Partagez | 
 

 Pour le meilleur et le pire. [Pv : H. Alistair Robinson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité





MessageSujet: Pour le meilleur et le pire. [Pv : H. Alistair Robinson]   Mar 21 Avr - 14:06






Pour le meilleur et le pire.
feat H. Alistair Robinson





Il avait aimé, comme il semblait grandement apprécier l’idée d’avoir gagné. Ou plutôt, il appréciait surtout que nous allions enfin pouvoir passer à d’autre jeu, bien plus intime. Ses mains se baladaient déjà sur mon corps demandant bien plus que je ne pouvais lui en offrir pour le moment. Ses lèvres sur les miennes étaient possessives, dur brutal. Tellement de sentiment qu’il ne faisait aucun doute sur ce qu’il désirait de la cabine à l’extérieur là ou d’autres pouvaient nous voir nos lèvres ne se quittèrent pas. Toujours plus passionné alors qu’il me proposait d’aller dans un endroit plus calme. Ou du moins dans un endroit où nous serions probablement plus libres.

L’idée de le prendre ici et maintenant ne me dérangeait pas. Mais j’avais besoin de tellement plus ce soir qu’un vulgaire plan cul rapide et je savais qu’il saurait combler chacun de mes manques. Pourtant, malgré mon envie, mon désir brûlant pour lui, je comptais bien prendre mon temps. Encore l’un contre l’autre je le fixais dans les yeux avec un regard amusé, alors qu’il devait probablement brûler d’un désir ardent. Aucun doute que la nuit promettait plus d’un exploit. Je refermais mon pantalon et collais une dernière fois mes lèvres aux siennes dans un baiser des plus fougueux.  Je nous séparais et murmurait en douceur l’attrapant par la main.

- Ma chambre…

Me mordant les lèvres, je l’entrainais à travers la foule direction l’ascenseur. Sans jamais perdre son contact une fois à l’abri de l’habitacle et le numéro de l’étage donné. Je le poussais sans retenue contre l’une des parois me collant à nouveau à lui. Lui donnant une nouvelle fois un baiser impérieux indiquant clairement ce que j’attendais de lui. Manque de chance ou tout son contraire, le voyage fut trop rapide. Nous arrivâmes bien vite à destination. Pour mon plus grand malheur, je nous séparais à nouveau alors que je le désirais plus que jamais. Le guidant vers ma porte que j’ouvrais dans la précipitation avant de coller mes lèvres une nouvelle fois aux siennes. Doucement, mais surement je le faisais reculer avec ma chambre alors que mes mains s’activaient déjà à le déshabiller. L’empêchant tant bien que mal d’en faire autant avec moi. Je le poussais sur le lit et le toisais de toute ma hauteur alors qu’il était allongé et vulnérable à mes désirs.

- Je n’ai jamais dit…. Que nos jeux étaient terminés une fois arrivés ici….

Je grimpais sur le lit à quatre pattes, remontant peu à) peu sur son corps en souriant amusé. Nous avions tout notre temps pour nous laisser totalement à notre désir. Je laissais trainer ma langue autour de son nombril remontant doucement sur lui. Je vins doucement titiller ses tétons avant de venir mordiller sa lèvre en douceur alors que mes yeux brulaient de désir inassouvi pour le moment.

- Nous pourrions très bien continuer les défis ici…. En agrémentant le tout avec de quoi fumer…. Qu’en penses-tu… ?


© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Pour le meilleur et le pire. [Pv : H. Alistair Robinson]   Mar 21 Avr - 16:03

La chaleur montait exponentielle. Le corps d’Alistair bouillonnait aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il voulait qu’il le touche, qu’il l’embrasse. Il voulait lui donner du plaisir, il voulait son corps autant qu’un drogué demandait sa came. Le sex était tellement plaisant tout simplement et encore plus lorsqu’il était effectué avec la bonne personne et Mael l’était. Il avait de l’expérience, leur âge n’était éloigné que de trois ans et surtout leurs idéaux étaient les mêmes. Alistair n’était pas un nymphoman comme son partenaire mais il ne trouvait rien de mieux à faire que de coucher avec le premier venu. Cependant, il fallait avouer que coucher avec le Delèze était tellement plaisant qu’il pourrait sûrement lui dire oui en toutes circonstances.

Ils avaient quitté la discothèque, Mael ne lâchant pas une seule seconde la main de Alistair ou bien était-ce le contraire. Ils étaient entrés dans l’ascenseur et le jeune homme s’était fait plaqué contre le mur. Il l’avait embrassé, lui dévoilant tous ses désirs et toutes ses envies pour ce soir. Les mains du Robinson avaient commencé à se faire de nouveau baladeuses sur le corps de son partenaire mais l’ascenseur s’était arrêté et ouvert au troisième étage. Un soupir de tristesse avait traversé ses lèvres lorsque Mael s’était éloigné de lui mais il n’avait pas bronché plus. C’était une torture de s’embrasser par intervalles de la sorte. Le plus jeune avait ouvert la porte de sa chambre, faisant entrer Alistair dedans d’une manière douce et étrangement aguicheuse. Il avait voulu lui ôter ses habits en premier mais il ne lui avait pas laissé le temps. Se retrouvant nu devant son partenaire, il s’était fait plaqué sur le lit. La sensation de sa bouche qui caressait son corps était pareille à des décharges électriques de bonheur pour lui. Il en voulait tellement plus.

Il n’avait pas sur se retenir de rire. Un léger rire, court et à peine audible mais le sourire qu’il arborait était bien la preuve qu’il l’amusait. Il s’était redressé, prenant appuie sur son coude, et avait posé sa main sur la joue de Mael. Il l’avait embrassé, avec un peu moins de fougue que précédemment, cherchant plus à le taquiner plutôt qu’à lui faire plaisir. « Tu veux qu’on continue à jouer ? » Il n’en voyait pas le problème et trouvait même que c’était une bonne idée.  Posant rapidement sa main sur les reins de son partenaire, il l’avait fait basculer de sorte à ce qu’Alistair se retrouve au dessus de lui. Un sourire presque pervers aux lèvres, il avait commencé à le déshabiller. « Mais d’abord, je rétablis un peu d’égalité veux-tu ? » Et même s’il ne le voulait pas, il n’avait pas le choix. Le jeune homme voulait voir son corps, le mater d’une manière qu’il n’était même plus permis. Une fois les habits de son partenaire sur le sol, il avait collé sa peau à la sienne, se frottant délicatement à lui dans une caresse torride et aguicheuse. Il l’avait embrassé, fougueusement et s’était levé, installant un froid affreux entre leurs deux corps. Il n’avait rien dit et était juste parti chercher son pantalon. Il aurait aimé lui faire croire qu’il allait partir, sans vouloir continuer la soirée mais c’était bien trop inutile : Mael le connaissait et il savait qu’il avait tout autant envie que lui des prochains évènements.

De sa poche, il avait sorti des préservatifs et un petit sachet. Il était alors revenu vers son partenaire, un grand sourire aux lèvres. « Bouge pas. » Il avait étalé sur le corps humide de Mael quelques poudres de cocaïne. Attrapant sa paille il avait reniflé la drogue, la faisant directement monter à son cerveau. Puis, cherchant à récupérer chacune des miettes, il avait léché son corps.  Mais son désir avait été si intense que sa langue n’avait pas réussi à se contrôler. Il ne savait plus ce qu’il faisait mais il s’en moquait et se laissait aller si bien qu’il était arrivé à l’entre-jambe de son amant. Il lui avait fait gouter au même plaisir que lui précédemment, se réjouissant intérieurement d’entendre Mael ainsi. Et il l’avait senti lâcher prise, à son plus grand bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Pour le meilleur et le pire. [Pv : H. Alistair Robinson]   Mar 21 Avr - 16:59






Pour le meilleur et le pire.
feat H. Alistair Robinson





Je fus réveillé par mon téléphone qui sonnait. Je grognais et attrapait cette chose, luttant fermement pour ne pas l’envoyer contre un mur. Je raccrochais au malotru qui m’avait réveillé. Je me redressais ou du moins tentais. Un corps, ou plutôt celui d’Alistair était à moitié couché sur moi. J’en avais probablement fait de même pendant la nuit. Je le décalais et décidais de le laisser dormir. Pour une fois qu’il se reposait autant le laisser faire. J’essayais de me remémorer la soirée. Je grimaçais une nouvelle fois n’ayant strictement aucun souvenir. Mais le décor de ma chambre me fit vire comprendre que l’on avait probablement bien dû s’amuser. Entre les cadavres de bouteilles, le mégot, les capotes qui trainaient partout dans la pièce ne laissaient réellement aucun doute sur ce qui s’était passé. Qu’est-ce qui était pire ? La migraine qui me tiraillait ? Ou encore, avoir un trou noir après une soirée qui semblait des plus merveilleuses ? Ne parlons même pas du temps que j’allais mettre à ranger ce foutoir. J’allais probablement y passer la journée.

Je soupirais et quittais la douce quiétude des couettes en recouvrant mon partenaire et quittais la chambre. Première étape prendre un calmant pour ma migraine. Ensuite, préparer un truc à bouffer. Avec tout ce qu’on avait fait, il ne faisait aucun doute que ce n’était plus un estomac, mais un gouffre sans fin. La troisième étape serait ensuite de prendre une douche et la dernière attendrais qu’Alistair se réveille, ranger ma chambre. Non pas que je sois maniaque, mais presque. Bon d’accord totalement en fait.

Mais le petit déjeuner d’abord. Quoique vu l’heure cela ressemblait plus à un gouter. Qu’importe, je tentais d’abord l’option facile, l’ouverture du placard pour essayer de trouver quelque chose à manger. Ce qui ne fut d’ailleurs pas le cas. J’avais au moins chopé les médicaments que je me préparais et en mettais un de côté pour Alistair. Bon puisqu’il n’y avait rien de facile, il ne me restait plus qu’à préparer. Un truc facile et rapide genre… Des pancakes tiens ! Ça faisait longtemps que je n’en avais pas mangé. J’attrapais mon mp3 pour me mettre une musique et me motiver. La musique mise en route je commençais à préparer la pâte que je laissais reposer dans le frigo.

En attendant, il ne me restait plus qu’à prendre ma douche. Je me glissais dans la salle de bain et allumais l’eau. Pendant que celle-ci chauffait, j’observais mon visage dans le miroir. Rien à redire, j’avais vraiment une sale gueule le lendemain de cuite. Fallait vraiment que je pense à arrêter un de ces jours il pourrait m’arriver malheur. Arrêt sur image alors qu’un sourire se dessinait sur mes lèvres. C’était trop tard pour ce dernier point…. J’étais déjà mort il ne risquait pas de m’arriver pire. Je me glissais finalement sous la douche, être mort avait certain avantage. Il ne pouvait pas m’arriver pire.

© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Pour le meilleur et le pire. [Pv : H. Alistair Robinson]   Mar 21 Avr - 18:36

Il était dans une pièce, seul dans l’obscurité. Il avait envie d’appeler pour savoir si quelqu’un était là mais sa bouche ne s’ouvrait pas. Il voulait bouger pour explorer les lieux mais ses pieds ne lui répondaient pas. Son cœur battait fort et il avait senti des gouttes de sueurs couler le long de son dos. Il n’aimait pas cela et il avait bien raison. Il avait senti un vent chaud lui arriver par derrière et son cœur s’était arrêté un instant. Il savait ce qui allait se passer. Ce n’était pas son premier cauchemar. Il avait fermé les yeux sans s’en rendre compte et lorsqu’il les avait rouverts, le décor avait été mis en place. Un salon classe et noble, des papiers sur la table basse. Il savait où il se trouvait mais il n’avait pas envie de revivre ce moment. George parlementait avec le mafieux, il tentait de le convaincre de signer son contrat mais Alistair savait que ce serait vain. Et finalement, on avait tiré sur son ami. Puis, il n’avait resté que lui. Un flingue sur la tempe, la détente avait été pressée.

En un sursaut, couvert de sueur, le jeune Robinson s’était réveillé. Il avait pris sa tête entre ses mains mais qu’espérait-il en faisant ça ? Il voulait peut être essayer d’effacer ces terribles souvenirs de sa mémoire. Il avait beau rester dans un hôtel isolé du monde, il n’était pas à l’abri de ses ennemis. Un jour peut être viendraient-ils et arriveront-ils à le tuer une bonne fois pour toute. Certes la mort n’était plus inquiétant ici mais il savait que ça lui ferait du mal, beaucoup de mal. Il avait beau se droguer ou coucher avec n’importe qui son passé était inscrit dans ses veines et il savait que ça lui reviendrait un jour où l’autre comme un boomerang.

La musique l’avait ramené à la réalité et il s’était lentement rappelé de ce qu’il s’était déroulé la veille. Il n’y avait que le début de la soirée, sa rencontre avec Mael et leurs jeux quelques peu salaces. Le reste était un véritable trou noir mais ce n’était pas vraiment important. Il avait laissé son regard parcourir la pièce pour comprendre qu’il n’était pas chez lui. Il avait alors laissé un sourire étirer ses lèvres. Il avait d’abord retiré la couverture qui le recouvrait, frissonnant devant le froid qui agressait son corps. Il ne s’était pas habillé tout de suite, préférant se réveiller calmement avant d’aller voir son ami. Et il avait réussi à trouver son boxer dans le bordel de la chambre, au milieu des mégots et des capotes usagées. Il s’était dirigé lentement vers la cuisine, attiré par le parasite musical

Lorsqu’il était arrivé dans la pièce, il avait cru que son crâne allait exploser. Il avait éteint la musique sans se préoccuper de l’endroit où se trouvait son camarade. La douleur était bien trop forte pour qu’il arrive à supporter quoique ce soit. Il n’avait pas vraiment voulu chercher son compagnon et avait plutôt préféré se servir un café. Il avait fouillé quelques placards avant de trouver ce qu’il fallait. Il avait sorti deux tasses, ne voulant pas se faire passer pour un égoïste. Il avait pris le médicament que Mael lui avait laissé, le faisant passer avec sa boisson. Il s’était assis sur une chaise en attendant son ami. Et il était arrivé. « Tiens salut toi. (il avait lancé un regard vers le MP3) Au fait, merci pour la musique, ça m’a bien massacrer le cerveau. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Pour le meilleur et le pire. [Pv : H. Alistair Robinson]   Mar 21 Avr - 19:16






Pour le meilleur et le pire.
feat H. Alistair Robinson





Je finis par sortir de ma douche. J’attrapais une serviette et la passais autour de mes hanches, en prenais une autre pour essuyer mes cheveux. La musique ne provenait plus du salon, signe probable que quelqu’un s’était levé pour l’arrêter. Je souriais amusé en sachant qui cela pouvait être. Je quittais la salle de bain pour me diriger vers la cuisine ou mon partenaire buvait tranquillement un café me remerciant pour le son qui semblait l’avoir dérangé. J’attrapais la tasse avant de sortir la pâte du frigo. Elle avait bien assez reposé et je commençais à avoir faim.

- Mais de rien….

J’allumais le gaz en sortant une poêle d’une armoire et la posait prêt à faire mon déjeuner. Aucune idée s’il avait faim ou non et sincèrement cela n’avait strictement aucun intérêt. S’il ne daignait pas manger, je le ferais moi-même plus tard.

- Je vais croire que tu as mal dormi à ta tête. Pas assez reposé ?

Je déposais les premiers pancakes cuits sur une assiette. J’attrapais ma tasse de café avant d’en boire une gorgée. Je lançais une nouvelle fournée et m’approchais de mon partenaire. Doucement je passais mes bras autour de son cou me collant à lui. Attention, rien de sexuel, un simple contact entre amis. Même si j’étais collé à lui, je ne désirais strictement rien de plus qu’un simple contact. Peut-être même lui prêter mon oreille s’il avait besoin de parler. Je posais ma tête contre la sienne et attrapais un pancake. Non sérieusement après notre soirée, et ce malgré nos migraines respectives. J’avais espéré quand même qu’il soit un peu plus gai.

- Ou sinon…. Tu peux aussi me raconter ce qui te chiffonne… ?

Je lui tendais un bout de mon repas avec amusement espérant tout de même avoir un sourire ou quelque chose qui montrait qu’il n’était pas totalement déprimé.

- Si c’est l’idée de rentrer chez toi qui t’angoisse… Reste ici… Tu ne déranges pas.

C’est vrai quoi. On s’entendait bien, on ne passait déjà pas mal de temps ensemble. On couchait ensemble, qu’est-ce que ça changeait pour moi qu’il habite ici ou ailleurs ? Strictement rien. L’avantage, je pourrais garder un œil sur lui et inversement quand besoin. Enfin tout dépendait de lui maintenant d’accepter ou non.


© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Pour le meilleur et le pire. [Pv : H. Alistair Robinson]   Mar 21 Avr - 22:36

C’était pour cette raison que Alistair n’aimait pas dormir. Il ne pouvait échapper à ses cauchemars, à ses plus grandes peurs. Parfois il revoyait sa famille, son père lui criant dessus, sa mère pleurant ou sa sœur lui faisant ses adieux. Et lui… lui qui ne se retournait même pas, qui ne lui avait même pas sourit. Il aurait tellement voulu sortir de cet endroit, la retrouver, l’enlacer et lui promettre qu’il ne partirait plus jamais. Mais c’était vain, sa prison était désormais éternelle et il ne pourrait en sortir. Lorsqu’il se voyait mourir comme ce jour-là, il avait du mal à l’oublier. Il sentait comme une boule, nouant son estomac de par l’angoisse de retrouver ses ennemis.

Mael était revenu, une serviette attachée à la taille. Même si Alistair ne pouvait nier qu’il était charmant dans cette « tenue » il n’en était pas excité comme la veille : prêt à lui sauter dessus. Non, les folies précédentes l’avaient épuisé et rassasié. Il avait cherché à assouvir ses désirs avec une personne digne de confiance et il n’avait pas été déçu de son choix. Bien qu’il ne se rappel de rien, il se doutait que la soirée avait été merveilleuse. Son ami avait bu son café et avait commencé à préparer à manger. Le Robinson n’aurait pas refusé de si bons pancakes mais son estomac était si noué qu’il arrivait à peine à boire son café. Lorsqu’il lui avait fait remarqué que ses émotions se reflétaient sur son visage, il avait haussé un sourire. Etait-ce si évident qu’il allait mal ? Ou bien Mael arrivait-il à le déchiffrer ? Il ne savait quelle solution il préférait et son esprit trop embrumé n’avait pas envie de réfléchir autant. Il avait déposé de la nourriture devant lui mais il n’y avait pas touché. Son bras était venu entourer son cou et il n’avait pu réprimer un léger sourire, touché par sa compassion. Lui raconter ce qu’il avait ? Ce n’était pas vraiment quelque chose qui était dans ses plans enfin… encore aurait-il fallu qu’il ait des plans.

Lorsqu’il lui avait proposé de rester chez lui, Alistair n’avait pas retenu son sourire. Un large sourire amusé. « Arrête, je suis invivable, tu le sais bien. » Ne faisant pas le ménage, se droguant presque tout le temps, buvant sans modération, ramenant qui il voulait chez lui, laissant trainer tout sur le sol, cassant parfois des verres sous la colère et les laissant trainer, entaillant ses pieds sans qu’il n’y prête attention. Non, Alistair n’était pas fait pour la colocation, même si il aurait adoré rester avec Mael. Ils se ressemblaient sur quelques points, ils étaient accordés sur les mêmes idées et passaient tellement de temps ensemble que s’ils avaient emménagé dans la même chambre ça n’aurait choqué absolument personne. Ils n’étaient pas un couple mais beaucoup l’avaient pensé aux vues de leurs baisers et relations plutôt très rapprochées. Mais ils n’en étaient rien. Ils se moquaient de ce que les autres voyaient, ils vivaient leur vie et se savaient de bons amis simplement.

Un léger silence avait pesé entre eux. Alistair n’avait pas voulu entamer la conversation, trop honteux peut être d’avouer son passé à Mael. Il n’y avait rien de bien affreux, c’était une histoire comme une autre mais c’était de le raconter qui lui faisait mal. « En fait… y’a des cauchemars qui reviennent toujours et … » Non, il ne voulait pas lui raconter. Il ne voulait pas en parler, il préférait oublier tout ça, comme si ce n’était pas la réalité, comme si ça n’existait pas. Il s’était donc levé de sa chaise, sans accorder un seul regard à son ami. Il avait passé sa main sur son visage, sentant qu’il tremblait dangereusement. Etait-il devenu aussi dépendant à la drogue ? Etait-il alors si faible ? « Ecoute, je vais y aller. J’ai… des trucs à faire chez moi. (et il avait fini par le regarder, le sourire aux lèvres, un sourire faussement joyeux, plutôt amical et peut être un peu forcé) Et merci pour hier soir, c’était génial. » Et il était retourné dans le salon pour se rhabiller complètement. Il devait rentrer chez lui, se fumer un joint ou boire un verre d’alcool, ça lui importait peu mais il devait prendre quelque chose pour effacer ce cauchemar de sa mémoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité





MessageSujet: Re: Pour le meilleur et le pire. [Pv : H. Alistair Robinson]   Mer 22 Avr - 11:12






Pour le meilleur et le pire.
feat H. Alistair Robinson





Je n’avais rien dit. Je l’avais simplement laissé faire comme bon lui semblait alors qu’il semblait s’éloigner de moi aussi bien physiquement que mentalement. J’avais juste attrapé mon café et l’avais suivi dans le salon ou je l’observais s’habiller. Alors qu’il me remerciait de la nuit. Bien entendu, ne parlons même pas du fait qu’il est refusé ma proposition d’habiter ici. A quoi s’attendait-il ? Où que croyait-il que c’était ? Une demande en mariage ? Un léger sourire se dessina sur mes lèvres alors que je buvais une nouvelle gorgée de mon café.

- Il me semble t’avoir juste proposé d’habiter ici… Pas de devenir l’homme parfait.

Qui pouvait l’être réellement après tout ? Personne. Pourtant, je ne cherchai pas plus à le convaincre de se joindre à moi. Il était bien assez grand pour faire ses propres choix. S’il préférait s’enfermer dans sa douleur qui semblait de plus en plus réelle. Grand bien lui fasse. Il savait que je serais toujours là s’il avait besoin de parler.

Je soupirais, bien que l’idée de le forcer à me parler fût tentante. Je ne fis rien si ce n’est l’observer s’habiller en silence. J’aurais pu faire tout un tas de choses, mais je ne fis rien que boire tranquillement mon café.

- Prends la clé à l’entrée….Ça t’évitera d’attendre deux ans que je vienne t’ouvrir.

Je m’étais adossé au mur alors que la porte venait de se fermer. Je soupirais, ce n’était franchement pas le final que j’attendais pour cette nuit. Mais qu’avais-je réellement attendu en fait ? Je soupirais une nouvelle fois. Depuis quand je me préoccupais du bien-être des autres alors que le mien était des plus chaotique en ce moment.

Je soupirais une nouvelle fois et vidais ma tasse de café. Il était temps que je m’active. Commençons par ranger le foutoir qui me servait de chambre. Vu l’état il ne faisait aucun doute qu’on s’était bien éclaté même si le final laissait plus qu’à désirer.



© Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Pour le meilleur et le pire. [Pv : H. Alistair Robinson]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour le meilleur et le pire. [Pv : H. Alistair Robinson]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reprises (pour le meilleur et pour le pire...)
» Vivre pour le meilleur SP
» "Vivre Pour Le Meilleur" à The Voice Belgique
» Vivre pour le meilleur
» Le meilleur et le pire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Murder Hotel :: La salle commune :: Rps-
Sauter vers: