, c’était la tristesse. La solitude. Le deuil. Un amoncèlement de catastrophes, entrecoupé de faux-espoirs déguisés en moments heureux. J’aurais autant préféré savoir d’avance que je ne connaîtrais jamais la quiétude, au moins je m’y serais préparé. Mais puisqu’il n’en était pas ainsi, autant faire avec. Têtue comme j’étais, j’ai tenté de combattre ma destinée. Rien n’y faisait. La détermination n’y pouvait rien si on n’avait pas la chance qui vient avec.

Jusqu’à ma mort, j’étais une femme sans histoire. Née dans les années 20, j’étais le modèle typique de la future femme au foyer. Non pas que je manquais d’ambition, mais à vrai dire, je ne me voyais pas ailleurs. En fait, je n’osais pas demander plus qu’une vie tranquille, entourée de mon mari et de mes enfants. Et apparemment, c’était déjà trop.

J’avais 25 ans lorsque je l’ai rencontré. Il s’appelait John. John Ratcliff. Qui aurait cru qu’Ashley, la petite Londonienne dessinée pour une vie monotone, rencontrerait un jour un homme d’affaires spécialisé dans le commerce automobile ? La nouvelle fut accueillie comme un miracle par mes parents, qui commençaient à s’inquiéter que je ne sois pas encore mariée. Leur crainte fut vite estompée, lorsque nous nous unirent à la fin de l’année. J’étais au paradis.
Mon ascension continua lorsque, deux ans plus tard, j’accouchai d’Edward. Dès que je l’ai vu, je suis tombée amoureuse de lui. Peut-être même un peu trop. J’en suis même devenue trop protectrice, refusant carrément de le laisser seul deux minutes. Si bien que mon lien d’attachement à son égard se transforma en une véritable obsession. Lentement, je me désintéressais de John.

~
Le stress commença à lui gâcher l’existence. Les cris incessants du bébé. Mon désintérêt total à son égard. Son emploi du temps surchargé. Il finit par craquer. Sur un coup de colère, il démissionna de son emploi. En d’autres termes, il nous ficha à la porte de notre propre chez nous. Il perdit la raison. Il ne cherchait même plus à se trouver un job. Au lieu de ça, il piochait sans cesse dans nos économies, et il claquait cet argent au bar d’un hôtel louche, le Fitzgerald, qu’il disait. Moi, je n’avais rien à redire. J’étais une femme, après tout. Mon rôle c’était de faire vivre le gosse, de préparer les repas de Monsieur et de nettoyer la maison pour qu’il vienne gerber sur mes tapis en revenant défoncé du bar du coin.
Et ce qui dut arriver arriva. La crise. On n’avait plus un sou, et la maison était loin d’être payée. Cet enfoiré en fit une pierre deux coups, et il m’annonça qu’il déménageait au Fitz. J’étais confuse. Je savais que mes sentiments pour lui s’étaient détériorés, mais il en restait un petit fond. Me séparer de lui ? Je n’avais pas les moyens. Lui non plus. J’ai donc tenté de l’endurer pendant un mois, mais je commençais à craquer. On suffoquait, dans cette chambre miteuse. Et les cris d’Edward ne rendaient pas cet endroit clos très relaxant. J’étais captive. Je passais la journée enfermée dans une pièce crasseuse de 5m² carré pour qu’il revienne soûl mort dans les environs de minuit, heure à laquelle il me violentait, puis se rendormait sans même me dire bonne nuit.
Après 6 mois de souffrance, j’ai décidée de fuir. Agrippant la main de mon fils maintenant âgé de 5 ans, je sortis de ma chambre, déambulant à travers les couloirs sans savoir où j’allais. Finalement arrivée au lobby, je fonçai tête première dans les portes battantes de l’entrée. L’air frais frappa ma peau de plein fouet pour la première fois depuis des lunes. Regardant à peine à droite et à gauche, nous nous élançâmes dans la rue achalandée de voitures, nous frayant un chemin entre celle-ci.
Des hurlements effroyables vinrent à mes oreilles. Je sentis brusquement la main de mon fils s’échapper de mon emprise. Puis, plus rien.
À mon chevet se trouvait le corps inanimé d’Edward. Ses petits bras frêles bordaient son torse atrophié. En longeant son corps du regard, je remarquais vite que quelque chose manquait. Sa tête. Elle avait explosé en mille morceaux.
Non seulement je venais de perdre ma raison de vivre, mais en plus, j’avais cette image barbare qui me hanterait pour le restant de mes jours.
J’hurlais ma douleur au monde entier. Mais tout le monde s’en fichait. Des accidents, on en voyait à tous les jours. Les gens étaient trop occupés à mener leur vie de façon robotique, totalement incapables de ressentir la moindre émotion humaine. Personne ne se souciait de ce qui venait d’arriver à mon fils. Sauf lui.
Non, il n’était pas triste. Pas le moins du monde. Au lieu d’une expression horrifiée, un rictus malveillant se dessinait sur le visage de John, qui s’était fondu dans la masse de gens attroupés devant l’Hôtel. Celui-ci s’engouffra à l’intérieur sans me jeter de regard.
~
Penchée à la fenêtre, elle respirait l'air saturé de Londres à plein nez, poussant des gémissements plaintifs à un rythme saccadé. Les yeux larmoyants, elle tentait désespérément de recouvrer son souffle. En vain. Sa respiration s’exténuait, sa fréquence cardiaque s’accélérait. Les coups qui résonnaient dans la porte de sa chambre s’agençaient avec les battements de son cœur. Elle ferma les yeux. Elle tenta de penser aux belles choses, celles qui la retenaient, mais rien ne vint à son esprit. Sa raison de vivre ? Elle l’avait perdue quelques minutes plus tôt, en face de cet hôtel. Elle balança la tête vers l’avant. Et elle plongea.
Sa tête vint se fracasser contre le chaud bitume de la chaussée. Une flaque de sang se forma, s’écoulant à travers la fente localisée sur sa tempe. Elle n’était pas triste. Elle n’était pas heureuse. Elle attendait la mort comme une vieille amie. Mais rien ne se passa. Elle était toujours là, consciente, étendue sur le stationnement. Elle se releva, se détachant de son corps. Elle formait une nouvelle entité.
Vêtue d’une ample robe noire, elle marcha avec grâce vers le lobby. Elle ne prenait même pas le temps de comprendre pourquoi elle était toujours en vie. Elle savait tout, elle ne savait rien, tout ça à la fois.
On dit qu’elle aurait alors pris l’ascenseur, se dirigeant vers une chambre, semblant avoir une direction précise en tête. Pénétrant à l’intérieur de celle-ci, elle aurait violement poussé un homme à travers la fenêtre. Son nom ? John Ratcliff.
Cette femme, qui, selon la légende, hante toujours les couloirs du Fitzgerald, est maintenant surnommée la Dame en Noir. Elle est toujours à la recherche du grand amour. Mais gare à ceux qui tenteront de la trahir…




Dernière édition par Ashley Winters le Mer 25 Nov - 4:48, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Modératrice

avatar




PETITS PAPIERS :
73

CÉLÉBRITÉ :
Natalie Dormer

COPYRIGHT :
avatar x timeless.


MessageSujet: Re: Born to suffer † Ashley Winters   Ven 13 Nov - 18:12

BIENVENUE ICI ! yoyo
Je n'aime pas Lana mais très bon choix d'avatar quand même ! 
N'hésites pas à poser des questions si tu as besoin. coeur8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marionnette errante

avatar




Broken forever.


PETITS PAPIERS :
66

CÉLÉBRITÉ :
Kaya Scodelario


MessageSujet: Re: Born to suffer † Ashley Winters   Ven 13 Nov - 19:36

Bienvenue à toi, bon courage pour ta fiche pompom

_________________




ω J'aurais aimé t'aimer comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau et que c'est beau d'aimer. J'aurais aimé t'écrire le plus beau des poèmes et construire un empire juste pour ton sourire. Devenir le soleil pour sécher tes sanglots et faire battre le ciel pour un futur plus beau. Mais c'est plus fort que moi, tu vois je n'y peux rien, ce monde n'est pas pour moi, ce monde n'est pas le mien. ω
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Born to suffer † Ashley Winters   Ven 13 Nov - 23:59

E. Athénaïs Carter a écrit:
BIENVENUE ICI ! yoyo
Je n'aime pas Lana mais très bon choix d'avatar quand même ! 
N'hésites pas à poser des questions si tu as besoin. coeur8
Oh t'inquiètes, je suis loin d'être fan, j'aime juste son style, mais le reste, bof...
Et j'ai la chance d'avoir une fabuleuse marraine pour m'aider, mais merci de te proposer ! coeur03
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice

avatar






PETITS PAPIERS :
455

CÉLÉBRITÉ :
Kristen Stewart

COPYRIGHT :
fassylover + tumblr


MessageSujet: Re: Born to suffer † Ashley Winters   Sam 14 Nov - 0:41

Bienvenue officiellement ma belle mimi
J'avoue ne pas être fan de Lana Del Rey en général, mais comme Lady Gaga, je trouve qu'elle peut permettre des personnages très intéressants mimi
Je suis pressée de lire ta fiche! Et comme tu le sais, n'hésites pas à me contacter par mp pour la moindre question! piment (j'adore ça en plus, les questions oyeah )

Bon courage! coeur03

_________________

Prism Z. Welinski
○ Pauvres mortels éternels. Ennemis et pourtant amants, rien n'aurait été en pouvoir de nous rapprocher si nous ne nous étions pas connus dans cet hôtel. (+) Christoph
crackle bones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Born to suffer † Ashley Winters   

Revenir en haut Aller en bas
 
Born to suffer † Ashley Winters
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Born On The Wrong Side Of Time (Taste)
» The Standels + Born Bad Festival
» John Lee Hooker : It Serves You Right To Suffer (1966)
» Weiss'n'born
» Hallyday Tour : Born on the street

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Murder Hotel :: La salle commune :: Présentations-
Sauter vers: