Partagez | 
 

 It’s funny how the colours of the real world... (w/ A. Primrose Harendel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité





MessageSujet: It’s funny how the colours of the real world... (w/ A. Primrose Harendel)   Ven 17 Avr - 20:52

-Mais c'est que t'as les dents dures, toi.

À qui parle-t-il? Au rat, là-bas. Le rat qui grignote avec ardeur quelque chose dans son coin d'obscurité. Mais il fait trop sombre. Il pourrait bien être en train de bouffer un morceau de cadavre. [...] Le vacarme des machines l'agace. Il n'entend même pas le bruit de ses propres pas. Jim aime quand les sons sont clairs. Ce n'est pas le cas ici. "Mais pourquoi t'es venu au fait?"

-J'sais pas. Et toi, tu le sais?
...Non. Ne réponds pas. Je connais la réponse à cette question. Je viens de la dire.


Son pied shoote dans un truc. Un petit truc qui a roulé jusqu'à quelques mètres plus loin. Ça cogne un tuyau. Tac. Enfin un bruit ! Jim est content. Jim, Jim... T'aimes pas ce nom-là, hein. Et tu détesterais que quelqu'un ose t'appeler ainsi. C'est pour ça que tu ne dis jamais ton vrai prénom. Parce que tu l'aimes pas. Logiquement, personne n'est censé être au courant que tu ne t'appelles pas Ark. Sauf le registre de l'hôtel, et... peut-être quelques rares personnes un peu trop curieuses.  Et puis le rat, toujours là... Il... Il te regarde. L'air insistant. Ses moustaches vibrent. Il veut savoir comment tu t'appelles.

-Tu es sûr...? Je ne voudrais pas t'importuner avec ça. Mais tu avais l'air occupé, j't'en prie: continue.

Le rongeur avait remué son petit nez tout rose et ses oreilles à peine poilues avant de rependre son activité. Ji-... Ark n'avait pas sourcillé, bien que la scène lui avait arraché un court silence. Un silence bruyant. Psscht, pssscht. Ces machines sont bruyantes. Par quoi elles carburent? Il s'approche. Est-ce qu'avec ça il saurait faire planter toute la plomberie? Comme interrompre un personnage lambda en train de prendre sa douche en coupant la canalisation d'eau? Ce genre de conneries. C'est pourtant vrai: Ark pourrait jouer tellement de sales tours depuis la chaufferie. Des sales tours que Mary n'apprécierait pas... du tout. Bien qu'il ne craigne pas foncièrement la maîtresse des lieux, Ark ne tient pas spécialement à s'attirer ses foudres. Il n'est pas le premier à respecter ses pairs mais pas non plus le dernier des imbéciles: il sait qui il ne vaut mieux pas titiller dans l'hôtel Fitzgerald. Jim déteste se faire remonter les bretelles par "elle". Et quitte à passer l'éternité ici, autant le faire en ayant des liens cordiaux avec les personnalités les plus... conséquentes. "Regarde, on dirait qu'il y a de la compagnie par-là !" On dirait qu'il y a de la compagnie par-là. Il s'élance dans une enjambée joviale - qui ne correspond en rien à l'expression neutre qu'il occupe en ce moment, rejoignant la source de ce qui ressemblent à des plaintes de petite fille.


-Et diiis... Dis-moi. Est-ce que tu penses qu'on peut dire que je suis mort... vivant? Je me posais la question.
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice

avatar






PETITS PAPIERS :
732

CÉLÉBRITÉ :
Hayley Williams

COPYRIGHT :
Chélie (a) tumblr (g) anaëlle (s)


MessageSujet: Re: It’s funny how the colours of the real world... (w/ A. Primrose Harendel)   Dim 19 Avr - 16:42

« Oh s'il te plaît non, c'est sombre en bas. Je.. Je ne veux pas y aller. » la jeune femme suivait son frère. Il semblait ne pas l'entendre, ou du moins s'en contrecarrer. Il la tirait par le bras, l'emmenant droit vers l'endroit tant redouter. « Eliott tu m'entends ? » Oh monsieur je m'en fous, la poupée te parle. La marionnette te cause. Mais lui s'en fout. Il a quelque chose en tête. Ce soir il veut s'amuser, il veut jouer des mauvais tours. Alors il continue de l’entraîner vers les ténèbres et elle, elle continue de demander où il l’emmène. « Oh bordel tu peux pas t'la fermer deux s'condes ? » Prim s'arrête de piailler aussitôt. Eliott il est pas du genre à rigoler. Prim le sait alors elle ferme sa bouche et suit sans rechigner.

« Ecoute-moi bien. C'est bon tes oreilles sont grandes ouvertes ? » La jeune femme acquiesce d'un geste de la tête. « Ok. On va jouer à un jeu d'accord ? » Il ne lui laisse pas le temps de répondre et la balance dans la chaufferie, la trainant jusqu'à cette sorte de placard. Il en bloque la porte de l'extérieur. Jeu set et match. Il est tranquille pour les heures à venir. La petite rousse quant à elle se ramasse en beauté sur le sol. Ce jeu est étrange et visiblement pas très amusant. Elle se relève et essaye d'ouvrir la porte sans succès. Prim connait les histoires qu'on raconte sur ce lieu. "En cet endroit, les esprits rôdent, en particulier les plus dangereux, les plus cruels. Ceux que Madame Fitzgerald refuse de voir se pavaner dans son hôtel. " Rassurant hein ? Pas trop en effet. Non pas du tout en fait et Primrose elle s'en mord les doigts. Elle est morte de trouille. Elle essaie d'appeler à l'aide. Mais personne ne semble l'entendre. Ou du moins personne ne semble vouloir l'aider.  « Eh il y a quelqu'un ? » demande-t-elle en chuchotant. Eehh c'est qu'il ne faudrait pas réveiller les fantômes ! Les esprits et les monstres dorment. On les entend respirer..

Ça fait un moment qu'elle est assise là. L'espace est riquiqui et ne lui laisse aucune liberté de mouvement. Puis elle fini par entendre quelque chose. Quelqu'un qui parle, une personne qui parle visiblement toute seule. Il s'approche et marmonne des choses étranges. S'adresse-t-il à elle ? Oh la rousse ne comprend pas trop. Elle ne comprend pas son charabia. « Ehh, dites moi aimable personne derrière pourriez-vous m'ouvrir ? Il se trouve que je suis... Comme qui dirait coincer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: It’s funny how the colours of the real world... (w/ A. Primrose Harendel)   Mar 21 Avr - 22:51

Bah les plaintes se sont arrêtées. Ark s'arrête. "Bonjour, tristesse !" Il n'entend plus rien. Plus... rien. Horreur ! Il déteste ne rien entendre; ses guiboles se remettent en marche. Encore un peu, un peu, un peu... Et voilà. Les horribles jacassements reprennent de plus belle. Il semblerait que ça soit adressé à l'intention de quelqu'un. Quelqu'un qui serait de passage. Quelqu'un d'insouciant. Quelqu'un qui serait prêt à aider une âme en détresse. Quelqu'un comme...

"Ehh, dites moi aimable personne derrière pourriez-vous m'ouvrir ? Il se trouve que je suis... Comme qui dirait coincer."

Sa tempe se colle contre la porte qui a l'air de lui causer. Il écoute. Les mots sont bouffés. C'est bizarre. "Regarde toi un peu. Tu vois, hein? Les murs ne se contentent plus des oreilles: ils ont besoin de bouche aussi. C'est drôle, je me disais justement au même moment que..."

-Ola ola ola, dis-moi ! T'es coincée là. C'est pas de ta faute, je suppose. Pardon? Désolé, j'entends pas ce que tu dis.

Je crois qu'elle veut sortir. "Je crois, oui." Et arrête de sourire comme ça !

-Est-ce qu'il fait noir dedans? J'aimerai bien ouvrir, mais c'est fermé. Et bien comme il faut mon dieu ! ("Tu sais que tu peux ouvrir toi-même?") Alors il faut... tourner. Comme ça. *Clac* Écoute-moi cet adorable bruit, mon frère ! T'as entendu? Moi j'ai entendu. C'est le bruit de la liberté !

Et il est content et sourit à pleines dents comme un bienheureux. De deux pas il se recule, comme si soudainement ça dégageait une sale odeur de fennec. Il a déverrouillée une porte fermée à clé. Peu importe ce qu'il y a derrière, tant que ça continue de chouiner ! Tant que ça continue de vivre, tant que ça explose ! Ses mirettes s'attendent à voir quelque chose d'extraordinaire sortir de là.

-On peut dire que... je t'ai faite sortir de tes gonds.
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice

avatar






PETITS PAPIERS :
732

CÉLÉBRITÉ :
Hayley Williams

COPYRIGHT :
Chélie (a) tumblr (g) anaëlle (s)


MessageSujet: Re: It’s funny how the colours of the real world... (w/ A. Primrose Harendel)   Mar 5 Mai - 11:21

Oui, c'est bien ce qu'elle vient de dire. Coincer. Enfermer. Bloquer. Enfin voilà quoi, elle peut pas sortir et c'est bien embêtant. Même carrément flippant pour dire vrai. Surtout que Prim c'est une p'tite nature, il lui en faut peut pour s'pisser d'sus. Mais cette personne, malgré son léger souci auditif -le bruit est fort mais quand même oh, Prim elle entend tout elle, mal, mais elle l'entend- semble des plus enclines à l'aider, alors la petite poupée elle est rassurée. Même si elle ne comprend pas tout ce qu'il raconte. Après quelques secondes de bataille acharnée contre la porte la mystérieuse personne réussie à l'ouvrir. La petite poupée rousse aux cheveux aujourd'hui d'un rose flamboyant sort à vive allure de cette sorte de placard à balais puant l'enfermé. « Vous avez réussi, vous êtes un génie ! » Elle n'écoute absolument pas ce qu'il lui raconte et lui saute littéralement dessus, puis se recule doucement. Oups. Trop grand élan d'affection. Elle considère la personne devant elle. C'est un homme, ça elle l'avait deviné. Il est plutôt grand, ou du moins c'est ce qui lui semble du point de vue de sa taille minuscule. Il a les yeux fous et ne ressemble pas du tout à ce qu'elle s'était imaginé quelques minutes plus tôt. Elle lui adresse cependant un grand sourire et lui tend la main. Les gens font ça dans les films et Prim a toujours trouvé ça plutôt cool. « Primrose » Primrose Harendell ajoute-t-elle mentalement. Elle attend qu'il lui réponde. Son nom elle le connaît forcément, elle est la première à fouiller dans les registres. Peu importe le nombre de nouveaux habitants, la jeune femme aux allures d'enfants prend toujours le temps de lire chacun des nouveaux noms, leur activité, leur âge et toutes les autres informations fournies.

« Je crois que mon frère voulait jouer à un jeu... Mais j'ai bien peur de ne pas avoir bien saisi les règles... » Son visage se fait plus sombre. « A moins que ce soit une de ces blagues » Son sourire re-apparaît. « Enfin vous voyez... Merci de m'avoir ouvert, j'avais peur de rester coincé ici pour l'éternité, sans pouvoir jamais comprendre les règles du jeu. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité





MessageSujet: Re: It’s funny how the colours of the real world... (w/ A. Primrose Harendel)   Dim 17 Mai - 16:16

Un monstre couleur orange sucrée à la pulpe surgit des milles nuits noires de la porte coincée. Un monstre. Et... gnaaaah, un câlin - un câlin ! Elle l'a serré très très fort dans ses petits bras de porcelaine pour lui dire merci merci merci. Et puis après, elle s'est comme qui dirait détachée de là en comprenant ce qu'elle venait de faire comme chose. Marrant, comme il est possible d'enlacer un fantôme. On ne passe pas au travers. Ark avait esquissé un petit "o" avec sa bouche tantôt souriante, pis tout ça... Oh-oh-oh il n'a pas du tout l'habitude d'avoir un petit corps fragile logé dans le sien. Du tout du tout, oui. Il fera avec, comme ça.

-Vous avez réussi, vous êtes un génie !

Un génie. Génie. Et ça lui fit extrêmement plaisir, vraiment terrible. Du coup, sa tronche imita tout plein d'expressions joyeuses à la fois, ne sachant pas laquelle choisir sans rendre les autres jalouses. Un vrai bordel heureux qui détend et qui vous fait souffrir les zygomatiques. Suite à quoi, le monstre orange a tendu la patte sous son nez.

-Primrose.

De quoi? Il ne comprend pas trop pourquoi elle a balancé Primrose comme ça. C'est quoi que ça? C'est bizarre. Inadmissible. Son cerveau va juste oublier ce Primrose hideux, poubelle, va va va. Dommage, il n'a pas envie on dirait. Mais lui aussi, Ark, les a vu faire comme ça à la télé. Quand il y a un monsieur genre terrible, très très important et haut gradé, on tend sa patte pour dire bonjour bonjour monsieur, vous êtes vraiment quelqu'un de formidable, je vous en prie. Alors on fait pareil.

-Oui oui oui, hein. Félicitations.

Il avait englobé de ses deux mains la pince du monstre orange pour dire bonjour bonjour, mais pas d'une façon très délicate cela dit. "Bonjour bonjour !" Pressant, pressant, il remue très fort l'échange de haut en bas genre yo-yo. Deux petites pattes collées ensemble pour dire coucou c'est moi. Il rit un coup avant de s'arracher la main à la sienne. Voilà c'est fini.

-Je crois que mon frère voulait jouer à un jeu... Mais j'ai bien peur de ne pas avoir bien saisi les règles... A moins que ce soit une de ces blagues. Enfin vous voyez... Merci de m'avoir ouvert, j'avais peur de rester coincé ici pour l'éternité, sans pouvoir jamais comprendre les règles du jeu.

-On a toute l'éternité devant nous ! Toute l'éternité pour inventer tes propres règles, petite fleur toute rousse. Très beaux cheveux.


Elle ne se trompait pas en se disant qu'elle reluquait un type habillé de blanc de titane et d'un joli chapeau melon noir d'ébène qui lui répondait avec des mouvements presque exagérés et d'une gueule trop folle. D'un coup que je te regarde là l'air et que je te sorte le sourire 10 000 watts par la suite, d'un autre coup que mon index dessine des choses incroyables dans l'air pour appuyer mes insanités. Ayez de l'imagination que diable.

-Oh dis, dis, petite fleur. Tu ne connaitrais pas un brave homme répondant au nom de Jim -- Jimmy? J'aimerai bien savoir où sa petite trogne se planque à vrai dire.

Et sa voix avait baissée d'une octave, rendant la mixture plus sérieuse, plus vraie, plus... plus plus.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: It’s funny how the colours of the real world... (w/ A. Primrose Harendel)   

Revenir en haut Aller en bas
 
It’s funny how the colours of the real world... (w/ A. Primrose Harendel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Funny Line (album Golden Melody de Michel Herblin)
» Paco Shipp - My Funny Valentine
» [Funny World] Nouveautés 2009 sur les pirates
» [T] 24.07.2008 : Funny World
» [Video] TH funny quotes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Murder Hotel :: La salle commune :: Rps-
Sauter vers: