Partagez | 
 

 gasoline (mae&arthur)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marionnette innocente

avatar






PETITS PAPIERS :
142

CÉLÉBRITÉ :
grant gustin

COPYRIGHT :
heart attack


MessageSujet: gasoline (mae&arthur)   Lun 21 Sep - 16:49



gasoline


Les images sont noirs, tacheté de lumières bleus. Il a l'impression de se noyer, il n'arrive plus à respirer.

Il se réveille d'un bond. Encore un de ces foutus cauchemars. C'est toujours la même histoire, il se passe des trucs incompréhensibles et dont il ne se souvient pratiquement jamais pour finir par se réveiller avec une migraine insupportable. Lui il aimerait juste passer une nuit sans se réveiller, mais il sait très bien que ce soir il ne pourra pas se rendormir avant un moment. Alors plutôt que ruminer tout seul dans sa chambre il décide de se lever pour prendre une douche froide. Il s'habille rapidement, enfile un t-shirt et un pantalon au hasard, il ne va pas rester dans sa chambre pour ne rien faire plus longtemps. Il a besoin d'air.

Arthur ferme la porte de sa petite chambre. C'est le milieu de la nuit et le couloir du premier étage est vide. Pas très rassurant vu comme ça, ce long couloir éclairé par quelques luminaires accrochés aux murs. Il ignore l'ambiance pesante et légèrement glauque et il dévale les escaliers en direction du rez-de-chaussée. Il n'a aucune idée de l'endroit ou il se rend, peut-être au bar pour se prendre une cuite histoire de pouvoir passer une nuit correcte. Ces derniers temps les nuits sont difficiles. Ou peut-être qu'il passera chez Prism, pour qu'elle lui passe deux trois trucs et qu'il puisse réellement se vider son esprit pollué. Il est convaincu par cette idée, il décide de s'y rendre après avoir fini sa promenade, un chemin qu'il connaît par cœur.

Il marche et passe devant la salle de bal Salle d'habitude fermée. Mais pas ce soir, il remarque qu'elle n'est pas vide car il y a de la lumière et la porte est légèrement entre ouverte. En entrant, il sait qu'il pourrait faire une grosse erreur et tomber sur un des psychopathes qui peuplent l'hôtel, mais piquer par la curiosité il pousse la porte déjà entrouverte. Arthur reconnaît tout de suite cette silhouette qui danse. Il ne réfléchit pas et pousse un peu plus la porte pour pouvoir y entrer. Il ne détache pas ses yeux d'elle, il n'ose pas parler ni même bouger pour ne surtout pas l'interrompre. Il ne se rend même pas compte qu'il est en train de sourire en même temps qu'il la regarde. Elle ne le voie pas tout de suite. Une voix lui crie qu'il a fait une grosse erreur en entrant ici. Il le sait très bien, il l'entend très bien, mais il l'ignore volontairement. il veut être ici. Arthur sait qu'il le regrettera, mais une autre voix dans sa tête bien moins forte que l'autre lui a dit d'entrer dans cette pièce. Et il n'a pas pu y résister, à l'appel de Mae.


© TITANIA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: gasoline (mae&arthur)   Mer 23 Sep - 0:12


gasoline
Des bruits sourds, des bruits terrifiants pour une peureuse telle que toi. Tu as deux choix : te lever et aller réveiller Kat, ou rester allongé, mais t’enfouir sous les couvertures. Sauf qu’il fait noir. T’aimes pas le noir, t’as peur du noir. Et cet hôtel en soit, n’est pas le plus rassurant qui existe. Tu finis par te lever, mais tu ne vas pas réveiller Kat, elle pourra pas t’aider. Alors tu avances, et tu vas dans ton endroit préféré de l’hôtel. Tu es presque la seule à t’y rendre. Elle n’est pas souvent utilisée, à part dans certaines occasions. Les grands bals, ou ce genre de trucs. Tu y entres, et tu allumes les lumières. Enfin de la lumière. Tu regardes autour de toi, c’est bon, c’est vide. Tu es seule. Tu souris, et enfin, tu réussis à reprendre une respiration normale. Tu prends ton portable, qui n’a pas de réseau dans cet hôtel, et tu l’allumes. Les écouteurs dans les oreilles, la musique à fond la caisse, tu chantonnes les paroles au-dessus des musiques, et tu t’assois sur une table. Et tu souris. Tu imagines, ce n’est plus une salle de bal, c’est désormais, disons, le salon d’attente, pour X-Factor. Et tu attends de passer devant les juges. Et tu passes, tu chantes une chanson, et tu les dis, les réactions que t’aimerais qu’ils aient. Et le décor change de nouveau, autour de toi, y’a des amis, y’a aussi des acteurs que tu connais, et tu leur parles comme s’ils étaient tes meilleurs potes, et tu danses. Tu danses, avec eux. Dans ton imaginaire. Quand on regarde la scène de l’extérieur, on voit juste une fille, danser dans une salle vide. Elle a l’air trop heureuse cette fille, de danser comme ça, alors qu’elle est seule, on a l’impression qu’elle est en extase. Mais parce que tu l’es, parce que tu t’imagines ce que tu veux, quand tu veux, où que tu sois. Et le fait que tu sois pour l’éternité dans un hôtel ne va pas changer la donne.

Tu continues à danser, mais cette fois, tu danses avec Arthur. Arthur. T’aimerais pouvoir vraiment danser avec lui, mais tu sais que ce sera jamais possible. Parce qu’il t’évite. Parce que probablement que t’as été trop collante avec lui, ou peut-être que t’as fait quelque chose de mal, tu sais pas quoi. Mais il te parle plus et quand tu vas le voir, il a jamais le temps. Alors oui, probablement qu’il s’est lassé de toi. Il s’est lassé. Et ça te blesse affreusement. Parce qu’il s’est intéressé à toi, et tu pensais vraiment que vous vous entendiez bien. Et t’as même fait attention à pas trop t’impliquer, ou à pas trop le coller. Mais à croire que pas trop était déjà trop pour lui. Et tu t’en veux, parce que tu peux même pas t’enfuir, vous êtes tous les deux bloqués dans l’hôtel, pour l’éternité. Et bordel, l’éternité, c’est carrément long. Et tu t’arrêtes de danser, parce que tu penses à ta mère, tout d’un coup. Elle te manque tellement. Elle doit probablement penser que t’es morte. Un an que tu ne l’as pas vu, et elle te manque tellement, horriblement. Et ton père aussi, qu’il soit biologique ou non, ça t’importe peu. Et ton frère, ton frère te manque tellement. Tu ne le voyais déjà pas beaucoup, mais le fait de savoir que tu ne le reverras plus. Du tout. Jamais… Tu supportes mal. Très mal.

Cette musique, tu l’adores. Mais tellement. Et pour arrêter de penser à ton frère, à ta mère, à toutes les personnes que tu as laissé, en dehors de cet hôtel, tu te remets à danser. Et cette fois, c’est ton frère avec qui tu danses, et tu lui souris, et il sourit encore plus. Tu lui dis qu’il te manque, et il te répond que tu lui manques aussi, qu’il viendra dans l’hôtel, qu’il peut pas vivre sans sa p’tite sœur. Mais il peut vivre sans toi, il le peut, et il le doit. Parce que pour la première fois de ta vie, t’as aucune envie d’être égoïste. Tu veux pas qu’il vienne te rejoindre. Tu danses, avec ton frère et tu fermes les yeux. Tu tournes sur toi-même, tournes et tournes encore. Ça te fait du bien de danser, l’imaginant avec toi, même s’il ne l’est pas. Et tu finis par ouvrir les yeux, et dans l’entrebâillement de la porte, une silhouette, et tu cris. Et tu tombes par terre. Tu relèves la tête, et tu reconnais le visage. Arthur. Tu baisses les yeux, et tu te relèves. T’as crié comme un vrai bébé, juste devant lui, si ça c’est pas la honte, tu sais pas ce que c’est. En même temps, il t’a fait peur. « Tu m’as fait peur. » Merci Captain Obvious ! Tu enlèves les écouteurs de tes oreilles, et tu t’assois sur une des tables de la salle. Tu sais pas quoi lui dire toi, à Arthur. Après tout, il est probablement là pour se moquer de toi, alors qu’il le fasse, y’a de quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
Marionnette innocente

avatar






PETITS PAPIERS :
142

CÉLÉBRITÉ :
grant gustin

COPYRIGHT :
heart attack


MessageSujet: Re: gasoline (mae&arthur)   Sam 26 Sep - 16:48



gasoline


Il la regarde juste, il n'est même pas question d'aller lui parler puisqu'il sera parti avant même qu'elle ne puisse le voir. Il ne cherche pas à l'éviter comme il le fait pour finir par tout foutre en l'air par curiosité quelque peu malsaine. Son cœur se serre à cette pensée. Il fait ça pour une bonne raison. Il sait très bien pourquoi il l'évite. Mais ça ne change rien. Il n'aime pas faire ça. Faut q'tu fasse demi-tour mon gars. C'est maintenant ou jamais. Il va le faire, mais juste quelques secondes de plus et il partira.

Quand elle s'aperçoit qu'il est là, qu'il l'observe elle crie et tombe. « c'est l'effet que je te fais ? » il rigole un peu, mais ce n'était pas son intention au départ. Il ne voulait pas lui faire peur à l'épier comme ça. Mais comme un con il n'a pas voulu s'arrêter de la regarder danser. Il peut encore partir, avant de se retrouver vraiment coincé. Mais au lieu de ça, Arthur l'éternelle rebelle se rebelle contre lui-même. C'était maintenant ou jamais, il a loupé le bon moment, alors il ne fait pas demi-tour pour suivre son plan de soirée initiale, il avance tout droit et se rapproche de la table où elle est assise. Il se rapproche d'elle.

Les mains dans les poches, comme si ça n'importait pas, comme si ça ne lui faisait rien. Alors qu'il faisait tout pour l'éviter, maintenant il s'approche de Mae. Alors forcément que ça lui fait quelque chose. Il s'arrête devant elle.

Dans un haussement d'épaules il dit « désolé si je t'ai fait peur » 

Toujours les mains dans les poches, il s'asseoit sur la table à côté d'elle. C'est une mauvaise idée Arthur, une très mauvaise idée. Il l'ignore et ne bouge pas. Il va le regretter il s'en doute, mais il décide de mettre ça dans un petit coin de sa tête pour faire comme si ça n'avait aucune importance, comme s'il n'y avait aucune conséquence. Comme si.

« ça t’arrive souvent de venir ici pour .. danser ? »

Il est sincère et se pose vraiment la question, il ne sait pas comment elle va réagir. Après tout il débarque comme un cheveux sur la soupe, après l'avoir éviter sans raison valable, il préfère se tenir prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: gasoline (mae&arthur)   Ven 23 Oct - 16:05


gasoline
Tes yeux sont baissés sur tu sais pas trop quoi. En tout cas, sur tout mais pas sur Arthur. C’est la honte, tellement la honte. Le rouge est probablement propagé sur l’entièreté de tes joues. Surtout Arthur quoi. Souvent, ta mère t’a surprise, pendant tes petites séances de papotages avec toi-même, mais jamais quelqu’un pour qui tu apparaissais encore comme quelqu’un de normal. Mais t’inquiète pas Mae, il a rien vu si ça se trouve. Peut-être qu’il vient d’arriver, peut-être qu’il t’a pas vu parler à une personne que tu connaîtras jamais dans la vraie vie. Peut-être hein, qui sait ? Oui. C’est ça. Il t’a pas vu. T’es convaincue. Pitié Arthur, t’as rien vu hein ? Hein ? « C'est l'effet que je te fais ? » C’est ça, vas-y, moque-toi, j’le mérite. Tu baisses les yeux. Et ben, non, c’est pas l’effet qu’il te fait non. Non, l’effet qu’il te fait est bien différent, et bien énervant, bien contraignant. Toi, tu t’es assise entre temps, t’as pas envie d’être encore plus ridicule. Quoiqu’au final, tu serais capable de tomber de la table, uniquement parce que tu t’es probablement pas assez ridiculisée pour le moment. Pas encore, probablement. Et tu voudrais qu’il décide de te laisser, mais…non.

Non, il s’approche de toi. Les mains dans les poches. Et ton souffle s’accélère, et ton estomac se contracte. Non mais vraiment Mae, t’es trop réactive, bien trop, beaucoup trop. Et il s’arrête, devant toi, et tu le regardes rapidement, son visage, mais tu baisses la tête, et tu essayes de te calmer. Tes mâchoires sont contractées et tu rejoins tes mains pour jouer avec. Et tu tournes la bague qu’est sur ta main gauche, parce que tu sais pas comment réagir face à lui. Mais il est là, et t’es contente qu’il soit là, non ? Enfin, pour une fois qu’un garçon s’intéresse à toi. Surtout lui. Arthur quoi. C’est Arthur. « Désolé si je t'ai fait peur ». Tu relèves les yeux vers lui et tu souris doucement. Tu hausses les épaules. T’oses pas parler. Tu saurais pas quoi lui dire après tout. Mais il bouge. Il va s’en aller, et tout ira bien. Et tu pourras reprendre ton audition pour X-Factor. Et ta vie reprendra son cours. Et ce moment bizarre, tu feras comme s’il n’était jamais arrivé. Mais non, non. Il vient s'assoir à côté de toi. Mais pourquoi il fait ça ? D'accord, vas-y, rigole un coup, fout moi la honte, et on en parle plus hein. Alors pourquoi tu restes ? « Ça t’arrive souvent de venir ici pour .. danser ? » Tu le regardes de nouveau, mais un de tes sourcils est relevé.

Agression, c’est comme ça que tu le prends. Il peut se moquer ouvertement, il peut rire, mais franchement, là, il est sadique. « Je… C’est ridicule je sais. Moques-toi si tu veux. » Tu rigoles doucement. Tu veux pas qu’il se fâche, et tu veux qu’il pense que ça te touche pas ce qu’il dit, ce qu’il fait. « Mais... » Vas-y, reprends-toi. Ou essaye. Tu te racles la gorge rapidement. « Toutes les nuits à peu près. Ouais. J’arrive pas à dormir alors. » Oh la honte ! T’as qu’à lui dire que t’as peur du noir aussi, comme ça t’auras la totale au niveau de l’humiliation. Tu passes ta main dans tes cheveux et tu rebaisses les yeux. « Et sinon, toi, qu’est-ce que tu fais là ? » Au final, plus t’y penses, plus tu te demandes si t’as pas plus peur de lui que du noir à ce moment précis.


HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: gasoline (mae&arthur)   

Revenir en haut Aller en bas
 
gasoline (mae&arthur)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Antigone d'Arthur Honegger
» Arthur Honegger (1892-1955) Hors orchestre
» Arthur, Merlin, la table ronde, etc
» [NEWS] Bill Kaulitz fait le doublage d'Arthur und die Minimoys 2 - Die Rückkehr des bösen M
» [Interview] Bill parle de l'enregistrement d'Arthur und die Minimoys 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Murder Hotel :: La salle commune :: Rps-
Sauter vers: