Partagez | 
 

 « paint it black » ㄨ Andréa F.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité





MessageSujet: « paint it black » ㄨ Andréa F.   Sam 19 Sep - 18:00




PAINT IT BLACK
Andréa Fitzgerald ✤ Tahlia Fitzgerald

When your whole world is black.


Les coups résonnent. Francs. Despotiques. Mes doigts broient la soie, chiffonnent délicieusement le drap. Je rejette la tête vers l'arrière. Piètre halètement. L'intrusion se fait intransigeante. Je harponne la chair sensible. Féline et tentatrice. Mon corps se tord, explose. C'est un bombardement déliquescent. Quelques points lumineux dansent autour de moi. Je perds pieds. « - Plus fort. » Je souffle. Appel probant et désespéré. Je meurs. Les dernières connexions raisonnées de mon cerveau s'émiettent. Poussières. Je ne reconnais plus l'univers obscur qui m'étreint inexorablement. Je ne suis plus Tahlia. Il n'y a que l'effervescence du corps, la fougue entre mes cuisses saillantes. Je divague, vogue à mille lieux de cet Enfer éternel. L'ivresse me gagne. Je papillonne des yeux. Sa poigne lacère mes hanches. Et, je ne peux qu'accentuer mon implacable ascension. « - C'est bon. » Ma voix s'étrangle. Je ne sais plus. Qui suis-je ? Où suis-je ? Peu importe. La brûlure dévaste le néant. Je m’accomplis.

« - Tahlia ? » Un soupire las fait écho à mes délicieuses plaintes. J'immobilise mon impétueuse silhouette. Deux prunelles inquisitrices me scrutent. Je secoue la tête. Ma mère. « - Qu'est-ce que tu veux ? » Je ne cherche pas à dissimuler mes courbes, ni même une quelconque excuse. Elle sait déjà mon insidieuse nature. Au contraire, je la gratifie d'un rictus sardonique. Elle n'est rien. Du moins, pas grand chose dans cette existence dénuée de sens. Simplement une ombre, un ramassis de lâcheté. « - Andréa. Je ne la trouve pas. » J'arque un sourcil. Et en quoi cela me regarde-t-il ? Mon air légèrement ahuri l'incite à ajouter : « - Tu veux bien m'aider à la retrouver ? » J'adresse un bref coup d’œil au bel étalon qui s'impatiente sous mes paumes, puis glousse éhontément : « - Il semblerait que je sois déjà occupée. Maman. » J'accentue les syllabes à cette appellation qui – je dois l'admettre – m'écorche la bouche. Son regard se voile d'une mélancolie familière. « - S'il te plaît, Tahlia. » Devoir familial. Une petite voix me rappelle qu'il s'agit, quand même, de ma sœur. Je grommelle. « - Ok. Ok, ça va. J'arrive. »

Peu encline à la conversation, j'arpente les couloirs de l'hôtel aux côtés de ma génitrice. Nous n'avons rien à nous dire. Comme d'habitude. Elle tente, pourtant, de percer la muraille infernale que je dresse chaque jours un peu plus devant elle. Mais en vain. Le temps s'allonge. Les secondes deviennent des heures. Je serre les dents pour ravaler un souffle pressé. « - On ira plus vite en se séparant. » Et, sans un mot de plus, je m'échappe de sa neurasthénie probante.

Je déambule quelques minutes. Où aller ? Je n'en ai strictement aucune idée. On ne peut pas dire qu'Andréa soit ma plus grande alliée. Après tout, nous passons que très peu de temps ensemble. Non pas que je ne l'aime pas. Bien sûr que non. Nous partageons plus qu'un nom de famille : un ADN. En toute honnêteté, je sais pertinemment pour quelles raisons notre mère s'est risquée à pénétrer mon antre : Andréa n'est pas d'une parfaite stabilité. Un vent d'inquiétude balaye mes derniers ressentiments. C'est ma sœur tout de même.

Je m'étourdis entre les parois interminables du bâtiments. Où est cette petite chieuse ? Je grimpe à nouveau quelques marches que je ne compte plus puis, inspire bruyamment en ouvrant la lourde porte. La fine brise infiltre mes vêtements, mord ma peau encore tiède. Je frissonne. Elle est là. Que fait-elle ? D'ici, je ne perçois que son dos. « - Ah, te voilà. Maman te cherche partout. » Je réduis quelque peu la distance qui nous sépare, croisant les bras sur ma poitrine. « - A cause de toi, j'ai manqué un orgasme. », que j'ajoute, un tantinet agacée. J'incline un peu la tête. Quelque chose ne tourne pas rond. « - Andréa... tout va bien ? »

Revenir en haut Aller en bas
Marionnette errante

avatar






PETITS PAPIERS :
69

CÉLÉBRITÉ :
Rooney Mara

COPYRIGHT :
Blondie & caius


MessageSujet: Re: « paint it black » ㄨ Andréa F.   Dim 27 Sep - 21:01

Pain it Black
“This is the end my beloved friends. I’m lost in dreams and all i know is where i’ve been. Run love, I’m the truth that you’re afraid of I’m a fever that you made up Just martyr on a bridge that’s burning down.”
C
omment avait elle finit ici déjà ? Ses pensées étaient confuses ... Tellement confuses ... Normal quand on est deux à penser dans la même boite crânienne non ? Andy avait pleinement conscience de ce qu'il passait, toujours. Avait vous seulement idée d'à quel point c'est terrifiant de se savoir observé et juger à chaque instant ? Andréa ne peut comploter, ne peut songer à aucune solution car son double le sait en même temps qu'elle ... Alors que la jolie fleur ne fait que tomber dans l'inconscience la psychopathe prend le dessus. Et cette faiblesse l'à mené ici, sur cette terrasse, si loin du sol, dans un état de demi-conscience. Le vent s'infiltre dans ses vêtements, sous sa jupe, tel un pervers avide de peau tendre à caresser. Elle ne bouge pas, ses jambes sont comme des tronc solidement enfoncé dans le sol, elle est si proche du bord ...Si proche de la chute ...

Une voie murmure à son oreille, ses mains identiques aux siennes se posent avec délicatesse sur ses frêles épaules pales, des lèvres percées s'approche de son oreille, ses cheveux brun et long s'entremêlent avec ceux beaucoup plus court et plus sombre d'Andy. Son double est là, contre elle, son menton posé contre son épaule, à regarder le vide.

"Tu y à souvent pensé Andréa chéri. Le suicide. Tu as souvent pensé à cette solution pour te délivrer de mon emprise ! Peut être aurais-tu dut avaler cette bouteille de javel quand tu y à pensé. Malgré l'arrivée incongru de Thalia dans la cuisine, tu t'en souviens ? Elle avait fait un pas vers toi, pour une fois, elle était venue te chercher pour que vous parliez. Tu crois qu'elle s'en souvient ? Elle aurait mieux fait de s'abstenir la petite pute, elle aurait mieux fait d'aller écarter ses cuisses pour votre père plutôt que de t'interrompre dans tes délicieux vœux de morts ! Tu n'en serais pas là aujourd'hui Andréa"

Andy parcours le ventre fébrile de son hôte du bout des doigts, elle remonte, ses ongles frôlant l'entre poitrine de la Fitzgerald, s'y attardant, s'insinuant dans le décoté. Ayant une faible poitrine Andréa portait rarement de lingerie, découvrir alors la peau frémissante et froide de la schizophrène et non un soutiens gorge oppressant fit sourire la psychopathe.  

"Tu n'as jamais osé Andréa, fait le maintenant ! Qui sait, peut être que ça te libera ! Te tuera !"

Les mots s'insinuent dans l'esprit de la brune, ils se propagent mais bloquent tout autres pensées, elle à envie de sauter ... Et si ça réglé tout ? Et si ses souffrances s'arrêteraient alors ? Oh quel doux miel à ses oreilles ... Qu'elle idée enchanteresse ... La fin de ses souffrances ... ou au pire ... un jolie vol plané sans importance ...Oui ... C'est sans doute la solution ... La meilleure ...

. « - Ah, te voilà. Maman te cherche partout. »

La sensation d'être en contacte avec Andy disparait soudainement ... Elle est de nouveau seule, enfin ... presque ... Elle entend Thalia ... La jolie Thalia ... Elle aurait aimé être plus proche d'elle ... Elle aurait aimé mieux la connaitre ... Mieux l'aider ... tout comme elle aurait aimé aidé Keziah ... Mais Andy l'avait détruite à petit feu et personne n'avait rien vu ... Après tout, du temps que la timide Andréa continue de sourire et à la tête dans ses bouquins ou ses carnets de croquis tout vas bien n'est ce pas ?! Cette fille est tellement invisible, du temps qu'elle ne se plains pas face à nous, du temps que sa cadette n'essaye pas de la tuer dévoilant ainsi sa schizophrénie on s'en moque non ? Du temps qu'elle ne disparait pas pendant un temps certains, on ne lui demande pas comment elle va. Parce qu'Andréa est un fantôme au sens propre comme au figuré, si elle n'avait pas été mise au monde ça aurait été pareil, si elle mourrait pour de vrais ... Quelqu'un le remarquerait il ?Maman ... Maman le remarquerait il ? Pleurerait elle pour elles ? Andréa se tourne toujours a demi consciente vers sa sœur ainé.

« - A cause de toi, j'ai manqué un orgasme.  Andréa... tout va bien ? »


Elle l'a regarde comme une étrangère, comme si elle ne savait pas qui était cette jolie blonde au yeux sombre face à elle. Elle reprend le contrôle ... L'a t'elle seulement perdue un instant ? En un battement de ses jolies cils Thalia peut voir le jolie visage romantique de sa cadette se changer en un fasciesce dur, métalliques et malicieux. Un sourire en coin maléfique déforme les lèvres fines d'Andy.

"Mais cet orgasme valait il le coup Thalia ?! Valent ils tous le coup temps que se n'est pas la grosse queue d'Hades qui s'insinue chaude et moite en toi !" Elle explose de rire et se met à chantonner. "Petite Thalia aime son papa, elle aime du plus profond de son vagin. Qu'elle dommage que papa préfère le whisky à cette catin !" elle perd son sourire un instant devenant comme furieuse fixant la blonde "qu'elle dommage qu'une fois encore, Thalia est venue interrompre l'assassin !" Elle fixe sa sœur avec se regards un instant avant d'exploser de rire à nouveau "Pourquoi ne laisses tu pas Andréa mourir en paix ?! Combien de fois vas tu la sauver encore Thalia ?! tu t'en moques d'elle pourtant non ? alors pourquoi ?! POURQUOI THALIA ?!"

Pourquoi ne laissait elle pas l'inévitable se produire ? Andréa devait mourir ... et Andy devait vivre, prendre le contrôle ... non ... non tout mais pas ça ! Elle allait blesser sa famille ... Les larmes coulent sur les jolies joues de la cadette.

"Thalia ... je t'en supplie aide moi ...je...j'ai besoin de toi ...j'ai besoin de ma grande sœur ... juste pour une fois ... je t'en supplie Thalia ..."

Pour une fois ...par pitié ... juste pour une fois ... faite attention à elle ... voyait sa détresse ... juste cette fois ... promis.  
© Starseed

_________________


   
Can you see my scars ?
“I’m the truth that you’re afraid of, I’m a fever that you made up, just martyr on a bridge that’s burning down”
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« paint it black » ㄨ Andréa F.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les "bonnes" reprises
» Blindtest fuzz/psyché
» André Chénier - Bastille - Décembre 2009
» André Messager: Opéras
» Kerifern recherche CHANTEUR black/thrash

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Murder Hotel :: La salle commune :: Rps-
Sauter vers: